Go to main content

Prévention et santé

Accroissement des inégalités, apparitions de nouvelles causes chroniques de mortalité et de déficiences, multiplication des conflits, des catastrophes naturelles et menace permanente des maladies transmissibles… le nombre de personnes exposées à des risques de maladies, d’accidents ou de handicaps augmente. Pour faire face à cet accroissement, HI se positionne comme un acteur clé dans l’intégration de la prévention, de la détection précoce et de la prise en charge des déficiences et morbidités dans l’offre des services de santé existants.

RDC, santé maternelle et infantile

© Kristof Vadino / HI

RDC, santé maternelle et infantile

Nos actions prennent en compte le cycle de vie des personnes vulnérables, avec des activités visant à l’amélioration de leur qualité de vie à travers le renforcement des capacités des usagers, des prestataires de services et des acteurs institutionnels. Nous participons ainsi à la réalisation du troisième objectif des Objectifs du développement durable qui vise à "permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge".

Santé maternelle et infantile, santé de la reproduction

HI fait de la santé maternelle néonatale et infantile et de la santé sexuelle et reproductive ses priorités : pour l’association, ces disciplines font partie d’un seul et même continuum de soins qui ciblent les femmes en âge de procréer, les femmes enceintes et les enfants de 0 à 5 ans.

Notre objectif est d’intégrer au sein des services de santé les notions de réduction de la mortalité, de prévention, de détection précoce et de prise en charge des déficiences liées à la grossesse et à l’accouchement pour les mères et les enfants. Nous formons ainsi des médecins, infirmières et sages-femmes sur les liens entre la santé maternelle et infantile et les déficiences. Nous mettons en place un accompagnement prénatal et post-natal sur la détection précoce et la prise en charge des déficiences (paralysie cérébrale, pied-bot, etc.) pour la mère et l’enfant. Nous appuyons l’équipement ou la réhabilitation de centres de santé. Nous venons également en appui aux autorités pour développer et intégrer les services de santé maternelle et infantile et de santé de la reproduction dans le système local de santé publique.

L’accent est également mis sur l’accès des femmes handicapées aux consultations prénatales et post-natales et aux services de santé sexuelle et reproductive. Grâce à nos projets, les femmes handicapées ou vulnérables ont accès à des services inclusifs et de qualité. Elles reçoivent des informations essentielles qui leur permettent de se préparer de façon optimale à la grossesse et d’avoir une sexualité et une parentalité sereine.

Santé mentale

Dans le monde, près d’une personne sur dix souffre de difficultés en lien avec la santé mentale. Les causes sont diverses et multifactorielles : conflits, déplacements de populations, enfermement dans des institutions dégradées, maladies chroniques... HI agit depuis 1991 en faveur de ces personnes dans des contextes d’urgence, de post-crise et de développement en privilégiant une approche globale et communautaire de la santé mentale.
L’association renforce la prévention au niveau individuel (consultations psychologiques et sociales, visites à domicile, groupes de paroles, activités artistiques, socioculturelles…). Elle améliore également les ressorts d’entraide au sein des communautés, qui sont garants d’une cohésion sociale protectrice pour la santé mentale des individus.
Nos équipes accompagnent les acteurs de la société civile auprès des prestataires de services et des autorités pour faire entendre les besoins de ces personnes qui sont souvent privées de leurs droits fondamentaux et, parfois, enfermées dans des institutions. Elle contribue à des campagnes de sensibilisation afin de lutter contre la discrimination et la stigmatisation.
Nous oeuvrons pour le développement de services de santé mentale de proximité, afin d’encourager la désinstitutionalisation et le respect des droits fondamentaux. Nous proposons des dispositifs de formation et de supervision pour les intervenants en santé mentale. Enfin, pour renforcer la pérennité de nos actions, nous nous attachons à renforcer les liens avec les acteurs gouvernementaux pour assurer une bonne gouvernance des politiques publiques en santé mentale.

VIH/sida

Fin 2013, 35 millions de personnes vivaient avec le VIH dans le monde et 19 millions d’entre elles l’ignoraient. En Afrique subsaharienne, trois pays représentent à eux seuls 48 % des nouvelles infections. HI est engagée dans la riposte mondiale au VIH/sida depuis 1994.

L’association est un acteur clé de la réduction de la prévalence du VIH/sida dans les pays à faibles revenus. Elle développe des campagnes de sensibilisation pour faire changer les comportements à risque et renforcer la prévention et pour rendre les familles et les communautés inclusives.

Nos actions visent également une meilleure prise en charge et une meilleure information des personnes handicapées. En effet, alors qu’elles ont le même risque d’être infectées par le virus que la population générale, les personnes handicapées sont particulièrement vulnérables du fait de la stigmatisation et de leur exclusion des campagnes d’information et de prévention. Nous agissons ainsi pour qu’elles soient mieux prises en compte dans les politiques nationales de lutte contre le VIH/ sida, ainsi que dans le système d’information sanitaire, et qu’elles aient accès aux outils d’information. Enfin, nous menons des actions de plaidoyer fortes en faisant remonter dans l’agenda international la promotion des droits des personnes handicapées et la lutte contre la discrimination.

