Go to main content

Haya s’occupe à nouveau de ses enfants

Appareiller et rééduquer Déminer les terres Secourir les victimes
Jordanie Syrie

Victime civile de la guerre qui ravage son pays, Haya a vécu l'enfer et connu des souffrances inimaginables. Condamnée à rester handicapée à vie, la jeune femme fait montre d'un incroyable courage pour surmonter son handicap et croire de nouveau en l'avenir. Récit.

Haya

© Sébastien Nogier / Handicap International

Haya est une jeune Syrienne de 30 ans, mère de deux enfants, qui ambitionnait de devenir puéricultrice. En novembre 2012, en plein conflit, elle est touchée à la colonne vertébrale par une balle perdue. Opérée en urgence, les chirurgiens doivent lui enlever la rate et un rein. Elle apprend qu'elle sera paraplégique jusqu'à la fin de sa vie.

Alors que le conflit syrien fait rage, son mari décide de quitter le pays avec Haya et leurs deux enfants. Ils se rendent en Jordanie, où la jeune femme est à nouveau opérée plusieurs fois pour enlever les éclats de balle restant dans sa colonne. À Irbid, la famille s'installe dans un appartement pour reprendre un semblant de vie, mais Haya est désespérée par son handicap et les enfants traumatisés par ces événements.

Réapprendre chaque geste

En mars 2013, une équipe de Handicap International rencontre la jeune femme. Commencent alors de longues séances de rééducation pour Haya, qui doit réapprendre chaque geste. Une fois ses muscles tonifiés, elle reçoit entre autres un fauteuil roulant qu'elle apprend à utiliser pour retrouver de l'autonomie. Son mari est sensibilisé afin de l'aider et l'encourager. Les séances de kiné d'Haya sont suivies d'échanges sur la compréhension et l'acceptation de son handicap.

Aujourd'hui, Haya fait d'énormes progrès. Elle peut à nouveau s'occuper de ses enfants et cuisiner. Des gestes qui semblent anodins mais qu'elle a dû réapprendre lentement, à force d'un courage et d'une volonté de vivre inouïs.

Lire aussi :
Sans vous, nous ne pourrions pas les aider
Une main tendue aux réfugiés

Publié le : 7 mars 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le voyage dans le passé de Gniep, une des premières bénéficiaires de HI
© France 3 - mars 2018

Le voyage dans le passé de Gniep, une des premières bénéficiaires de HI

Gniep Smoeun avait 10 ans lorsqu'elle a eu la jambe arrachée par une mine antipersonnel au Cambodge en plein conflit khmer rouge. Aujourd'hui infirmière à Rennes, elle a voulu retourner sur place avec sa fille et le médecin qui l'a sauvée, un certain Jean-Baptiste Richardier, cofondateur de Handicap International. Découvrez le reportage diffusé sur France 3 fin mars.

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"
© Philippe de Poulpiquet / HI

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"

Molham avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue à Homs, en Syrie. Sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International fournit des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.