Accès direct au contenu
 
 

Collecter les bombes laissées par les combats

Mines et autres armes
Libye

Depuis novembre 2018, six experts de Handicap International sillonnent les rues de Tawarga pour collecter et détruire toutes les armes dangereuses laissées par le conflit libyen.

Stocker les armes

« Handicap International a mis en place un espace de stockage temporaire dans un lieu sécurisé et inaccessible au public. À l’intérieur, on y entrepose des restes d’armes ou de bombes collectées dans les rues de la ville. Ces pièces ne sont pas toutes dangereuses mais peuvent effrayer les habitants, qui peu à peu reviennent à Tawarga », explique Simon Elmont, responsable de l’équipe d'experts armes de Handicap International en Libye.

>> Lire également "Une demi-tonne d'armes et de bombes détruites"

Des missiles dans les maisons 

« Nos experts ont ramassé ce missile à tête chercheuse à l’intérieur d’une maison : il s’agit d’un engin très dangereux, hautement explosif. Celui-ci n’est plus opérationnel, mais il pourrait exploser s’il était exposé à la chaleur ou à un choc. L’équipe de Handicap International, contactée par le propriétaire de la maison, l’a transporté jusqu’à une enceinte sécurisée. Sa présence en plein cœur de Tawarga prouve combien la ville est contaminée par les restes explosifs de guerre, un danger quotidien pour les habitants », poursuit Simon Elmont. 

De nombreuses roquettes

« Voici le genre d’engins qu’on trouve souvent à Tarwargha : à droite, une pièce métallique inoffensive. L’objet vert est la rampe de lancement d’un lance-roquette. L’expert de Handicap International a pu déterminer facilement que cette pièce était sans danger et l’a retirée. La pièce à gauche, en revanche, est dangereuse : si elle est manipulée, elle risque d’exploser. Elle sera détruite sur place », explique Simon Elmont. 

Des sous-munitions à Tawarga

« Nous avons trouvé un CBU 100, une bombe à sous-munitions. Il s’agit d’un conteneur utilisé pour larguer des sous-munitions depuis un avion. Lorsque le CBU est tiré, il s'ouvre en plein vol et les sous-munitions sont alors dispersées. La partie du CBU que l’on voit sur la photo n'est pas dangereuse tant qu'il n'y a plus de sous-munitions à l'intérieur. Nous avons vérifié que c'était le cas : en le soulevant avec une corde et en le retournant. Il était vide et pouvait être déplacé en toute sécurité », conclut Simon Elmont.


Ce projet est soutenu par le Centre de crise et de soutien (CDCS), service du ministère français de l'Europe et des Affaires étrangères.

Logo du Centre de crise et de soutien

Publié le : 22 janvier 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le combat pour éradiquer les armes à sous-munitions est loin d'être terminé
© HI
Mines et autres armes

Le combat pour éradiquer les armes à sous-munitions est loin d'être terminé

Le Rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle de nouvelles attaques les utilisant en 2019. Handicap International poursuit son combat et appelle tous les États à condamner systématiquement l’utilisation de ces armes, dont 99 % des victimes sont des civils. L’association demande à tous les États qui ne l’ont pas encore fait de rejoindre la Convention d’Oslo.

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Les armes à sous-munitions ont été utilisées récemment dans la guerre entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie. Gary Toombs, spécialiste de la réduction de la violence armée à Handicap International, explique pourquoi elles sont interdites par la Convention d'Oslo.

Les mines antipersonnel ont encore fait des milliers de victimes civiles en 2019
© D. Telemans / HI
Mines et autres armes

Les mines antipersonnel ont encore fait des milliers de victimes civiles en 2019

Publié le 12 novembre, le Rapport 2020 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre exceptionnellement élevé de victimes de mines pour la cinquième année consécutive. Handicap International appelle les États à faire respecter le Droit international humanitaire et à faire pression sur les belligérants pour qu'ils arrêtent d’utiliser ces armes.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris