Goto main content
 
 

"J’ai appris à accepter le handicap de ma fille"

Inclusion
Palestine

Handicap International met en place un projet d’éducation inclusive à Gaza dans les Territoires palestiniens. Shahed, 14 ans, atteinte de paralysie cérébrale, bénéficie d’un soutien personnalisé. Sa famille est également accompagnée par l’association.

Heba et sa fille Shahed bénéficient du soutien de Handicap International à Gaza

Heba et sa fille, Shahed | © Oriane van den Broeck / HI

À Gaza, Shahed, âgée de 14 ans, est atteinte de paralysie cérébrale. Elle et sa mère, Heba, bénéficient du soutien de Handicap International dans le cadre du partenariat de l’association avec une école spécialisée.

Soutenir les enfants et leur famille 

Shahed avait 7 mois quand sa mère a observé des changements chez son bébé. Sa fille est alors diagnostiquée : elle est atteinte d’une forme d’infirmité motrice cérébrale. La situation a beaucoup angoissé Heba, qui ne s’y attendait pas du tout.

Grâce à l’intervention de l’association, Heba a tout d’abord bénéficié de séances de sensibilisation au handicap ; elle a participé à un groupe de soutien et à des entretiens avec une psychologue. L’objectif était de déculpabiliser la jeune maman.

>> Lire aussi : Sabir, 15 ans : "Aujourd’hui j’apprends vraiment"

Guider les parents

Les séances de sensibilisation guident les parents dans le parcours scolaire de leur enfant et les aident à gérer la situation de handicap.

« Avant les séances, j’avais l’habitude de me diriger vers la psychologue de l’école au moindre problème pour qu’elle intervienne. Aujourd’hui, j’ai appris à gérer toute seule. J’ai les compétences nécessaires pour soutenir ma fille : cela a eu un impact sur les autres membres de ma famille. Leur relation avec Shahed s’est améliorée », confie Heba. 

Changer la perception du handicap

Heba a également été formée à des techniques de gestion du stress, pour calmer son anxiété. Sa perception du handicap de sa fille a changé, ce qui a ouvert la voie à une meilleure intégration de Shahed dans son entourage.

« J’ai appris à accepter le fait d’avoir un enfant handicapé. Avant, je préférais qu’elle reste à la maison. Mais aujourd’hui, j’insiste pour que ma fille soit avec moi, qu’elle fasse des rencontres et qu’elle participe à des événements. »

Le défi de l’intégration

Néanmoins, l’intégration de Shahed reste un défi : certains services restent difficiles d’accès et parfois, certaines personnes ne sont pas suffisamment informées. « Cela devient particulièrement compliqué lorsque Shahed a des problèmes de santé. J’ai du mal à communiquer avec le personnel médical : ils ne sont pas habitués à gérer des cas de paralysie cérébrale. Il y a aussi un manque de tolérance face au handicap. Certains médecins ont même refusé de recevoir ma fille en consultation », explique Heba.

Sortir de son isolement

Le volet psychosocial du projet de Handicap International a permis à Shahed et sa mère de sortir de leur isolement. L’adolescente bénéficie d’entretiens avec la psychologue de l’école. Depuis ces sessions, Shahed a commencé à se mêler aux autres élèves. Désormais, elle préfère jouer avec ses camarades plutôt que seule, comme elle en avait l’habitude.

Heba, quant à elle, participe à un groupe de soutien réunissant d’autres mères d’enfants handicapés.

« J’ai beaucoup appris en écoutant leurs propres expériences. C’est une occasion unique, être entourée d’autres parents. Nous restons en contact et aujourd’hui, je ne me sens plus seule », conclut Heba. 

Publié le : 18 juin 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Éducation-filles-handicap : comment résoudre l'équation de l'exclusion ?
© P. Jérôme / HI
Droit Inclusion

Éducation-filles-handicap : comment résoudre l'équation de l'exclusion ?

À l'occasion de la Journée internationale de l'éducation le 24 janvier, Handicap International alerte les pays du Sahel et les organisations de coopération internationale sur l'exclusion des filles handicapées de l'école.

L'impact disproportionné du Covid-19 sur les personnes handicapées
© HI
Inclusion Prévention

L'impact disproportionné du Covid-19 sur les personnes handicapées

Le 3 décembre marque la Journée internationale des personnes handicapées, qui restent souvent exclues de la société, a fortiori en période de crise. Les effets à long terme de la pandémie de Covid-19 menacent d'exacerber encore davantage cette situation et la détérioration de leur santé.

Énergie solaire : Dicko œuvre pour un avenir meilleur au Mali
© HI 2020
Inclusion

Énergie solaire : Dicko œuvre pour un avenir meilleur au Mali

Avec le soutien de Handicap International, Dicko installe et répare des panneaux solaires pour subvenir aux besoins de sa famille.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris