Goto main content
 
 

Partager son expérience, pour reprendre confiance

Santé
Irak

Handicap International mène en Irak des séances de soutien psychosocial pour les personnes affectées par la crise, avec une attention particulière pour les populations déplacées. Dans le gouvernorat de Kirkouk, des sessions de groupe ont lieu régulièrement. Elles ont pour objectif d’encourager les participants à surmonter leurs traumatismes liés au conflit.

Les séances de groupe ont pour but d’aider à surmonter les traumatismes liés au conflit, et à aider à retrouver la confiance nécessaire pour communiquer avec les autres

© E. Fourt / Handicap International

Assis dans une baraque de ciment perdue au milieu des champs, une dizaine d’hommes discutent. À première vue, la scène pourrait faire penser à un conseil de représentants locaux, réunis pour discuter des affaires de la région. Mais les propos des participants sont très différents. Ces hommes parlent de leurs peurs, de leurs espoirs, de leurs problèmes quotidiens… Ils sont là pour exprimer et partager librement ce qu’ils ressentent, encouragés par Handicap International.

L’association accorde une grande importance au soutien psychosocial dans un contexte de crise qui s’éternise. "Les personnes que l'on aide sont souvent déprimées et n’ont que peu d’espoir face à l’avenir. Le déplacement, la destruction de leur maison et les événements traumatisants qu’elles ont vécus ont des conséquences énormes sur leur état mental. Si leur détresse psychologique est ignorée, elle ne fera qu’augmenter avec le temps. À Kirkouk, peu d’acteurs humanitaires offrent un soutien psychosocial. En cela, notre action est essentielle", estime Jérémie Zahorski, coordonnateur de Handicap International dans le gouvernorat.

Gagner la confiance

Généralement, les séances de groupe se déroulent en plusieurs sessions, qui s’organisent autour de thématiques différentes : le handicap, la violence, les rêves, les espoirs ou encore les difficultés inhérentes au fait de recommencer sa vie dans un nouveau lieu. Les dix hommes réunis aujourd’hui sont tous déplacés. Ils ont fui les conflits qui secouent leur pays pour se réfugier dans le gouvernorat voisin. Au début de la session, ils discutent de leur parcours avec Chino et Schwan, travailleurs psychosociaux. L’équipe de Handicap International écoute attentivement les remarques des uns et des autres concernant les difficultés qu’ils rencontrent et l’importance du soutien de leurs proches et de l’association.

Dans un second temps, Chino et Schwan mettent en place différentes activités, qui permettent aux hommes de mettre des mots sur leurs émotions et de les partager avec les autres. Chacun se prête au jeu et participe activement aux exercices proposés. Les travailleurs psychosociaux ont réussi à gagner la confiance des participants qui se sentent à l’aise pour partager leurs expériences.

2 000 bénéficiaires

Avant la fin de la session, Schwan initie un exercice de relaxation. Le but est de réduire les appréhensions des participants et de les aider à retrouver une certaine sérénité. Au fil du temps et au gré des séances, l’esprit apaise le corps et améliore le bien-être de ceux qui se prêtent à l’exercice. Allongés par terre, les yeux fermés, les hommes écoutent la voix de Schwan et s’évadent dans leurs pensées. Le temps de quelques minutes, ils oublient leur condition de déplacés et les difficultés du quotidien. Ils ne pensent plus qu’à l’instant présent et ils se détendent. Certains s’assoupissent même, signe qu’ils arrivent à lâcher prise.

La session se termine, les hommes rouvrent doucement les yeux. Il est temps pour eux de rentrer chez eux. Certains disent qu’ils attendent déjà avec impatience la prochaine séance. Depuis le début de son intervention d’urgence en Irak en 2014, Handicap International a permis à près de 2 000 personnes, parmi lesquels ces hommes, de bénéficier de séances de soutien psychosocial.


Lire aussi :

Publié le : 30 septembre 2016
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
donateurs@france.hi.org
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail agissez@france.hi.org

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
a.janvier@hi.org 
Voir l'espace Presse

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
donateurs@france.hi.org
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail agissez@france.hi.org

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
a.janvier@hi.org 
Voir l'espace Presse

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

En Ouganda, HI soutient les plus vulnérables face au Covid
© Tiko / HI
Santé

En Ouganda, HI soutient les plus vulnérables face au Covid

Handicap International aide les personnes les plus vulnérables parmi la population ougandaise à subvenir à leurs besoins et accompagne le renforcement des mesures de prévention et de santé publique.

Gaza : un combat quotidien pour survivre
© HI
Inclusion Santé Urgence

Gaza : un combat quotidien pour survivre

Suite à l'escalade de violence en mai dernier, la vie des habitants de Gaza s'est aggravée alors qu’ils faisaient déjà face à la pauvreté et au sous-développement. Handicap International soutient les plus vulnérables.

Restes explosifs en Irak : une contamination catastrophique, obstacle majeur à la reconstruction du pays
© Florent Vergnes / HI
Déminer les terres Stop aux bombardements des civils

Restes explosifs en Irak : une contamination catastrophique, obstacle majeur à la reconstruction du pays

Un rapport de Handicap International dresse, cinq ans après la fin de la guerre, un tableau édifiant du quotidien des Irakiens, dont certains ont trop peur de laisser leurs enfants aller à l'école à pied, ou d’autres sont contraints pour avoir un revenu de travailler dans des endroits pollués par des explosifs.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris