Go to main content

Prévenir, soigner et aider à se relever

Réadaptation
Inde

Dans l’État du Jammu-et-Cachemire au nord de l’Inde, Handicap International sensibilise les populations aux risques de restes explosifs de guerre qui contaminent les sols des villages proches de la frontière avec le Pakistan. L’association conduit également des séances de réadaptation auprès des plus vulnérables.

Le jeune Fayaz durant une séance de réadaptation avec Muddasir Ashraf, kinésithérapeute de Handicap International

Le jeune Fayaz durant une séance de réadaptation avec Muddasir Ashraf, kinésithérapeute de Handicap International | © Lucas Veuve / Handicap International

Simran, 6 ans, joue près de la maison, avec son frère Fayaz, 3 ans. Elle saisit un objet ressemblant à une balle. L’obus explose, elle décède sur le coup. Fayaz perd ses deux jambes. « Une vraie descente aux enfers », confie Firdouza, leur maman. Fayaz et Simran ne sont pas les seuls : au Jammu-et-Cachemire, ces quinze dernières années, plus de 3 600 personnes vivant dans les zones frontalières contaminées ont été affectées par les restes explosifs de guerre.

« Dans ces zones proches de la frontière, de nombreux villageois ne sont pas suffisamment informés sur les risques liés aux restes explosifs de guerre ni sur leur localisation. Les accidents restent fréquents, et leurs conséquences, fatales », explique Mehran Khan, chef de projet éducation aux risques de mines et réadaptation pour Handicap International au Jammu-et-Cachemire. Distributions de brochures, séances d’information et de sensibilisation, ateliers : depuis avril 2015, Handicap International, en collaboration avec l’association Help Foundation, a sensibilisé plus de 10 500 personnes dans 250 villages et formé plus de cent volontaires et aides-soignants aux risques liés aux restes explosifs de guerre.

Accès à la réadaptation

Handicap International vise également à assurer l’accès des services de réadaptation aux plus vulnérables. « Les centres de réadaptation sont principalement concentrés dans les villes. Les familles vivant dans la montagne doivent marcher longtemps pour accéder aux centres de santé. Emmener un enfant handicapé jusqu’à la ville de Srinagar peut prendre des heures. Et la sécurité des transports n’est pas toujours assurée. Pour toutes ces raisons, de nombreuses personnes restent chez elle, et ne reçoivent aucun soin », explique Mehran Khan.

Depuis 2009, Handicap International a dispensé des séances de réadaptation au Hope Disability Center et dans les villages auprès de plus de 10 500 personnes, dont 650 victimes de mines. L’association a également fourni plus de 1 500 prothèses et orthèses et plus de 3 000 aides à la mobilité – fauteuils roulants, béquilles, déambulateurs – aux personnes handicapées. De nombreuses formations ont été organisées auprès d’acteurs de la santé (médecins, aides-soignants) afin qu’ils puissent identifier le développement de handicap précoce durant la grossesse et référer les personnes handicapées vers les services appropriés. « Nous formons aussi les familles afin qu’elles puissent conduire des séances de rééducation à domicile. »

Si ce soutien apporté aux plus vulnérables est essentiel, les défis sont nombreux : « Une de nos priorités est de permettre aux personnes handicapées, trop souvent rejetées et incomprises, d’être intégrées dans leur communauté. Parfois considérées "inutiles", il leur arrive même d’être cachées. Nous voulons qu’elles puissent exister librement, s’exprimer, et être entendues », conclut Mehran Khan.


Lire aussi "Bombarder des civils, ce n'est pas la guerre, c'est un crime !"

Publié le : 29 août 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"
© Philippe de Poulpiquet / HI

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"

Molham avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue à Homs, en Syrie. Sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International fournit des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.

Rééducation des blessés de guerre civils : les bienfaits de la kinésithérapie
© Peter Biro / HI

Rééducation des blessés de guerre civils : les bienfaits de la kinésithérapie

Les personnes blessées, amputées après un bombardement suivent des séances de kinésithérapie après leur opération. Quelle est l’utilité de ces exercices ? Quels sont leurs effets sur la condition physique du blessé ? Réponses avec Isabelle Urseau, experte en réadaptation à Handicap International.

Des statues parisiennes "appareillées" par Handicap International
© Thomas Dossus / HI

Des statues parisiennes "appareillées" par Handicap International

Handicap International a installé des prothèses factices sur plusieurs statues de Paris le 6 mars dernier. L’objectif de cette opération éphémère et symbolique était de sensibiliser le public à l’utilisation de l’impression 3D pour l’appareillage de patients dans les pays du Sud. Après une première phase d’essais encourageante dans trois pays, l’association a besoin de fonds pour développer ce programme à plus grande échelle.