Accès direct au contenu
 
 

Une demi-tonne d’armes et de bombes détruites

Mines et autres armes
Libye

Depuis novembre 2018, six spécialistes des armes de Handicap International ont collecté 150 engins explosifs dans les rues de Tawarga, au sud de Misrata en Libye. Simon Elmont, chef d'équipe, explique le travail de l’association sur place.

Simon Elmont, chef d'équipe de Handicap International, dispose les armes collectées qui sont destinées à être détruites.

Simon Elmont, chef d'équipe de Handicap International, dispose les armes collectées qui sont destinées à être détruites. | © HI

Destruction des armes 

Tawarga est une ville fantôme, lourdement contaminée par des projectiles de toutes sortes – de la grenade au missile – et en particulier par des roquettes.  
En trois mois, l’équipe de Handicap International a détruit une demi-tonne d’armes. Début décembre 2018, dans un centre de destruction situé en dehors de la ville, au milieu du désert,  nous avons détruit toutes les armes que nous avions collectées et stockées et qui présentaient un danger : cela consiste à les entasser dans un trou de plusieurs mètres de profondeur et à les faire exploser selon une procédure stricte.
Sept roquettes trouvées dans les rues de Tawarga nous ont posé problème : on ne pouvait pas les déplacer pour les stocker dans un endroit sécurisé, c’était trop dangereux. Nous avons dû les détruire sur place

>> Voir aussi en photos légendées, le travail de l'équipe de dépollution de Handicap International et les différents types d'armes qu'elle trouve à Tawarga.

Éducation aux risques

Nos équipes d’éducation aux risques continuent d’aller au-devant des habitants pour les sensibiliser aux dangers posés par la présence de toutes ces bombes. Nous les informons qu’ils peuvent appeler à tout moment un numéro vert pour nous alerter sur la présence d’un engin dangereux que nous viendrons collecter, désamorcer ou détruire. 
1 300 personnes ont déjà été sensibilisées. La population est heureuse de recevoir ces informations et applique les consignes : ne pas s’approcher d’un objet suspect, en aucun cas essayer de le déplacer, etc. Nous recevons de plus en plus d’appels, preuve que la population comprend le danger.

La population revient 

Toutes les personnes revenues à Tawarga ont bénéficié d’au moins une séance d’éducation aux risques. Le Conseil municipal est très impliqué et s’assure que chaque personne de retour suit une session.
600 personnes sont revenues vivre à Tawarga de façon permanente. Nous attendons de nombreux retours dans les prochains mois. Beaucoup reviennent quelques jours par mois seulement pour surveiller leurs biens, puis repartent.


Ce projet est soutenu par le Centre de crise et de soutien (CDCS), service du ministère français de l'Europe et des Affaires étrangères.

Logo du Centre de crise et de soutien

Publié le : 22 janvier 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Première mondiale : Handicap International repère les mines enfouies dans le sol
© J. Fardoulis / HI
Innovation Mines et autres armes

Première mondiale : Handicap International repère les mines enfouies dans le sol

Xavier Depreytere, responsable des projets innovations à Handicap International, explique en quoi le projet Drones pour le déminage mené par depuis 2018 par l'association est une première mondiale.

Handicap International primée deux fois par l’Union européenne pour ses projets innovants
© HI
Innovation Mines et autres armes Réadaptation

Handicap International primée deux fois par l’Union européenne pour ses projets innovants

L’Union européenne a distingué à deux reprises le 24 septembre Handicap International, par la remise du Prix Horizon du Conseil européen de l'Innovation pour "une aide humanitaire high-tech et durable". Ces récompenses consacrent la volonté de l’association de proposer des solutions concrètes, efficaces et innovantes afin d’améliorer la prise en charge des personnes vulnérables.

Des familles n’ont plus les moyens d’acheter un ticket de bus pour se rendre au centre de santé
© HI
Mines et autres armes Réadaptation

Des familles n’ont plus les moyens d’acheter un ticket de bus pour se rendre au centre de santé

Kinésithérapeute pour Handicap International, Rana Abdel Al explique son travail auprès des personnes handicapées. Nombre d’entre elles, désormais réfugiées au Liban, ont été blessées pendant la guerre en Syrie.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris