Go to main content

Hamza et sa famille ont évité une catastrophe

Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre
Palestine

Parce qu’il avait été sensibilisé au danger des restes explosifs de guerre par Handicap International, Hamza a pu à son tour éduquer ses proches aux risques liés à ces armes. Ils ont sans doute évité le pire.

© Tom Shelton / Handicap International

Hamza, 20 ans, est originaire d’un quartier de Gaza qui a été dévasté pendant les combats de l’été 2014. « Quand le pilonnage s’est intensifié, nous nous sommes réfugiés dans un hôpital. Pendant un cessez-le-feu, nous sommes rentrés chez nous pour récupérer des papiers importants. Mais les bombardements ont repris et nous avons trouvé refuge chez un ami », raconte le jeune homme. Deux jours plus tard, lors d’un nouveau cessez-le-feu, son petit frère de 15 ans est retourné dans leur maison qui avait subi des dégâts importants. Il a trouvé des engins non explosés, qu’il a ramassés et entassés dans la salle de bain.

L’équipe d’éducation au risque de Handicap International a ensuite fait la connaissance de Hamza dans un groupe de discussion. Elle lui a parlé de la dangerosité des engins non explosés et lui a donné une brochure sur les risques. Hamza poursuit : « Mon père a pris ça très au sérieux et a expliqué à mon frère qu’il était très dangereux de garder ces engins dans la maison. Nous avons appelé la police pour qu’elle vienne les enlever ».

Il avait envie d'agir à son tour

Déjà blessé lors du précédent conflit de 2012, Hamza avait suivi des séances de réadaptation et aujourd’hui il va mieux. Mais a encore deux éclats d’obus dans le cerveau et attend une opération. C’est grâce à sa rencontre avec Handicap International que le jeune homme a permis à sa famille d’éviter un accident aux conséquences terribles. Ayant déjoué le sort, Hamza avait envie d’agir à son tour : « J’étudie désormais la réadaptation à base communautaire à l’université », déclare-t-il fièrement.

Le 8 avril dernier, Hamza a participé à une journée dédiée à l’action contre les mines et les restes explosifs de guerre, afin de sensibiliser le public aux conséquences dramatiques de ces armes. « Je suis très heureux que les personnes handicapées aient été associées à cet événement, car nous sommes tous égaux face à ces dangers. J’espère que nous pourrons organiser beaucoup d’autres activités à l’avenir », conclut le jeune militant en herbe.

Sur le même thème :
> La menace mortelle des engins explosifs
> "Nous devons protéger les civils des restes explosifs de guerre"
> Face au danger des engins explosifs, une seule arme : la prévention

Publié le : 3 juillet 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Restes explosifs : les enfants handicapés doivent avoir accès à la prévention
© HI

Restes explosifs : les enfants handicapés doivent avoir accès à la prévention

Près de 10 000 engins non explosés – roquettes, têtes de missiles, bombes... – ont été laissés par les bombardements qui ont a frappé la Bande de Gaza à l’été 2014. Entre décembre 2016 et septembre 2017, Handicap International a formé 93 enseignants pour qu’ils mènent des sessions de sensibilisation aux risques liés à la présence de ces restes explosifs de guerre. 15 000 élèves ont pu être sensibilisés.

Restes explosifs de guerre : l'éducation aux risques sauve des vies
© Handicap International

Restes explosifs de guerre : l'éducation aux risques sauve des vies

En plus d’importantes destructions matérielles, près de 10 000 engins non explosés – roquettes, têtes de missiles, bombes – ont été laissés par le conflit qui a secoué la Bande de Gaza à l’été 2014. Depuis mars 2015, les équipes de Handicap International sensibilisent les habitants des quartiers les plus touchés pour éviter des accidents potentiellement mortels. Illustration avec une séance d’éducation aux risques à Deir Al-Balah qui a abouti au désamorçage de quatre engins non explosés.

Reconstruire Gaza, des gravats aux immeubles accessibles
© E. Trabucco / Handicap International

Reconstruire Gaza, des gravats aux immeubles accessibles

Erika Trabucco est spécialiste de la reconstruction et de la mise en accessibilité des bâtiments pour Handicap International. De mars 2015 à avril 2016, cette architecte a travaillé dans la bande de Gaza où elle a notamment contribué à la reconstruction d’un hôpital spécialisé dans la prise en charge des personnes handicapées. Rencontre.