Go to main content

Un an après la guerre, la menace mortelle des engins explosifs

Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre
Palestine

À Gaza, les civils vivent encore sous la menace des restes explosifs de guerre*, un an après le conflit de l’été 2014. Au moins 4 500 engins se trouveraient sous les décombres. Handicap International sensibilise les populations au danger de ces armes prêtes à exploser, afin d’éviter de nouvelles victimes.

À Gaza, des enfants sont sensibilisés aux risques des restes explosifs de guerre.

© Simon Elmont / Handicap International

De retour dans leurs quartiers après la fin des violences, les Gazaouis sont exposés en permanence à la menace meurtrière des restes explosifs de guerre*.

« Des habitants continuent de mourir ou d’être blessés à cause des restes explosifs laissés sur place après la fin des hostilités. Leur présence rend périlleux le moindre déplacement et encore plus la reconstruction. Elle paralyse de fait les mouvements de toute une population. Il est primordial de l’informer des risques et d’inculquer les bons réflexes qui peuvent sauver des vies. »
Guillaume Zerr, chef de mission dans les Territoires palestiniens

Depuis mars 2015, Handicap International a déjà mené près de 700 sessions d’éducation aux risques à destination de plus de 5 000 adultes et enfants. L’association évalue les bâtiments endommagés ou détruits pour déterminer le niveau et le type de risques liés à la présence potentielle d’engins explosifs. Ces audits déclenchent, le cas échéant, l’intervention des équipes de génie civil pour le déblaiement des gravats ou celles de déminage pour neutraliser ces restes explosifs. 

Dans les six mois qui ont suivi le conflit, Handicap International a également dispensé 28 000 séances de réadaptation à plus de 4 800 personnes avec ses quatre partenaires locaux. Près de 6 400 personnes ont par ailleurs été aiguillées vers les services adaptés à leurs besoins. L’association a également distribué 2 500 aides à la mobilité (béquilles, fauteuils roulants) et 4 000 articles comme des couvertures et des kits d’hygiène. Enfin, plus de 2 000 personnes ont reçu un soutien psychologique.

* Munitions non explosées telles que les obus d’artillerie ou les mortiers, les grenades, les bombes ou les roquettes, abandonnées après un conflit armé.

Handicap International dans la région depuis 19 ans
Présente dans les Territoires palestiniens depuis 1996, Handicap International mobilise l’ensemble de ses compétences pour répondre aux besoins de la population. 10 équipes mobiles et 5 autres fixes sont déployées pour couvrir les cinq gouvernorats de la bande de Gaza. Elles sont composées de kinésithérapeutes, d’ergothérapeutes, d’infirmiers, de travailleurs sociaux et de psychologues. En 2014, 3 200 personnes ont bénéficié d’un accès aux services de santé et 1 000 autres d’un soutien psychosocial. En outre, 5 700 actes de réadaptation ont été réalisés.
Publié le : 7 juillet 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Restes explosifs de guerre : l'éducation aux risques sauve des vies
© Handicap International
Mines et autres armes

Restes explosifs de guerre : l'éducation aux risques sauve des vies

En plus d’importantes destructions matérielles, près de 10 000 engins non explosés – roquettes, têtes de missiles, bombes – ont été laissés par le conflit qui a secoué la Bande de Gaza à l’été 2014. Depuis mars 2015, les équipes de Handicap International sensibilisent les habitants des quartiers les plus touchés pour éviter des accidents potentiellement mortels. Illustration avec une séance d’éducation aux risques à Deir Al-Balah qui a abouti au désamorçage de quatre engins non explosés.

Reconstruire Gaza, des gravats aux immeubles accessibles
© E. Trabucco / Handicap International
Rendre accessibles les lieux publics

Reconstruire Gaza, des gravats aux immeubles accessibles

Erika Trabucco est spécialiste de la reconstruction et de la mise en accessibilité des bâtiments pour Handicap International. De mars 2015 à avril 2016, cette architecte a travaillé dans la bande de Gaza où elle a notamment contribué à la reconstruction d’un hôpital spécialisé dans la prise en charge des personnes handicapées. Rencontre.

Ukraine : les enfants mieux protégés des restes explosifs de guerre
© Handicap International
Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre

Ukraine : les enfants mieux protégés des restes explosifs de guerre

Avec le soutien de L’Unicef, Handicap International a mené entre octobre 2015 et février 2016 une vaste campagne de sensibilisation aux risques liés aux mines et aux restes explosifs de guerre dans les écoles, près de la ligne de front. Plus de 5 600 enfants de 6 à 18 ans ont été éduqués.