Go to main content

Tiba : « J’aimerais aller à l’école »

Urgence
Irak

Tiba a fui la ville de Mossoul en Irak avec sa famille et a trouvé refuge dans le camp de déplacés de Khazer, non loin des lignes de fronts. Handicap International fournira bientôt à la petite fille différentes aides à la mobilité pour faciliter son quotidien et l’aider à se déplacer.

Tiba, ses grand-parents, son père et ses frères dans leur tente du camp de déplacés de Khazer, en Irak

Tiba, ses grand-parents, son père et ses frères dans leur tente du camp de déplacés de Khazer, en Irak | © E. Fourt / Handicap International

Dans le camp de Khazer, plus de la moitié de la population est âgée de moins de 18 ans. Aujourd’hui, le soleil brille et les enfants profitent du beau temps pour jouer à l’extérieur. Certains se sont fabriqué des cordes à sauter avec des bouts de tissus, d’autres ont inventé un nouveau jeu avec des bouteilles d’eau… Au milieu de cette scène, une petite fille est assise dans un fauteuil roulant devant sa tente. Tiba arbore un grand sourire lorsqu’elle voit l’équipe de Handicap International se diriger vers elle. Alors que les professionnels arrivent à sa hauteur, elle leur chuchote : « Moi aussi, j’aimerais courir et jouer. Je suis fatiguée d’être assise, je voudrais pouvoir me tenir debout ».

"J'étais inquiet pour Tiba"

Farez, le père de Tiba, invite l’équipe à l’intérieur de sa tente. Depuis deux semaines, c’est ici qu’il vit avec ses parents et ses trois enfants. Le père célibataire explique : « Lorsque Tiba est née, nous n’avons rien soupçonné. Elle était prématurée de deux mois, mais elle semblait être en bonne santé et les docteurs ne nous ont rien dit. Lorsqu’elle a eu 1 an, j’ai remarqué qu’elle n’arrivait toujours pas à se tenir debout. J’ai consulté plusieurs médecins et ils m’ont dit qu’elle ne marcherait pas car elle avait probablement souffert d’un manque d’oxygène au moment de l’accouchement… La mère de Tiba est partie à ce moment-là. J’étais complètement dévasté. Mais mes parents m’ont aidé à ne jamais perdre espoir et à tout faire pour aider ma fille au quotidien ».

Alors que le grand-père de Tiba prend la petite fille dans ses bras, Farez se remémore la vie qu’il menait avec sa famille à Mossoul avant l’arrivée du groupe État islamique dans la ville.

« Notre quotidien était relativement normal. Je travaillais comme chauffeur de taxi et faisais mon possible pour subvenir aux besoins de mes enfants et de mes parents. Ma seule préoccupation à cette époque était le fait que ma fille ne puisse pas aller à l’école. Aucun établissement ne voulait l’accepter à cause de son handicap. Elle est pourtant très douée et intelligente. »

C’est en 2014 que tout a changé pour Farez et ses proches. « Lorsque le groupe État islamique a pris le contrôle de Mossoul, j’ai été envahi par la peur. Plus rien n’était permis et j’étais très soucieux de ce qui allait advenir de mes enfants. J’étais particulièrement inquiet pour Tiba… Notre fuite de la ville a été une libération pour moi. »

"J'aimerais être comme vous"

Farez et ses proches sont partis à pied, poussant le fauteuil roulant de Tiba pendant un long moment. « Nous nous sommes déplacés de village en village. Nous avions très peur d’être touchés par les tirs qui visaient les gens qui fuyaient », raconte le père de famille. « Dieu merci, nous sommes arrivés jusqu’ici. La vie est dure dans le camp : nous n’avons pas grand-chose à faire à part rester dans nos tentes, et les conditions sont rudes avec l’hiver qui approche… Mais au moins, nous sommes en sécurité. »

Le père de Tiba regarde sa fille, puis ses autres enfants. « Tout ce qui m’importe maintenant, c’est de pouvoir les aider à avoir le meilleur avenir possible. Ici, peut-être que Tiba pourra enfin aller à l’école… Nous lui avons déjà appris à lire et à compter, lorsqu’on était à la maison. » Les professionnels de Handicap International demandent à la petite fille ce qu’elle voudrait faire comme métier quand elle sera plus grande. « J’aimerais être comme vous et pouvoir aider toutes les personnes de ce camp ! », répond-t-elle en souriant.


Sur le même thème :

Publié le : 23 janvier 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

De nombreuses victimes du tsunami restent inaccessibles
© AFP photo / Adek Berry
Urgence

De nombreuses victimes du tsunami restent inaccessibles

Les conséquences du séisme et du tsunami qui ont frappé l’Indonésie continuent de se faire sentir. Les phénomènes de liquéfaction*, notamment, entraînent l’engloutissement de villages entiers, portant à plus de 10 000 le nombre de blessés et à 800 celui des personnes portées disparues.

Tsunami : plus de 190 000 personnes ont besoin d’aide
© CIS-Timor / HI
Urgence

Tsunami : plus de 190 000 personnes ont besoin d’aide

Un séisme puis un tsunami ont violemment frappé le centre de l’archipel d’Indonésie le 28 septembre, causant plus de 1 400 décès et 2 500 blessés graves. Handicap International a envoyé une équipe d’experts urgentistes en renfort et coordonne sa réponse avec les organisations locales.

Innovation : le défi de HI pour cartographier des zones à risque
© Caroline Fréchard / HI
Solidarité Urgence

Innovation : le défi de HI pour cartographier des zones à risque

Handicap International et crowdAI ont lancé le "Mapping Challenge" pour cartographier des zones à risque de catastrophe humanitaire. Quelque 50 chercheurs ont planché sur 720 algorithmes développés puis testés. Les cinq meilleures solutions ont été présentées le 4 octobre à Turin à la Conférence internationale sur la science des données et l’analytique avancée.