Go to main content

Ouragan Irma : "Nous sommes inquiets pour les plus vulnérables"

Urgence
Haïti

L’ouragan Irma vient de frapper plusieurs îles de la Caraïbe, dont Saint-Martin et Saint-Barthélemy, en faisant des dégâts considérables. Il se dirige désormais vers le Nord d’Haïti. Les équipes de Handicap International présentes dans le pays s’inquiètent pour les personnes les plus vulnérables qui disposent de très peu de moyens de se protéger.

Une partie d'Haïti dévastée par l'ouragan Matthew en octobre 2016 (photo d'archive)

Une partie d'Haïti dévastée par l'ouragan Matthew en octobre 2016 (photo d'archive) | © B. Almeras / Handicap International

L’ouragan Irma, de catégorie 5, qui a frappé violemment plusieurs îles de la Caraïbe, dont Saint-Martin et de Saint-Barthélemy le mercredi 6 septembre, passe actuellement au nord de Porto Rico et risque ensuite de frapper le Nord d'Haïti et Cuba. Présente en Haïti depuis 2008, Handicap International est inquiète pour les populations les plus vulnérables qui n’ont pas les moyens de se protéger face à l’ouragan, et qui vivent dans des lieux difficilement accessibles ou en bord de mer, souvent dans des abris précaires et peu résistants.

« On ne s’habitue pas aux catastrophes »

Depuis Haïti, Catherine Stubbe, directrice de Handicap International sur place, témoigne :

Portrait de Catherine Stubbe, directrice de Handicap International en Haïti« Des messages récurrents circulent sur les radios locales et rappellent des consignes très pratiques : couper les branches des arbres près des maisons, placer les documents à l’abri dans des sacs en plastique, et surtout, se regrouper, éviter toute dispersion. Haïti est placé en état d’alerte, les écoles sont fermées jusqu’à vendredi. Malgré le fait que ce pays soit fréquemment touché par les catastrophes naturelles, on ne s’y habitue pas. La vulnérabilité des populations ne fait que se renforcer. Il y a peu d’obstacles naturels, très peu d’arbres notamment, qui puissent retenir de fortes pluies ou des inondations, et nous sommes inquiets pour les populations les plus vulnérables. De nombreuses personnes vivent dans des zones reculées et n’ont pas facilement accès à l’information, ou n’ont pas les moyens de se mettre à l’abri. »

Handicap International mobilise ses équipes afin d’intervenir immédiatement auprès des personnes qui pourraient être affectées par la catastrophe. L’association est déjà en contact avec les autorités et se prépare à se rendre dans les zones touchées dès la fin de l’alerte et à mener les premières évaluations avec ses partenaires haïtiens. Handicap International s’assure également que ses équipes sont en sécurité.


Présente dans le pays depuis 2008, Handicap International est intervenue suite à l’ouragan Matthew, en octobre 2016, ainsi que lors du séisme de 2010. L’association, qui compte une trentaine de salariés dans le pays, mène également des projets de réduction de risques de catastrophes naturelles en lien avec la Direction de la protection civile dans plusieurs départements du pays.

 
Publié le : 7 septembre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Yémen : déclaration conjointe de plusieurs ONG dont Handicap International
© Google Maps
Urgence

Yémen : déclaration conjointe de plusieurs ONG dont Handicap International

Les ONG internationales travaillant au Yémen se félicitent des prochaines consultations politiques en Suède. La situation dans le pays est devenue plus que critique pour la population.

Handicap International auprès des victimes du séisme et du tsunami
© HI
Réadaptation Urgence

Handicap International auprès des victimes du séisme et du tsunami

Suite au séisme et au tsunami qui ont frappé la province de Sulawesi en Indonésie le 28 septembre 2018, Handicap International soutient les personnes affectées, en collaboration avec l’association IFI.

Se redresser sur ses jambes… et dans sa tête
© Ayman / HI
Réadaptation Urgence

Se redresser sur ses jambes… et dans sa tête

Salim, 17 ans, a été fauché par une bombe dans l’épicerie où il travaillait près de Hodeidah. Soigné à l’hôpital de la ville, il a été amputé en-dessous du genou, un véritable choc. Salim était angoissé : comment pouvait-il continuer à vivre avec une seule jambe ? Comment subvenir aux besoins de la famille ? Comment poursuivre sa scolarité ?