Go to main content
 
 

Haya s’occupe à nouveau de ses enfants

Appareiller et rééduquer Déminer les terres Secourir les victimes
Jordanie Syrie

Victime civile de la guerre qui ravage son pays, Haya a vécu l'enfer et connu des souffrances inimaginables. Condamnée à rester handicapée à vie, la jeune femme fait montre d'un incroyable courage pour surmonter son handicap et croire de nouveau en l'avenir. Récit.

Haya

© Sébastien Nogier / Handicap International

Haya est une jeune Syrienne de 30 ans, mère de deux enfants, qui ambitionnait de devenir puéricultrice. En novembre 2012, en plein conflit, elle est touchée à la colonne vertébrale par une balle perdue. Opérée en urgence, les chirurgiens doivent lui enlever la rate et un rein. Elle apprend qu'elle sera paraplégique jusqu'à la fin de sa vie.

Alors que le conflit syrien fait rage, son mari décide de quitter le pays avec Haya et leurs deux enfants. Ils se rendent en Jordanie, où la jeune femme est à nouveau opérée plusieurs fois pour enlever les éclats de balle restant dans sa colonne. À Irbid, la famille s'installe dans un appartement pour reprendre un semblant de vie, mais Haya est désespérée par son handicap et les enfants traumatisés par ces événements.

Réapprendre chaque geste

En mars 2013, une équipe de Handicap International rencontre la jeune femme. Commencent alors de longues séances de rééducation pour Haya, qui doit réapprendre chaque geste. Une fois ses muscles tonifiés, elle reçoit entre autres un fauteuil roulant qu'elle apprend à utiliser pour retrouver de l'autonomie. Son mari est sensibilisé afin de l'aider et l'encourager. Les séances de kiné d'Haya sont suivies d'échanges sur la compréhension et l'acceptation de son handicap.

Aujourd'hui, Haya fait d'énormes progrès. Elle peut à nouveau s'occuper de ses enfants et cuisiner. Des gestes qui semblent anodins mais qu'elle a dû réapprendre lentement, à force d'un courage et d'une volonté de vivre inouïs.

Lire aussi :
Sans vous, nous ne pourrions pas les aider
Une main tendue aux réfugiés

Publié le : 7 mars 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Déminage au Laos : les équipes ne lâchent rien
© N. Lozano Juez / HI
Déminer les terres

Déminage au Laos : les équipes ne lâchent rien

Handicap International continue d’éliminer la menace et de réduire les risques que les restes explosifs de guerre font aujourd’hui encore peser sur les Laotiens. Plus de 40 ans après la fin de la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays plus pollué au monde par ces armes non explosées. Enfouies dans les forêts et les champs, elles représentent une menace directe pour la population et un frein au développement économique.

Escalade de la violence dans le Nord-ouest de la Syrie
© HI
Urgence

Escalade de la violence dans le Nord-ouest de la Syrie

Des dizaines de civils ont été tués lors des bombardements dans la province d'Idlib, dans le Nord-ouest de la Syrie déchirée par la guerre, selon Najat Rochdi, principale conseillère humanitaire de l'envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, et plusieurs autres observateurs. Handicap International réitère son appel à cesser immédiatement les bombardements des zones peuplées de civils.

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos, pays martyr des bombes
© HI
Déminer les terres

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos, pays martyr des bombes

Au moins 2 millions de tonnes de bombes ont été larguées sur le Laos par les États-Unis pendant la guerre du Vietnam. Plus de 50 ans après, le pays demeure le plus pollué au monde par les restes explosifs de guerre. Handicap International agit depuis plus de 20 ans aux côtés des Laotiens dans la lutte contre ces bombes à retardement. Découvrez un reportage du journal La Croix réalisé à l’occasion du partenariat entre le journal et notre association.