Accès direct au contenu
 
 

Identifier les zones à risque pour déminer l’Irak

Mines et autres armes
Irak

Au début de l’année 2016, Handicap International a lancé des activités de déminage dans les gouvernorats de Kirkouk et Diyala, en Irak. La dépollution des sols sera bientôt mise en place dans ces régions, après plusieurs mois d’enquêtes non-techniques préliminaires et de marquage des zones contaminées.

Dans le gouvernorat de Kirkouk, Handicap International conduit des Enquêtes Non-Techniques en préparation des activités de déminage dans la région | © E.Fourt / Handicap International

Les enquêtes non techniques permettent de cartographier et de marquer les zones contaminées par des restes explosifs de guerre et des engins explosifs improvisés, incluant d’ancienne contamination (provenant des guerres passées) ainsi que des contaminations récentes (occupation des territoires par le groupe Etat Islamique). Elles représentent une composante essentielle du processus de déminage.

« A travers la conduite d’enquêtes non-techniques, l’important est de définir quels sont les restes explosifs présents, quelles sont les zones touchées, de façon à préparer les opérations de dépollution. Un des grands défis des enquêtes non-techniques en Irak est que nous n’avons pas à faire à des mines mais à des engins explosifs improvisés de diverses natures, dispersés sur de grandes étendues », explique Emmanuel Sauvage, coordinateur régional mine-action pour Handicap International.

A la fin de cet été, les opérations de dépollution débuteront notamment dans la ville de Jalawla et de ses environs (gouvernorat de Diyala). Cette ville a été le théâtre de nombreux affrontements, qui en ont fait l’un des endroits les plus ravagés par le conflit actuel, avec de multiples quartiers qui ne sont toujours pas accessibles pour ses habitants. Des pièges et des bombes artisanales sont encore présents dans de nombreuses rues, maisons et bâtiments. Les habitants de Jalawla commencent graduellement à se réinstaller, bien que la zone ne soit toujours pas sécurisée. A travers l’action contre les mines (qui couvre des activités de dépollution, d’assistance aux victimes et d’éducation aux risques), Handicap International veut garantir la sécurité des habitants de la ville et sa banlieue.
 

Publié le : 19 juillet 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le 4 avril, n'oublions pas les victimes de mines et de restes explosifs de guerre
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes

Le 4 avril, n'oublions pas les victimes de mines et de restes explosifs de guerre

À l’occasion de la Journée mondiale d’action contre les mines, le 4 avril, Handicap International rend hommage aux victimes de mines et de restes explosifs de guerre, et rappelle la nécessité encore plus forte de les aider en contexte de coronavirus.

Syrie : neuf ans de violences, le chaos humanitaire
© Bahia Z. / HI
Mines et autres armes Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Syrie : neuf ans de violences, le chaos humanitaire

Alors que près d'un million de personnes – principalement des femmes et des enfants – ont fui les combats et les bombardements à Idlib en Syrie, Handicap International appelle les États à s'engager pleinement dans le processus diplomatique international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. La situation actuelle constitue l’une des pires crises humanitaires depuis le début du conflit en 2011.

Une victime de mine lance un appel international pour faire reculer l’administration Trump
© Basile Barbey / HI
Mines et autres armes

Une victime de mine lance un appel international pour faire reculer l’administration Trump

Victime d’une mine, Gniep Smoeun est l’une des premières personnes appareillées par Handicap International au début des années 80. Face au Palais des Nations à Genève le 13 février, elle a porté la voix des victimes face à la décision de l’administration Trump de réintroduire les mines antipersonnel dans l’arsenal américain, et demande aux États d’user de toute leur influence pour que les États-Unis reviennent sur cette décision révoltante.