Go to main content
 
 

Une machine pour déminer le Nord du Tchad

Mines et autres armes
Tchad

Aux côtés des 50 démineurs en action au Tchad, Handicap International utilise une machine téléguidée, une GCS 200, pour déminer de grandes surfaces en un temps record.

La machine à déminer utilisée au Tchad par Handicap International

La machine à déminer utilisée au Tchad par Handicap International | © HI

Détruire les engins explosifs sur place

5 mètres de long, 2 mètres de haut, pesant près d’une tonne... la machine à déminer GCS 200 utilisée par Handicap International au Tchad peut être téléguidée jusqu’à 800 mètres de distance. Ses rotatives placées à l’avant tournent à près de 3 000 tours/minute. En s’enfonçant de 20 centimètres dans le sol, elles détruisent tout sur leur passage : mines, restes de bombes, etc. tout est instantanément déchiqueté.

Précautions d’utilisation

Construite spécialement pour Handicap International par la société allemande GCS, une telle machine peut déminer jusqu’à 3 000 m² en une journée, contre 100 m² en moyenne pour un démineur. C’est un engin incroyablement robuste qui peut être utilisé dans des conditions extrêmes. Il y a toutefois un certain nombre de précautions d’utilisation à prendre en fonction de la météo et de la chaleur, notamment.

Efficacité totale sur terrain plat

Jason Mudingay Lufuluabo, responsable des opérations de déminage au Tchad, explique l'intérêt de cette machine :

« Sur des terrains d’intervention très vastes, relativement plats, sans végétation, comme le désert où nous travaillons en ce moment près de Faya-Largeau, la machine à déminer apporte une aide considérable aux équipes de déminage, elle est très efficace. À chaque passage de la machine, les démineurs font un dernier contrôle pour s’assurer que rien n’a pu lui échapper, que le déminage est bien effectif et que le terrain pourra être remis aux populations. »

Contamination remontant aux années 80

Le Nord du Tchad est lourdement contaminé suite au conflit avec la Libye dans les années 80. Dans de nombreuses zones devenues des champs de bataille se trouvent des restes de bombes ou des munitions employés lors des combats, ou simplement abandonnés lors de replis de troupes. Il existe aussi de nombreux champs de mines.

Handicap International a prévu de déminer 1,5 million de mètres carrés au Tchad en 4 ans. Avec déjà plus de 500 000 m² libérés, l'association a atteint un tiers de son objectif.

Ces opérations de déminage servent à réhabiliter des pistes et à restituer des terres aux habitants pour la culture et l’élevage, et permettent ainsi de désenclaver la région de Faya-Largeau dont le développement est en grande partie bloqué par la contamination par les restes explosifs de guerre.


Sur le même thème :

Publié le : 1 juillet 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Bombardements des civils : 6 mois décisifs pour agir Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables

Bombardements des civils : 6 mois décisifs pour agir

Baptiste Chapuis, chargé de plaidoyer à Handicap International, nous explique pourquoi participer à la Pyramide de chaussures est essentiel et en quoi les 6 mois qui la suivront seront cruciaux pour le combat contre les bombardements des civils en zones peuplées.

"J’ai trouvé près de 300 mines au cours de ma carrière"
© G. Lordet / HI
Mines et autres armes

"J’ai trouvé près de 300 mines au cours de ma carrière"

Jason Mudingay Lufuluabo est chef des opérations de déminage de Handicap International au Tchad. Il explique son travail et raconte comment il est devenu démineur. Témoignage.

17 ONG demandent l’arrêt immédiat des ventes d’armes françaises à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables

17 ONG demandent l’arrêt immédiat des ventes d’armes françaises à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis

Une vaste coalition de 17 ONG humanitaires – dont Handicap International – et de défense des droits humains réitère son appel à l’arrêt immédiat des ventes d’armes françaises à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, après deux événements majeurs qui ont eu lieu début septembre.