Accès direct au contenu
 
 

Tawarga, une ville fantôme polluée par les missiles, les roquettes, les bombes...

Mines et autres armes
Libye

Tawarga, au sud de Misrata, est une ville fantôme depuis d’intenses combats en 2011. Les missiles, roquettes... qui n’ont pas explosé ou ont laissé des résidus explosifs dangereux sont omniprésents. Alors que la population revient peu à peu, Handicap International mène des opérations de dépollution des sols.

Une des rues principales de Tawarga en Libye

Une des rues principales de Tawarga en Libye | © Simon Elmont / HI

Une ville fantôme

Les rues de Tawarga sont jonchées de ce que l'on appelle des "restes explosifs de guerre" : roquettes, missiles, grenades, munitions... qui n’ont pas explosé ou dont les débris représentent un danger. Les habitants ont fui et ne peuvent pas revenir. Tawarga montre l'une des graves conséquences des combats et des bombardements : une contamination par les restes explosifs qui rend la ville invivable.

Dépollution

L’équipe de Handicap International comprend 5 experts en "dépollution" qui nettoient la ville des restes explosifs : la dépollution est une pratique particulière du déminage humanitaire. Depuis début novembre 2018, ils sillonnent la ville, repèrent les engins dangereux et les sécurisent. Ces experts ont une haute connaissance des armes. Ils savent au premier coup d’œil si un missile peut être déplacé ou, s'il est trop instable, s'ils doivent le faire exploser sur place.

Retour lent de la population

Des familles commencent à revenir à Tawarga, la plupart quelques jours seulement pour surveiller leur maison, réparer un mur ou prendre des affaires, puis repartent. Une centaine de familles sont revenues vivre ici de façon permanente. Le début des opérations de dépollution redonne espoir et les gens reviennent peu à peu.

Un numéro vert

L’équipe de Handicap International gère une hotline. Les habitants appellent tous les jours pour indiquer la présence d’un engin suspect. C’est la principale source d’information de l’association. La première semaine, l’équipe a collecté une quarantaine de restes explosifs. Ils sont entreposés dans un lieu sécurisé en vue de leur destruction.

Informer la population sur les risques

Une équipe d'éducation aux risques sillonne également la ville pour informer les habitants sur les dangers, les bons réflexes à adopter et qui contacter en présence de toute arme dangereuse. Les enfants sont les plus à risque.


Soutenez HI contre les bombardements des civils

Les conséquences des bombardements en zones peuplées sont désastreuses pour les civils. Handicap International a lancé la campagne mondiale Stop Bombing Civilians pour mettre fin à cette pratique.
Signez notre pétition pour dire STOP aux bombardements des civils !

Publié le : 29 novembre 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le 4 avril, n'oublions pas les victimes de mines et de restes explosifs de guerre
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes

Le 4 avril, n'oublions pas les victimes de mines et de restes explosifs de guerre

À l’occasion de la Journée mondiale d’action contre les mines, le 4 avril, Handicap International rend hommage aux victimes de mines et de restes explosifs de guerre, et rappelle la nécessité encore plus forte de les aider en contexte de coronavirus.

Syrie : neuf ans de violences, le chaos humanitaire
© Bahia Z. / HI
Mines et autres armes Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Syrie : neuf ans de violences, le chaos humanitaire

Alors que près d'un million de personnes – principalement des femmes et des enfants – ont fui les combats et les bombardements à Idlib en Syrie, Handicap International appelle les États à s'engager pleinement dans le processus diplomatique international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. La situation actuelle constitue l’une des pires crises humanitaires depuis le début du conflit en 2011.

Une victime de mine lance un appel international pour faire reculer l’administration Trump
© Basile Barbey / HI
Mines et autres armes

Une victime de mine lance un appel international pour faire reculer l’administration Trump

Victime d’une mine, Gniep Smoeun est l’une des premières personnes appareillées par Handicap International au début des années 80. Face au Palais des Nations à Genève le 13 février, elle a porté la voix des victimes face à la décision de l’administration Trump de réintroduire les mines antipersonnel dans l’arsenal américain, et demande aux États d’user de toute leur influence pour que les États-Unis reviennent sur cette décision révoltante.