Accès direct au contenu
 
 

« La réadaptation et le soutien psychosocial me font du bien »

Réadaptation Urgence
République démocratique du Congo

Comme des milliers d’autres personnes au Nord Kivu en RDC, Kanyere Mwamini, 24 ans, a été victime des conflits qui déchirent la région. Fusillée chez elle, touchée à la jambe, à la poitrine et à la main, elle bénéficie de séances de rééducation de Handicap International et tente de surmonter l’immense tristesse qui l’accable avec le soutien d'un psychologue de l'association.

Kanyere Mwamini, fusillée chez elle, est soignée à l'hôpital de Rutshuru, au Nord Kivu en RDC. Elle bénéficie de séances de réadaptation et de soutien psychosocial avec Handicap International.

Kanyere Mwamini est soutenue par Handicap International qui fournit soins de réadaptation et soutien psychosocial. | © Patrick Meinhardt / HI

Kanyere Mwamini témoigne :

« Je vivais à Kanyabayonga-Lusogha, au nord de Rutshuru, avec mon mari et mes quatre enfants. Je ne suis jamais allée à l’école, je travaillais dans les champs. Le 17 septembre 2019, on était à la maison quand on a entendu des coups de feu. Mon mari est allé voir, il a été tué immédiatement. Un de mes quatre enfants a été tué sur le coup aussi. Des hommes armés qu’on ne connaissait pas. On m’a tiré dessus et je me suis évanouie. Des voisins m’ont emmenée dans un centre de santé. Le médecin m’a dit que j’avais une fracture ouverte de deux os de la jambe droite. J’ai aussi été amputée du pouce et de l’index gauche. J’ai été touchée à la poitrine. Aujourd’hui, je suis à l’hôpital de Rutshuru depuis trois mois. On m’a dit que mes enfants allaient bien, mais je n’ai aucun moyen de les appeler, j’ai un téléphone mais pas de crédit. Ma tristesse ne s’en va pas. En une seconde, j’ai perdu mon mari et un de mes enfants. Je me sens terriblement seule. J’ai mal. »

« Nous avons dû opérer la jambe droite et raccourcir un membre, la jambe est aujourd’hui plus courte que l’autre, ce qui est très embêtant. De plus, la plaie ne guérit pas bien, elle suinte, ce qui peut être le signe d’une infection. Il se peut qu’il y ait encore des éclats de balles dans la jambe, et que le corps veuille les rejeter », explique l'un des médecins de l’hôpital de Rutshuru.

Kanyere Mwamini poursuit : 

« Grâce au kiné de Handicap International, Jean-Claude, je bénéficie de séances de réadaptation pour réapprendre à marcher. J’ai aussi reçu des béquilles. Et je vois Jonathan, le psychologue de l'association, pour du soutien psychosocial avec d’autres victimes de conflit. Cela me fait du bien. Au début, je revivais sans cesse le drame. Je repensais à ce qu’il s’était passé, en boucle. Maintenant, je me sens un peu mieux. On partage ce qu’on a vécu, on pleure... Mais cela reste dur. Je n’arrive plus à projeter, je n’ai plus rien. »

> Lire aussi "Au Nord Kivu, de la réadaptation d’urgence pour plus de 1 600 victimes de conflit"

Publié le : 3 mars 2020
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Handicap International primée deux fois par l’Union européenne pour ses projets innovants
© HI
Innovation Mines et autres armes Réadaptation

Handicap International primée deux fois par l’Union européenne pour ses projets innovants

L’Union européenne a distingué à deux reprises le 24 septembre Handicap International, par la remise du Prix Horizon du Conseil européen de l'Innovation pour "une aide humanitaire high-tech et durable". Ces récompenses consacrent la volonté de l’association de proposer des solutions concrètes, efficaces et innovantes afin d’améliorer la prise en charge des personnes vulnérables.

Des familles n’ont plus les moyens d’acheter un ticket de bus pour se rendre au centre de santé
© HI
Mines et autres armes Réadaptation

Des familles n’ont plus les moyens d’acheter un ticket de bus pour se rendre au centre de santé

Kinésithérapeute pour Handicap International, Rana Abdel Al explique son travail auprès des personnes handicapées. Nombre d’entre elles, désormais réfugiées au Liban, ont été blessées pendant la guerre en Syrie.

Beyrouth : alléger les souffrances des blessés, dont les réfugiés syriens
© Tom Nicholson / HI
Urgence

Beyrouth : alléger les souffrances des blessés, dont les réfugiés syriens

Les explosions à Beyrouth survenues le 4 août dernier ont impacté de nombreux habitants. C’est le cas de Ramadan, 23 ans, réfugié syrien originaire d’Alep. Handicap International est à ses côtés pour soulager ses souffrances.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris