Go to main content

Le chien démineur Rex prend une retraite méritée

Mines et autres armes
République démocratique du Congo Sénégal

Rex, 8 ans, chien détecteur d'explosifs, a pris sa retraite. Un repos bien mérité après plusieurs années de bons et loyaux services pour Handicap International, notamment en République démocratique du Congo et au Sénégal. Grâce à lui, de nombreux accidents par mines ont pu être évités sur le terrain.

Rex, chien détecteur d'explosifs désormais retraité, ici avec Jonathan, son maître-chien démineur en Casamance au Sénégal

Rex, chien détecteur d'explosifs désormais retraité, ici avec Jonathan, son maître-chien démineur en Casamance au Sénégal | © J-J. Bernard / Handicap International

Après plusieurs années de bons et loyaux services comme chien démineur, récemment en République démocratique du Congo et au Sénégal, Rex prend sa retraite. Sa truffe infaillible lui a permis de détecter des dizaines de mines. Pour ses vieux jours, ce berger allemand a été adopté par Boris, logisticien à Handicap international en Afrique de l’Ouest, et sa compagne, qui vivent à Dakar. « À plus de 8 ans, Rex est un vieux pépère maintenant. C’est un bon chien, adorable avec tout le monde. Mais il n’aime pas trop la concurrence des autres mâles… » 

Rex regrettera sans doute sa magnifique collègue de travail Katja, chienne détecteur d'explosifs comme lui, avec qui il a partagé plusieurs missions, même si leur relation était strictement professionnelle. Nous souhaitons à Rex un repos bien mérité !

> Lire "Une journée avec les démineurs en Casamance"

Le chien plus efficace qu'un détecteur de métaux

Grâce à son flair infaillible, un chien est 10 à 15 fois plus rapide qu’un démineur équipé d’un détecteur de métal. En détectant la poudre qu’elles contiennent, le chien permet également de sécuriser des mines qui ne contiennent pas de métal et échappent au détecteur.

> Lire "Chien + homme, un tandem choc pour déminer les terres"

Rex, chien détecteur d'explosifs désormais retraité, ici avec Jonathan, son maître chien démineur en Casamance au Sénégal © J-J. Bernard / Handicap International

Rex, chien détecteur d'explosifs désormais retraité, ici avec Jonathan, son maître-chien démineur en Casmance au Sénégal © J-J. Bernard / Handicap International

Le flair de Rex a permis de découvrir et neutraliser de nombreuses mines en Casamance au Sénégal © J-J. Bernard / Handicap International

Le flair de Rex a permis de découvrir et neutraliser de nombreuses mines en Casamance au Sénégal © J-J. Bernard / Handicap International

Aujourd'hui retraité, Rex coule des jours paisibles avec ses nouveaux maîtres à Dakar © Handicap International

Aujourd'hui retraité, Rex coule des jours paisibles avec ses nouveaux maîtres à Dakar © Handicap International

Publié le : 21 octobre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Nos actions en 2017 Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre Secourir les déplacés et/ou les réfugiés Secourir les victimes

Nos actions en 2017

Le nombre de victimes d'armes à sous-munitions a plus que doublé depuis 2015
© Z. Johnson / HI
Déminer les terres Mines et autres armes

Le nombre de victimes d'armes à sous-munitions a plus que doublé depuis 2015

La Convention d'Oslo interdisant l'emploi, la production, le stockage et le transfert des armes à sous-munitions est entrée en vigueur il y a huit ans, le 1er août 2010. Malgré le succès de ce texte signé par 119 pays, les victimes des armes à sous-munitions ont doublé ces dernières années.

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI
Mines et autres armes

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.