Accès direct au contenu
 
 

Témoignage de Kanha, 14 ans

Appareiller et rééduquer Déminer les terres
Cambodge

« Mon nom est Kanha. J'avais 8 ans quand l'accident est arrivé. Alors que ma mère travaillait dans sa petite épicerie, mon père, dans le jardin de la maison, était en train de manipuler un obus qu'il venait d'acheter chez un ferrailleur. Il voulait récupérer le métal pour le revendre. Je l'observais, assise sur les escaliers, quelques mètres plus loin. C'est alors que j'ai entendu un grand bruit et j'ai juste eu le temps de comprendre que l'engin venait d'exploser. Ensuite, je ne me souviens plus de rien. »

© Eric Martin / Figaro Magazine / Handicap International

« Mon père est mort sur le coup. Je me suis réveillée à l'hôpital où l'on m'a expliqué qu'il avait fallu couper ma jambe. Je suis restée plusieurs mois à l'hôpital. C'était long et douloureux. Quand je suis sortie, je ne pouvais plus marcher.

Plus tard, on a conseillé à ma maman de m'emmener au centre de réadaptation géré par Handicap International, à Kampong Cham, à une heure et demie de mon village. L'association m'a fabriqué une prothèse sur mesure, dans son atelier. J'ai suivi des séances de rééducation pour réapprendre à marcher. Maintenant, je retourne trois fois par an au centre pour être suivie et pour changer ma prothèse. Comme je grandis vite, j'en ai déjà reçu six !

Petit à petit, j'ai retrouvé une vie normale. Avec ma prothèse, je peux me rendre à l'école tous les jours et participer aux mêmes activités que mes copains. C'est important pour moi de suivre les cours car j'aimerais un jour devenir infirmière ou médecin pour soigner les autres. »

> Lire aussi "Je veux dire au monde entier de ne plus utiliser de mines"

Publié le : 1 avril 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Déminage au Laos : les équipes ne lâchent rien
© N. Lozano Juez / HI
Déminer les terres

Déminage au Laos : les équipes ne lâchent rien

Handicap International continue d’éliminer la menace et de réduire les risques que les restes explosifs de guerre font aujourd’hui encore peser sur les Laotiens. Plus de 40 ans après la fin de la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays plus pollué au monde par ces armes non explosées. Enfouies dans les forêts et les champs, elles représentent une menace directe pour la population et un frein au développement économique.

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos, pays martyr des bombes
© HI
Déminer les terres

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos, pays martyr des bombes

Au moins 2 millions de tonnes de bombes ont été larguées sur le Laos par les États-Unis pendant la guerre du Vietnam. Plus de 50 ans après, le pays demeure le plus pollué au monde par les restes explosifs de guerre. Handicap International agit depuis plus de 20 ans aux côtés des Laotiens dans la lutte contre ces bombes à retardement. Découvrez un reportage du journal La Croix réalisé à l’occasion du partenariat entre le journal et notre association.

Déminer grâce aux drones : une innovation humanitaire majeure
© John Fardoulis / HI
Déminer les terres

Déminer grâce aux drones : une innovation humanitaire majeure

Handicap International et Mobility Robotics présentent pour la première fois une solution pour localiser les mines à l’aide de drones équipés de caméras infrarouges. Expérimentée au Tchad, cette technologie devrait permettre à terme de réduire considérablement la durée des opérations et de sécuriser davantage le travail des démineurs.