Go to main content

Prévenir les risques des mines pour protéger les civils

Mines et autres armes
Irak

Depuis le début de son intervention d’urgence en Irak, en 2014, Handicap International conduit des activités d’éducation aux risques des mines auprès de la population dans plusieurs gouvernorats du pays. Améliorer la sécurité des déplacés, des rapatriés et de la population locale représente l’un des engagements majeurs de l’association dans la région.

En Irak, deux frères regardent les prospectus laissés par l’équipe de Handicap International à la fin d’une session d'éducation aux risques des mines.

© E. Fourt / Handicap International

« Lorsque j’étais petite, ma famille et moi avons fui Bagdad. À l’époque je n’avais que 6 ans, mais je m’en souviens encore très bien. Nous sommes partis à pieds et nous marchions en rang serré, les uns derrières les autres… À chaque fois que nous nous éloignions un peu de la file que nous avions formée, mon père nous intimait, apeuré, de rester au centre de la route », raconte Sarah, en chemin vers l’une de ses tournées quotidiennes. « J’étais trop jeune pour comprendre pourquoi à l’époque. Aujourd’hui, mon métier est de donner ce genre de conseils aux autres ». Sarah est responsable des activités d’éducation aux risques des mines à Kirkouk, en Irak.

Chaque jour avec ses équipes, elle fait du porte-à-porte et mène des sessions dans les écoles, pour sensibiliser les populations déplacées ou vivant dans des zones contaminées par des restes explosifs de guerre, aux risques des mines et des engins non explosés. Après des décennies de guerre, l’Irak est l’un des pays les plus contaminés au monde par les armes conventionnelles et les bombes artisanales. Cependant, selon les évaluations menées par l’association, la population n’est pas sensibilisée aux risques que ces engins représentent. L’action de Sarah et des équipes est donc essentielle : elles s’assurent que les messages de sécurité sont bien communiqués et disséminés au sein de la population, pour prévenir les risques de blessures ou de décès.

Retrouver un semblant de vie

« Parfois, les bénéficiaires sont assez réticents quand on arrive chez eux », explique Sarah. « Ils nous demandent en quoi une session d’éducation aux risques des mines pourrait bien améliorer leur quotidien. Je leur réponds toujours que ce qu’on leur apporte est invisible, on leur fait un cadeau : celui de la vie. Il suffit généralement d’une session pour qu’ils comprennent l’aspect essentiel de notre action…» La première maison dans laquelle se rendent Sarah et ses collègues est habitée par une famille déplacée, originaire du gouvernorat voisin de Salah Al Din. Ayant fui le groupe État islamique lorsqu’il est arrivé dans leur ville, ils écoutent attentivement les conseils des professionnels de Handicap International. Le père fait quelques blagues pour détendre l’atmosphère mais chacun semble concentré, prêt à comprendre comment réagir face au danger, conscient de l’importance de cette session.

Quotidiennement, Sarah et ses collègues rendent visite à plusieurs familles dans des quartiers préalablement ciblés par les équipes de Handicap International. Ce jour-là, elles rencontrent aussi un père de famille, ex-soldat victime de tortures puis une autre famille, qui a déjà acheté un détecteur de mines, en prévision du retour. Les histoires de ces personnes sont uniques et pourtant, elles se ressemblent toutes. Chacune a dû quitter sa ville à contrecœur, toutes attendent impatiemment de pouvoir  rentrer… « Je les comprends », explique Sarah. « J’ai vécu la même situation qu’eux. Au cours de ma vie, j’ai été réfugiée dans un pays voisin et déplacée dans plusieurs gouvernorats, au gré des conflits qui secouaient notre pays. Il est facile de perdre espoir dans ce genre de situation. Alors, souvent, quand je rencontre ces gens, je partage avec eux mon histoire. Je veux qu’ils réalisent que ça ne durera pas éternellement, qu’il faut s’armer de patience mais qu’il n’est pas impossible de retrouver un semblant de vie normale. »

À travers son engagement, Sarah inspire les personnes qu’elle rencontre. Au fil des sessions qu’elle conduit avec les équipes de Handicap International, elle leur assure un avenir plus sûr. Pour qu’un jour, ils puissent enfin connaître la joie de retourner chez eux en toute sécurité.


> En vidéo : les conséquences des bombardements sur les civils en Irak

Publié le : 20 juillet 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

L’action contre les mines en 2018
© Elisa Fourt / HI
Déminer les terres

L’action contre les mines en 2018

Les évolutions du déminage tiennent beaucoup aux mutations récentes des contextes d’intervention. Thomas Hugonnier, responsable de l'action contre les mines au siège de Handicap International, explique les caractéristiques du déminage aujourd’hui.

Nada, 10 ans, courageuse survivante de la guerre
© Peter Biro / HI
Réadaptation

Nada, 10 ans, courageuse survivante de la guerre

Nada est une petite fille de 10 ans. En 2017, elle et son père ont été gravement blessés dans un bombardement qui a touché leur maison à Mossoul, en Irak. Tous deux amputés, ils bénéficient de l’aide de Handicap International à l’hôpital de Muharibeen.

+ 150 % de victimes de mines en trois ans : arrêtez le massacre !
© M. Ashraf / HI
Mines et autres armes

+ 150 % de victimes de mines en trois ans : arrêtez le massacre !

Le rapport 2017 de l’Observatoire des mines rend compte de l’augmentation spectaculaire pour la troisième année consécutive du nombre annuel de nouvelles victimes de mines et restes explosifs de guerre. Entre 2013 et 2016, l’accroissement de 150 % du nombre de victimes s’explique par des bilans particulièrement lourds dans les zones de conflit en Afghanistan, en Libye, en Ukraine et au Yémen. Alors que la conférence des États parties au Traité d’Ottawa se tient du 18 au 22 décembre à Vienne en Autriche, Handicap International appelle les États à appliquer le Droit international humanitaire et à faire pression sur les belligérants pour arrêter d’utiliser ces armes barbares.