Go to main content
 
 

Déminage en Casamance : mission accomplie !

Mines et autres armes
Sénégal

Handicap International a achevé ses opérations de déminage en Casamance, au Sénégal, qui lui avaient été confiées en 2011. Six ans d’action ont permis de libérer plus de 160 000 m² de terres – la superficie d'environ 24 terrains de football – pour le bénéfice de quelque 1,5 million d'habitants de la région.

La Digger, une impressionnante machine qui a grandement facilité le travail de déminage de Handicap International en Casamance, au Sénégal

La Digger, une impressionnante machine qui a grandement facilité le travail de déminage de Handicap International en Casamance, au Sénégal | © Handicap International

Entre 2012 et 2017, l’équipe de démineurs de Handicap International en Casamance, une région du Sénégal, a déminé 163 203 m² et ainsi nettoyé des champs et des voies de communication. Plus de 1,5 million de personnes sont désormais libérées de la menace des mines et restes explosifs de guerre, héritage du conflit indépendantiste dans la région dans les années 1980-1990.

L'équipe a utilisé plusieurs techniques : le déminage manuel avec l'utilisation des détecteurs de métaux, l'emploi de chiens démineurs en 2015 et 2016 et le recours à une machine Digger* notamment à partir de février de 2016, ce qui a permis d'accélérer grandement les opérations. La Digger couvre entre 400 et 500 m² par heure, selon la végétation ou le type de sol, soit entre 2 400 et 3 000 m² pour une journée de travail de 6 heures. Une équipe de démineur avec des chiens couvre en moyenne 300 à 400 m² de terrain en une journée de travail.

Des mines indétectables

27 mines ont pu être sécurisées depuis décembre 2015. « Certaines sont détruites sur place, d’autres sont neutralisées et stockées afin de les utiliser soit pour la formation de déminage, soit pour l’entraînement des chiens pour repérer les mines », explique Faly Keita, chef de la base Handicap International en Casamance.

La Digger a été particulièrement précieuse pour les équipes de l'association, notamment en raison de la présence de PRBM 35, une mine indétectable.

« Le déminage a permis de redonner confiance aux populations locales, de retrouver leurs terres et de les travailler plus sereinement. Dans le village de Kanico, les habitants ont même pu construire une église sur une zone déminée par Handicap International en janvier 2017. »

Faly Keita, chef de la base Handicap International en Casamance

Le Sénégal a rejoint en 1998 le Traité d’Ottawa qui interdit les mines antipersonnel et a prévu de se déclarer libre de mines d'ici 2021.


* Une Digger est un char de déminage. Il s’agit d’un véhicule blindé qui, à la façon d'une moissonneuse-batteuse, fait tourner sur sa partie avant des poids en métal. En frappant le sol, ces derniers font exploser les mines et les restes explosifs de guerre qui se trouvent sur son passage.

Publié le : 17 novembre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Vers une déclaration politique contre les bombardements en zones peuplées
© HI
Mines et autres armes

Vers une déclaration politique contre les bombardements en zones peuplées

Le 18 novembre à Genève, délégations d’États, militaires, agences onusiennes et société civile se réunissent pour entamer des discussions sur une déclaration politique contre l'utilisation des armes explosives en zones habitées.

Bombardements de civils : les États reconnaissent enfin l'urgence d'agir
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables

Bombardements de civils : les États reconnaissent enfin l'urgence d'agir

133 États se sont réunis les 1er et 2 octobre lors de la Conférence de Vienne sur la protection des civils dans les guerres urbaines. Une majorité est prête à travailler sur une déclaration politique visant à mettre fin aux souffrances humaines causées par l'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées. Les discussions qui se tiendront durant les prochains mois seront décisives.

Civils bombardés : à Vienne, les États doivent prendre leurs responsabilités
© A. Al Osta / HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables

Civils bombardés : à Vienne, les États doivent prendre leurs responsabilités

Plus de 90 États participent à la Conférence de Vienne qui a lieu les 1er et 2 octobre. Cette rencontre cruciale marque le début des discussions sur la déclaration politique internationale visant à mettre fin à l'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées. Alma Taslidžan Al-Osta, responsable du plaidoyer à Handicap International, explique les derniers préparatifs.