Accès direct au contenu
 
 

Le déminage est un travail de longue haleine

Déminer les terres
Liban

Handicap International mène des opérations de déminage dans la province du Nord Liban depuis 2011 et depuis peu dans celle du Mont-Liban. Héritage de la guerre civile qui a déchiré le pays entre 1975 et 1990, les mines ont paralysé de nombreuses terres qui, désormais décontaminées, sont rendues aux habitants. Chris Chenavier, chef de mission au Liban, revient sur les opérations menées par l’organisation.

Un démineur de Handicap International utilise un détecteur de métal sur un champ de mines aux environs de Tula, au Nord Liban.

© G. Dubourthoumieu / Handicap International

Chris Chenavier, chef de mission Déminage au Liban pour Handicap International © Handicap International« Handicap International est un acteur majeur du déminage au Liban. Nous avons décontaminé 343 000 m² de terres entre janvier 2011, quand nous avons commencé les opérations, et octobre 2015, pour le bénéfice de 30 000 personnes réparties dans 13 villages. 

Deux particularités concernant les zones dans lesquelles nous intervenons : elles sont toutes en pente – le relief peut même être très escarpé ! – ce qui empêche l’utilisation de machines de déminage lourdes. Tout doit se faire à mains d’hommes. De plus, certains terrains sont situés entre 1 000 et 2 000 mètres d’altitude. À cause de la neige, nous ne pouvons y travailler que de mars à octobre.

Certaines de ces zones sont extrêmement contaminées : aux alentours du village de Niha, entre juillet et septembre dernier, nous avons détruit 290 mines !

La région dans laquelle nous opérons est essentiellement agricole : nous décontaminons et rendons à des petits propriétaires des terres qui sont rapidement exploitées à nouveau pour la culture, notamment celle de l’olivier. La présence des mines bloquait également des projets de développement, essentiellement liés au tourisme, qui peuvent maintenant voir le jour, comme des terrains désormais ouverts à la randonnée. 

Il nous reste 130 000 mètres carrés à déminer dans la province du Nord Liban. Quatre équipes de déminage de 12 personnes (dont huit démineurs) sont à pied d’œuvre. Au rythme de 30 000 mètres carrés déminés en un an par une équipe, nous estimons que nous aurons terminé le travail début 2017.

Le Liban a pour objectif d’être "libre de l’impact des mines et des restes explosifs de guerre" en 2020. Le pays, qui n’est pas membre du Traité d’Ottawa*, s’efforce toutefois de s’y conformer. »

> Sur le même sujet :
"Des terres déminées restituées aux villageois"
"Ils nous ont rendu notre avenir !"

* Le Traité d’Ottawa interdit l'acquisition, la production, le stockage et l'utilisation des mines antipersonnel. Le traité a été ouvert à signature le 3 décembre 1997. Il est entré en vigueur le 1er mars 1999. 163 États en sont signataires. 162 sont États parties au Traité.

Publié le : 2 décembre 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Syrie : neuf ans de violences, le chaos humanitaire
© Bahia Z. / HI
Mines et autres armes Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Syrie : neuf ans de violences, le chaos humanitaire

Alors que près d'un million de personnes – principalement des femmes et des enfants – ont fui les combats et les bombardements à Idlib en Syrie, Handicap International appelle les États à s'engager pleinement dans le processus diplomatique international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. La situation actuelle constitue l’une des pires crises humanitaires depuis le début du conflit en 2011.

Déminage au Laos : les équipes ne lâchent rien
© N. Lozano Juez / HI
Déminer les terres

Déminage au Laos : les équipes ne lâchent rien

Handicap International continue d’éliminer la menace et de réduire les risques que les restes explosifs de guerre font aujourd’hui encore peser sur les Laotiens. Plus de 40 ans après la fin de la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays plus pollué au monde par ces armes non explosées. Enfouies dans les forêts et les champs, elles représentent une menace directe pour la population et un frein au développement économique.

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos, pays martyr des bombes
© HI
Déminer les terres

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos, pays martyr des bombes

Au moins 2 millions de tonnes de bombes ont été larguées sur le Laos par les États-Unis pendant la guerre du Vietnam. Plus de 50 ans après, le pays demeure le plus pollué au monde par les restes explosifs de guerre. Handicap International agit depuis plus de 20 ans aux côtés des Laotiens dans la lutte contre ces bombes à retardement. Découvrez un reportage du journal La Croix réalisé à l’occasion du partenariat entre le journal et notre association.