Go to main content

Témoignage de Kanha, 14 ans

Appareiller et rééduquer Déminer les terres
Cambodge

« Mon nom est Kanha. J'avais 8 ans quand l'accident est arrivé. Alors que ma mère travaillait dans sa petite épicerie, mon père, dans le jardin de la maison, était en train de manipuler un obus qu'il venait d'acheter chez un ferrailleur. Il voulait récupérer le métal pour le revendre. Je l'observais, assise sur les escaliers, quelques mètres plus loin. C'est alors que j'ai entendu un grand bruit et j'ai juste eu le temps de comprendre que l'engin venait d'exploser. Ensuite, je ne me souviens plus de rien. »

© Eric Martin / Figaro Magazine / Handicap International

« Mon père est mort sur le coup. Je me suis réveillée à l'hôpital où l'on m'a expliqué qu'il avait fallu couper ma jambe. Je suis restée plusieurs mois à l'hôpital. C'était long et douloureux. Quand je suis sortie, je ne pouvais plus marcher.

Plus tard, on a conseillé à ma maman de m'emmener au centre de réadaptation géré par Handicap International, à Kampong Cham, à une heure et demie de mon village. L'association m'a fabriqué une prothèse sur mesure, dans son atelier. J'ai suivi des séances de rééducation pour réapprendre à marcher. Maintenant, je retourne trois fois par an au centre pour être suivie et pour changer ma prothèse. Comme je grandis vite, j'en ai déjà reçu six !

Petit à petit, j'ai retrouvé une vie normale. Avec ma prothèse, je peux me rendre à l'école tous les jours et participer aux mêmes activités que mes copains. C'est important pour moi de suivre les cours car j'aimerais un jour devenir infirmière ou médecin pour soigner les autres. »

> Lire aussi "Je veux dire au monde entier de ne plus utiliser de mines"

Publié le : 1 avril 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le nombre de victimes d'armes à sous-munitions a plus que doublé depuis 2015
© Z. Johnson / HI
Déminer les terres Mines et autres armes

Le nombre de victimes d'armes à sous-munitions a plus que doublé depuis 2015

La Convention d'Oslo interdisant l'emploi, la production, le stockage et le transfert des armes à sous-munitions est entrée en vigueur il y a huit ans, le 1er août 2010. Malgré le succès de ce texte signé par 119 pays, les victimes des armes à sous-munitions ont doublé ces dernières années.

Très belles photos de mères et d’enfants à Lyon-Saint-Exupéry
© HI
Santé

Très belles photos de mères et d’enfants à Lyon-Saint-Exupéry

Jusqu’au 30 mai 2018, Handicap International présente dans le terminal 1b de l’aéroport Lyon-Saint-Exupéry l’exposition "Welcome to Life", de superbes photos de mamans et de bébés du Cambodge, du Vietnam, du Mali et de Belgique. Objectif : sensibiliser le public à ses actions de santé maternelle et infantile sur le terrain. Les visiteurs peuvent également faire un don à l’association via des bornes sans contact.

Le voyage dans le passé de Gniep, une des premières bénéficiaires de HI
© France 3 - mars 2018
Appareiller et rééduquer

Le voyage dans le passé de Gniep, une des premières bénéficiaires de HI

Gniep Smoeun avait 10 ans lorsqu'elle a eu la jambe arrachée par une mine antipersonnel au Cambodge en plein conflit khmer rouge. Aujourd'hui infirmière à Rennes, elle a voulu retourner sur place avec sa fille et le médecin qui l'a sauvée, un certain Jean-Baptiste Richardier, cofondateur de Handicap International. Découvrez le reportage diffusé sur France 3 fin mars.