Accès direct au contenu
 
 

Le chien démineur Rex prend une retraite méritée

Mines et autres armes
République démocratique du Congo Sénégal

Rex, 8 ans, chien détecteur d'explosifs, a pris sa retraite. Un repos bien mérité après plusieurs années de bons et loyaux services pour Handicap International, notamment en République démocratique du Congo et au Sénégal. Grâce à lui, de nombreux accidents par mines ont pu être évités sur le terrain.

Rex, chien détecteur d'explosifs désormais retraité, ici avec Jonathan, son maître-chien démineur en Casamance au Sénégal

Rex, chien détecteur d'explosifs désormais retraité, ici avec Jonathan, son maître-chien démineur en Casamance au Sénégal | © J-J. Bernard / Handicap International

Après plusieurs années de bons et loyaux services comme chien démineur, récemment en République démocratique du Congo et au Sénégal, Rex prend sa retraite. Sa truffe infaillible lui a permis de détecter des dizaines de mines. Pour ses vieux jours, ce berger allemand a été adopté par Boris, logisticien à Handicap international en Afrique de l’Ouest, et sa compagne, qui vivent à Dakar. « À plus de 8 ans, Rex est un vieux pépère maintenant. C’est un bon chien, adorable avec tout le monde. Mais il n’aime pas trop la concurrence des autres mâles… » 

Rex regrettera sans doute sa magnifique collègue de travail Katja, chienne détecteur d'explosifs comme lui, avec qui il a partagé plusieurs missions, même si leur relation était strictement professionnelle. Nous souhaitons à Rex un repos bien mérité !

> Lire "Une journée avec les démineurs en Casamance"

Le chien plus efficace qu'un détecteur de métaux

Grâce à son flair infaillible, un chien est 10 à 15 fois plus rapide qu’un démineur équipé d’un détecteur de métal. En détectant la poudre qu’elles contiennent, le chien permet également de sécuriser des mines qui ne contiennent pas de métal et échappent au détecteur.

> Lire "Chien + homme, un tandem choc pour déminer les terres"

Rex, chien détecteur d'explosifs désormais retraité, ici avec Jonathan, son maître chien démineur en Casamance au Sénégal © J-J. Bernard / Handicap International

Rex, chien détecteur d'explosifs désormais retraité, ici avec Jonathan, son maître-chien démineur en Casmance au Sénégal © J-J. Bernard / Handicap International

Le flair de Rex a permis de découvrir et neutraliser de nombreuses mines en Casamance au Sénégal © J-J. Bernard / Handicap International

Le flair de Rex a permis de découvrir et neutraliser de nombreuses mines en Casamance au Sénégal © J-J. Bernard / Handicap International

Aujourd'hui retraité, Rex coule des jours paisibles avec ses nouveaux maîtres à Dakar © Handicap International

Aujourd'hui retraité, Rex coule des jours paisibles avec ses nouveaux maîtres à Dakar © Handicap International

Publié le : 21 octobre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le 4 avril, n'oublions pas les victimes de mines et de restes explosifs de guerre
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes

Le 4 avril, n'oublions pas les victimes de mines et de restes explosifs de guerre

À l’occasion de la Journée mondiale d’action contre les mines, le 4 avril, Handicap International rend hommage aux victimes de mines et de restes explosifs de guerre, et rappelle la nécessité encore plus forte de les aider en contexte de coronavirus.

Syrie : neuf ans de violences, le chaos humanitaire
© Bahia Z. / HI
Mines et autres armes Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Syrie : neuf ans de violences, le chaos humanitaire

Alors que près d'un million de personnes – principalement des femmes et des enfants – ont fui les combats et les bombardements à Idlib en Syrie, Handicap International appelle les États à s'engager pleinement dans le processus diplomatique international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. La situation actuelle constitue l’une des pires crises humanitaires depuis le début du conflit en 2011.

Au Nord Kivu, plus de 1 600 victimes de conflit ont bénéficié de réadaptation d'urgence
© Patrick Meinhardt / HI
Réadaptation Urgence

Au Nord Kivu, plus de 1 600 victimes de conflit ont bénéficié de réadaptation d'urgence

Pendant deux ans, les kinés et psychologues de Handicap International se sont rendus dans des zones du Nord Kivu où l'insécurité est très élevée afin de venir en aide à plus de 1 600 victimes de conflit. À Rutshuru, l'association était la seule ONG à proposer des soins de réadaptation d’urgence. Retour sur un projet d'envergure.