Go to main content
 
 

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"

Réadaptation Santé
Jordanie Syrie

Molham avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue à Homs, en Syrie. Sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International fournit des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.

Molham, jeune Syrien de 12 ans réfugié en Jordanie, est accompagné par Handicap International.

© Philippe de Poulpiquet / HI

« Il y a quelques années, lorsque le conflit s’est intensifié dans notre ville, nous avons décidé de partir en Jordanie », explique la mère de Molham au cours d’une séance de rééducation de son fils. « Quelques mois plus tôt, il avait été blessé. Nous ne voulions vraiment pas quitter notre pays, mais cette situation n’était plus possible. » Molham raconte son accident à Farah, kinésithérapeute de Handicap International, pendant qu’il fait ses exercices. « J’étais assis devant chez moi, quand quelqu’un m’a tiré dans la jambe. J’ai dû passer dix jours à l’hôpital après ça, et on m’a opéré plusieurs fois… »

© Philippe de Poulpiquet / HI 2017

Aujourd’hui, Farah teste l’équilibre de Molham en jouant au football avec lui. Elle encourage le jeune garçon, remarquant les progrès qu’il a fait depuis la dernière session. Mais Molham répond : « Ce n’est pas assez, j’aimerais pouvoir jouer comme avant ». Farah lui explique que cela viendra avec le temps, qu’il faut faire preuve de patience. Mais le passé du jeune Syrien semble plus que jamais présent. « Mon pays me manque beaucoup. Ma maison aussi. Elle était belle et grande, pas comme ici… Tous mes souvenirs sont là-bas. Je me rappelle du chemin de l’école, des après-midis chez mes grands-parents avec mes cousins, des jeux avec mes amis. Aujourd’hui, je ne sais pas où ils sont, ce qu’ils sont devenus. »

"Qu’aucun autre enfant ne soit blessé"

Molham est encore très affecté par la guerre et ce qu’il a vécu. « Lors de son arrivée en Jordanie, il était très agressif. Nous avons proposé à sa mère des séances de soutien psychologique en plus de la kinésithérapie, et cela l’a aidé. Mais il lui faudra du temps pour se remettre totalement », explique Farah. Lorsque l’on demande à Molham quel est son rêve aujourd’hui, il répond : « Je voudrais juste revenir dans la Syrie d’avant. Et qu’aucun autre enfant ne soit blessé dans cette guerre. »

Publié le : 30 mars 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Nord-est de la Syrie : Il est urgent d’assurer la protection des civils et des travailleurs humanitaires
© Google Maps
Protéger les populations vulnérables

Nord-est de la Syrie : Il est urgent d’assurer la protection des civils et des travailleurs humanitaires

Après presque une décennie de guerre civile, l'incursion turque dans le Nord-est de la Syrie relance le cycle de violence, d’angoisse et d'incertitude pour les habitants de cette région. Handicap International est extrêmement préoccupée par l’escalade militaire et la menace que celle-ci fait peser sur la population civile. L'association appelle toutes les parties au conflit à protéger les civils, en particulier dans les zones peuplées ciblées par les frappes aériennes et les tirs d’artillerie.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes »
© Gilles Lordet / HI
Réadaptation Santé

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour Handicap International à Sana’a au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par l'association et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.

Les Yéménites sont épuisés par 4 ans de guerre
© ISNA Agency / HI
Réadaptation Urgence

Les Yéménites sont épuisés par 4 ans de guerre

Handicap International apporte des soins de réadaptation et un accompagnement psychosocial dans 8 structures de santé à Sana’a depuis 2015, et dans l'un des principaux hôpitaux d’Aden depuis juillet dernier. Maud Bellon, chef de mission de l'association sur place, témoigne d’une situation inacceptable pour les civils yéménites.