Accès direct au contenu
 
 

« Ils nous ont rendu notre avenir ! »

Déminer les terres
Liban

Plus de 30 ans après leur pollution par les mines antipersonnel, Jihad retrouve ses terres grâce aux équipes de démineurs de Handicap International. Il témoigne.

© M. Feltner / Handicap International

« Notre terre nous a été volée en 1979, contaminée par les mines. On a dû partir. Mon père pleurait. Il regardait impuissant ses oliveraies disparaître sous les mauvaises herbes. Ici au Liban, la terre est tout : notre vie, notre gagne-pain et notre richesse. » nous confie Jihad.

Des mines antipersonnel sont utilisées dès 1979 au Liban lors des différents conflits. Dans le district de Batroun, plusieurs voisins de Jihad sont tués par l'explosion d'une mine en cultivant leur champ.

Handicap International commence le travail de déminage dans le district de Batroun en 2010. Deux équipes de sept démineurs ont à ce jour dépollué plus de 170 km² de terrain.

Les oliviers de Jihad culminent au sommet d'une colline. C'est l'ancien champ de mines 1268.

« Le travail a été difficile. Les collines sont raides et les terrains rocheux. Nous n'avons pas pu utiliser les machines. Tout le travail a du être fait à la main » explique Mohammed, chef des opérations de déminage pour Handicap International au Liban.

Aujourd'hui, Jihad marche à nouveau au milieu de ses oliviers sur la terre de ces ancêtres.

« Je suis tellement heureux ! », rit-il. « C'est un honneur et une chance pour nous d'avoir les équipes de démineurs de Handicap International pour dépolluer notre pays. Ils nous ont rendu nos terres. Ils ont sauvé nos enfants de la mort. Ils nous ont rendu notre avenir ! »

Handicap International se mobilise au Liban depuis 2006 pour dépolluer les zones contaminées par les mines. Près de 700 000 m² de terrain ont été déminés et plus de 140 000 restes explosifs de guerre détruits. Les zones sécurisées sont restituées aux populations. Elles sont ensuite exploitées dans le cadre de l'agriculture, de la construction d'espaces touristiques ou encore d'infrastructures routières.

Sur le même thème :
> Des terres déminées restituées aux villageois
> Le déminage est un travail de longue haleine

Publié le : 28 février 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Des familles n’ont plus les moyens d’acheter un ticket de bus pour se rendre au centre de santé
© HI
Mines et autres armes Réadaptation

Des familles n’ont plus les moyens d’acheter un ticket de bus pour se rendre au centre de santé

Kinésithérapeute pour Handicap International, Rana Abdel Al explique son travail auprès des personnes handicapées. Nombre d’entre elles, désormais réfugiées au Liban, ont été blessées pendant la guerre en Syrie.

Beyrouth : alléger les souffrances des blessés, dont les réfugiés syriens
© Tom Nicholson / HI
Urgence

Beyrouth : alléger les souffrances des blessés, dont les réfugiés syriens

Les explosions à Beyrouth survenues le 4 août dernier ont impacté de nombreux habitants. C’est le cas de Ramadan, 23 ans, réfugié syrien originaire d’Alep. Handicap International est à ses côtés pour soulager ses souffrances.

Beyrouth : les équipes de Handicap International auprès des blessés
© Tom Nicholson / HI
Réadaptation Santé Urgence

Beyrouth : les équipes de Handicap International auprès des blessés

Les équipes de Handicap International conduisent des séances de réadaptation et apportent un soutien psychosocial aux victimes des explosions du 4 août à Beyrouth.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris