Go to main content

Face au danger des engins explosifs, une seule arme : la prévention

Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre
Palestine

Handicap International conduit depuis mars 2015 des sessions d’éducation aux risques dans plusieurs zones de la bande de Gaza. Les restes explosifs de guerre, conséquence des opérations militaires de l’été 2014, sont omniprésents et constituent une grave menace pour la population.

À Gaza, séance de sensibilisation d'enfants aux risques des restes explosifs de guerre par Handicap International

© Simon Elmont / Handicap International

Les restes explosifs de guerre – bombes, obus, missiles… qui n’ont pas explosé au moment de l’impact – sont mêlés aux gravats et représentent une menace permanente pour la population de Gaza, notamment les enfants qui n’ont pas conscience des risques. 

Handicap International a donc mobilisé une équipe qui sillonne ce territoire pour marteler les messages de prévention et inculquer les bons réflexes face au danger que représentent ces armes. L’association concentre son intervention auprès des groupes particulièrement exposés : les ferrailleurs, les collecteurs de gravats, les travailleurs agricoles et de la construction, sans oublier les enfants, souvent insouciants des dangers et dont la curiosité naturelle les incite à manipuler ces objets prêts à exploser à tout moment. Les ferrailleurs connaissent déjà le problème mais ils n’ont pas d’autre choix que prendre des risques : la collecte de ferraille est leur gagne-pain. Les agriculteurs sont quant à eux moins au fait des dangers... Il est donc important de leur apprendre ou de leur rappeler les bons réflexes.

Les incidents se produisent souvent dans les mêmes circonstances. Une personne déplace des gravats. Elle dégage, par exemple, l’entrée de sa maison touchée par les bombardements et veut enlever elle-même une munition qu’elle a repérée, parfois sans savoir qu’il s’agit d’un engin explosif… 

L’équipe organise des sessions en lien étroit avec des leaders communautaires. Mais il peut arriver que des sessions improvisées se tiennent, quand des personnes menant des activités à risque sont repérées par les éducateurs. 
Une session dure 30 à 45 minutes et rassemble 5 à 20 personnes. Le message délivré peut sembler simple, mais il est essentiel : « Ne touchez à rien de ce qui vous semble suspect ! Marquez la zone et appelez les autorités ». 450 sessions ont déjà été menées depuis le lancement du programme en mars dernier. 5 600 personnes en ont bénéficié, dont les enfants dans les écoles.

Publié le : 24 juin 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Zena, secouriste, touchée à l’œil par une balle
© HI
Réadaptation Santé Urgence

Zena, secouriste, touchée à l’œil par une balle

Lors des récentes manifestations à Gaza, Zena était sur place pour secourir les blessés. Touchée par une balle, elle a perdu l’usage d’un œil. Elle est désormais aidée par Handicap International qui lui prodigue soins et suivi psychologique.

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques
© Benoit Almeras / HI
Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques

De nombreux restes explosifs de guerre, hérités de dizaines d'années de conflits armés, polluent encore la région du Lac Tchad. Handicap International protège la population de ces restes explosifs grâce au marquage des zones dangereuses et à des séances d’éducation aux risques.

Nos actions en 2017 Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre Secourir les déplacés et/ou les réfugiés Secourir les victimes

Nos actions en 2017