Maladies non transmissibles

HI est engagé depuis 2006 dans la lutte contre les maladies non transmissibles telles que le diabète ou les maladies cardiovasculaires. À lui seul, le diabète touchait 415 millions de personnes dans le monde en 2015. Les trois quarts des personnes diabétiques vivent dans un pays à faibles revenus et la moitié ne sont pas diagnostiquées ce qui engendre un grand nombre de morts et de handicaps. Notre approche, globale, vise à intégrer la prévention, la détection précoce et la prise en charge du diabète dans les services de santé existants.

Nous nous attachons ainsi à renforcer le système de santé local tout en améliorant la prévention des facteurs de risque, la détection de la maladie et la prise en charge des personnes qui vivent avec des déficiences, en formant et coordonnant les acteurs concernés (autorités de santé, hôpitaux, centres de réadaptation ou de santé primaire, agents de santé…). Nous renforçons également le lien entre les communautés et les centres de santé pour prévenir les amputations et la cécité liées au diabète. Nous renforçons aussi les capacités des associations de personnes diabétiques afin qu'elles fassent la promotion des changements de style de vie et menons des campagnes de sensibilisation. Enfin, nous appuyons les ministères de la Santé sur la mise en place d’une politique de prise en charge du diabète et des maladies cardiovasculaires et l’amélioration de l’offre de services aux personnes.

Maladies tropicales négligées

Plus d’un milliard de personnes sont menacées dans 80 pays par une maladie oubliée : la filariose lymphatique ou éléphantiasis. Cette infection parasitaire, transmise par le moustique dans les pays tropicaux les plus pauvres, engendre de graves séquelles. Non soignés, les malades souffrent d’incapacités physiques, psychologiques et sociales.
Les efforts mondiaux pour lutter contre les maladies tropicales négligées telles que l’éléphantiasis sont faibles. HI s’engage pour répondre à ce problème de santé publique oublié. Notre objectif est de réduire la charge de morbidité qui pèse, de l’enfance à la vieillesse, sur des millions de personnes, dans des zones où la pauvreté est endémique.

Nos actions concernent la prévention des incapacités (oedèmes des membres supérieurs et inférieurs, hydrocèles, ulcères…), la détection, l’accompagnement et la prise en charge des personnes affectées (antibiotiques, chirurgie, greffes, kinésithérapie…) afin qu’elles puissent retrouver de l'autonomie.
Elles visent également à améliorer la qualité des soins (renforcement des structures de soins ou de réadaptation) et à former du personnel soignant et hospitalier à la prise en charge spécifique des malades (soins, interventions chirurgicales…). Enfin, nous appuyons les autorités dans la mise en place de plans nationaux de lutte contre ces maladies.

Sécurité routière

Les accidents de la route sont la huitième cause de décès dans le monde. Si rien n’est fait, ils passeront en cinquième position d’ici 2030. Près de 3 500 personnes meurent chaque jour sur les routes, des dizaines de millions sont blessées. Nombre d’entre elles souffrent de séquelles invalidantes telles que des paralysies ou des amputations. Ce fléau aux conséquences croissantes représente un problème de santé publique majeur. Pourtant, la sécurité routière ne reçoit pas suffisamment d’attention à l’échelle nationale et internationale par manque de sensibilisation et d’information sur le coût économique, sanitaire et social des accidents.

Forte de plus de 15 années d’expérience dans le domaine de la prévention routière, HI développe des actions en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud et s’implique dans le développement et la mise en oeuvre de plans d’actions nationaux de lutte contre l’insécurité routière. Nous jouons également un rôle actif de coordination ou de support dans le renforcement des connaissances, l’éducation et la sensibilisation du grand public, mais aussi les interventions de première urgence sur le lieu des accidents.

Téléchargez le kit de présentation de nos métiers

RELATIONS 
PRESSE

Nathalie BLIN
Tél. : 04 26 68 75 39
Mobile : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Pour aller plus loin

Santé de la mère et de l’enfant : de nombreuses complications liées à l’accouchement peuvent être évitées
© Kristof Vadino / Handicap International

Santé de la mère et de l’enfant : de nombreuses complications liées à l’accouchement peuvent être évitées

Plusieurs centaines de milliers de femmes meurent chaque année suite à des complications liées à la grossesse et à l’accouchement, et 99 % des décès ont lieu dans les pays en développement. Handicap International intervient dans plusieurs pays afin d’améliorer la santé des femmes, des mères et des enfants. Focus à l’occasion de la Journée internationale pour la santé des femmes, le 28 mai, et de la Journée de l'enfant africain le 16 juin.

Ebola : plus vulnérables, plus exposés…
© Philippe Pascal / Handicap International

Ebola : plus vulnérables, plus exposés…

L’épidémie du virus Ebola s’est déclenchée il y a plus d'un an en Afrique de l’Ouest. Depuis, plus de 20 000 cas de maladie – dont 7 905 mortels – ont été recensés*. Au cœur du foyer, trois pays sont durement touchés : Guinée, Liberia et Sierra Leone. Dans ces deux derniers, où l’association est implantée de longue date, Handicap International sensibilise les personnes vulnérables.

Apaiser les « veuves du génocide des Tutsis »
© Wendy Huyghe / Handicap International

Apaiser les « veuves du génocide des Tutsis »

Plus de vingt après le génocide des Tutsis, de nombreux Rwandais sont toujours victimes de détresse psychologique. Handicap International apporte un soutien psychosocial aux femmes qui ont perdu leur famille à ce moment-là. Pour beaucoup, c'est la première fois qu'elles peuvent s'exprimer sur ces violences.