Go to main content

Qusay, 14 ans : « Je voudrais devenir poète »

Appareiller et rééduquer
Jordanie Syrie

Qusay a perdu ses deux jambes suite à un bombardement en Syrie. Handicap International soutient l’adolescent depuis son arrivée en Jordanie et l’a équipé de prothèses. Aujourd’hui, Qusay réapprend à vivre debout, sous le regard admiratif du personnel de l’association et de sa famille.

Soutenu par Handicap International en Jordanie, le jeune Qusay montre un enthousiasme et une détermination qui forcent l'admiration.

© B. Almeras / Handicap International

Il n’a que 14 ans, mais Qusay se comporte déjà comme un homme. Sana, sa mère : « Il ne veut pas que l’on soit triste pour lui. Et il n’a jamais perdu sa motivation, c’est probablement ce qui me rend le plus fière. » Salam, la kinésithérapeute qui l’accompagne depuis le début, le suit patiemment et l’encourage. Au centre de santé d’Irbid en Jordanie, les premiers pas de Qusay sont difficiles mais il refuse d’abandonner : il arbore un grand sourire et un regard fixe vers l’horizon, déterminé à avancer. Très vite, il prend ses marques et délaisse même ses béquilles pour faire quelques pas en se tenant à la rampe. 

« Ce jour-là, j’étais assis devant chez moi. Les bombardements ont commencé et tout s’est passé si vite que je n’ai pas eu le temps de réaliser ce qui arrivait. Je ne me rappelle pas de tout. Je me suis retrouvé allongé sur le sol, deux personnes ont couru vers moi et m’ont directement emmené à l’hôpital… » La gravité du cas de Qusay a impliqué son transfert dans un autre établissement au nord de la Jordanie, où il a subi six opérations et est resté alité pendant un mois et demi. 

« Tout est plus facile pour moi maintenant »

Après sa double amputation, Handicap International contacte la famille du jeune adolescent. Très vite, des mesures sont prises pour l’appareiller de prothèses qui lui permettront de remarcher. Dès le début, Qusay se montre extrêmement enthousiaste à l’idée de se remettre debout. Une fois équipé, il attend chaque séance de kinésithérapie avec impatience, écoute les conseils prodigués par les équipes de Handicap International et les applique consciencieusement.

« Pour moi, tout est plus facile maintenant. Je peux de nouveau aller au marché, faire ma toilette tout seul, me débrouiller… Je ne dépends pas des autres. »

Dans le couloir du centre, Salam lui propose de s’entraîner au football en slalomant entre quelques plots. Qusay s’exécute, ravi de pouvoir toucher à nouveau un ballon et faire des dribles. 

De belles ambitions

« Apprendre à marcher à la suite d’une double amputation est extrêmement compliqué. Non seulement Qusay y est arrivé, mais il peut même avancer sans béquilles désormais. Cela montre sa force et le caractère extraordinaire de son parcours », ajoute la kinésithérapeute. Le garçon regarde le sol en souriant, presque gêné de tant de compliments. Pourtant, le parcours du jeune homme est une véritable leçon de vie qui force l’admiration.

« Bientôt Qusay retournera à l’école », ajoute Ghadeer, responsable des projets de Handicap International dans le Nord de la Jordanie. L’adolescent se réjouit de cette idée et indique qu’il aimait beaucoup apprendre quand il vivait encore en Syrie. « Je voudrais devenir poète. C’est à l’école que j’ai découvert la poésie. Mes poèmes préférés sont ceux qui parlent de la sagesse et de la vie. » Avec une telle détermination et de si belles ambitions, difficile d’imaginer que les rêves de Qusay ne se réaliseront pas au fil du temps.

Avec l'aide de Salam sa kiné, Qusay fait très rapidement des progrès pour réapprendre à marcher avec ses deux prothèses. © B. Almeras / Handicap International
Avec l'aide de Salam sa kiné, Qusay fait très rapidement des progrès pour réapprendre à marcher avec ses deux prothèses. © B. Almeras / Handicap International

Lire aussi :

Publié le : 19 février 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Crise syrienne : quand les civils paient le prix fort
© Benoit Almeras / HI
Secourir les déplacés/réfugiés

Crise syrienne : quand les civils paient le prix fort

Depuis le début de la crise syrienne, plus d’un million de Syriens se sont réfugiés au Liban. La moitié sont des enfants. Handicap International intervient auprès de ces personnes qui ont tout perdu et exhorte les États à protéger les civils.

Le risque d’une catastrophe humanitaire à Idlib
© Brice Blondel / HI
Protéger les populations vulnérables Urgence

Le risque d’une catastrophe humanitaire à Idlib

Alors qu'une offensive militaire majeure est peut-être en préparation dans la région d'Idlib en Syrie, Handicap International appelle les parties au conflit à protéger les civils et à permettre un accès humanitaire total et sans entraves.

Urgence humanitaire dans le Sud de la Syrie
© Elisa Fourt / HI
Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Urgence humanitaire dans le Sud de la Syrie

Le nombre de Syriens ayant fui le conflit dans le Sud de la Syrie a été multiplié par quatre ces derniers jours, passant d’environ 60 000 à 272 000 civils. D’après le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (BCAH), la plupart se dirigent vers le plateau du Golan qui borde Israël. Quelque 60 000 civils rejoignent la frontière sud avec la Jordanie.