Go to main content

Restes explosifs : les enfants handicapés doivent avoir accès à la prévention

Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre
Palestine

Près de 10 000 engins non explosés – roquettes, têtes de missiles, bombes... – ont été laissés par les bombardements qui ont a frappé la Bande de Gaza à l’été 2014. Entre décembre 2016 et septembre 2017, Handicap International a formé 93 enseignants pour qu’ils mènent des sessions de sensibilisation aux risques liés à la présence de ces restes explosifs de guerre. 15 000 élèves ont pu être sensibilisés.

Dans la bande de Gaza, sensibilisation d'enfants aux dangers des restes explosifs de guerre

Dans la bande de Gaza, sensibilisation d'enfants aux dangers des restes explosifs de guerre | © HI

En plus de former 93 enseignants de 45 écoles privées (2 par écoles), dont 15 spécialisées pour enfants handicapés, Handicap International a produit et mis à disposition du matériel pédagogique : deux guides pratiques pour aider les enseignants à organiser une session de sensibilisation, des modèles de jeux et d’histoires, des brochures pour les professeurs et les élèves… L'association mène des projets d’éducation aux risques à Gaza depuis 2014, suite au conflit.

Pourquoi les enfants ?

« L’objectif des sessions de sensibilisation est de changer le comportement des enfants. Les explosifs sont omniprésents ; leur présence est devenue presque normale pour eux. Dans une telle situation, la notion de danger a parfois disparu. »

Bruno Leclercq, chef de mission en Palestine

Les enfants sont souvent les principales victimes des restes explosifs. Naturellement curieux, ils ont tendance à prendre plus de risques et à commettre des imprudences. C’est pourquoi Handicap International fait en sorte que la sensibilisation aux risques rentre dans les salles de classe et s’adresse aussi aux enfants handicapés.

Inclure les enfants handicapés

Les sessions ont en effet été menées de sorte à pourvoir s’adresser aux enfants avec des handicaps sensoriels – visuels, auditifs – et intellectuels. Là encore, les enseignants ont été formés pour adapter leur session à ce public : pour les élèves atteints d’une déficience visuelle par exemple, les activités peuvent privilégier les jeux utilisant le toucher. Pour un élève avec déficience visuelle, on veillera à le mettre devant dans la classe.

L’enseignant doit utiliser dans tous les cas des phrases courtes et répéter plusieurs fois les messages pour bien se faire comprendre : ne jamais toucher de tels objets ; ne pas s’approcher ; avertir un adulte, etc.

Une enseignante a même créé une chanson avec ses élèves faisant l’inventaire des situations types face à un reste explosif de guerre, rythmée par des signes du pouce : en haut pour un bon comportement, en bas pour un mauvais. 

Le danger et les besoins de sensibilisation sont réels

Osama Hamdan, chef de projet Éducation aux risques à Gaza, relate une anecdote récente qui montre que la présence des restes explosifs et la méconnaissance du danger sont encore bien réels à Gaza :

« À la fin d'une séance d'éducation aux risques pour un groupe de personnes du quartier Al-shuja'eya, dont des enfants, des étudiants et des vendeurs de rue, un jeune homme nous a informés de la présence d’un reste de bombe enterré à quelques centimètres de la porte de l'école qui accueille plus de 1 500 élèves. Immédiatement, nous avons rencontré la directrice et nous lui avons expliqué le danger : "Merci d'avoir attiré notre attention sur un problème aussi important,  nous a-t-elle dit. Je pensais que puisque la bombe avait déjà explosé, elle ne présentait aucun risque". Quelques minutes plus tard, une équipe de démineurs était sur les lieux suite à l'appel du principal. »

En décembre 2017, la Palestine est devenue le 164e État partie au Traité d’Ottawa qui interdit les mines antipersonnel, signifiant ainsi qu’elle faisait de l’action contre les mines une priorité.


La mobilisation citoyenne

Handicap International mène la campagne "Stop Bombing Civilians" contre les bombardements des civils et appelle les citoyens à signer la pétition pour faire pression sur les États et les inciter à s’engager contre l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, pratique aveugle qui tue et blesse en grande majorité des civils. En 2016, 43 000 personnes ont été tuées ou blessées par des armes explosives. Quand elles sont utilisées en zones peuplées, les armes explosives tuent à 92 % des civils. Dites non aux bombardements des civils, signez la pétition.

=> Retour au dossier

Publié le : 2 mars 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Une organisation partenaire de HI endommagée par des frappes aériennes
© HI
Solidarité

Une organisation partenaire de HI endommagée par des frappes aériennes

Une des organisations partenaires de Handicap International à Gaza a vu son travail perturbé suite à des dommages causés par des frappes aériennes à proximité de ses locaux.

"Je ne peux plus prendre mes enfants dans mes bras comme avant"
© Hardy Skills / HI
Réadaptation Urgence

"Je ne peux plus prendre mes enfants dans mes bras comme avant"

Handicap International vient en aide à des centaines de victimes de la violence à Gaza. Découvrez les défis quotidiens auxquels sont confrontées les personnes blessées et leurs familles, comme Mohammed qui a reçu une balle dans la jambe et a besoin de soins et de suivi.

Le long parcours d’Alaa, blessé par balle
© Hardy Skills / HI
Réadaptation Urgence

Le long parcours d’Alaa, blessé par balle

Une blessure par balle conduit le patient dans un long parcours médical. Après une opération, la rééducation nécessaire pour retrouver de la mobilité peut prendre des mois, voire des années. Une longue convalescence qui engendre une invalidité temporaire et rend le patient inapte au travail. Alaa fait partie de ces centaines de blessés par balle à Gaza. Il a commencé sa rééducation avec Handicap International.