Go to main content

Une journée avec les démineurs de Handicap International

Déminer les terres
Liban

Présente au Liban depuis 2006, Handicap International mène des opérations de déminage au nord du pays afin de rendre à la population des terres sécurisées, libérées de toute présence de mine antipersonnel. Ce travail fastidieux est mis en œuvre par deux équipes de démineurs expérimentés.

© Gwenn Dubourthoumieu / Handicap International

Il est 5h30 quand tous les démineurs se rassemblent à la base de Handicap International de Toula, un village dans la montagne, situé à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de Beyrouth. La journée commence en salle de réunion où Mohamed El Ezzi, responsable des activités de déminage, explique le programme de la journée

Puis, dès 6 heures, les équipes prennent la route pour le site de déminage de Douq. Une fois arrivés, ils préparent leur équipement. Il faut assembler les détecteurs de métaux, vérifier leur bon fonctionnement, l'état des batteries et, enfin, calibrer les détecteurs pour éviter d'être perturbé par des signaux intempestifs déclenchés par les poussières de métaux présents dans le sol. Ensuite, chacun enfile rapidement sa combinaison et son masque de protection avant de rejoindre sa ligne, une bande de terre d'un mètre de large. Une distance de sécurité de 25 mètres entre chaque ligne permet d'éviter que plusieurs personnes ne soient blessées en cas d'explosion.

Concentration maximale exigée

Le site de Douq est particulièrement escarpé et recouvert d'arbustes et de ronces. Le déminage s'y avère particulièrement compliqué. En rejoignant sa ligne, chaque démineur commence par effectuer une vérification visuelle des zones les plus proches avant de contrôler à l'aide d'une tige métallique la présence de fils qui pourraient actionner une mine à distance. A l'aide d'un sécateur, il coupe minutieusement les herbes et élague les bosquets avant d'inspecter le secteur à l'aide de son détecteur de métal. C'est un travail long et fastidieux, qu'il faut réitérer tous les 30 centimètres !

La chaleur estivale rend la concentration difficile. Il est pourtant primordial de rester extrêmement concentré, toute erreur pouvant s'avérer fatale. C'est pourquoi une pause de 10 minutes est imposée après 50 minutes de travail. Les chefs d'équipe passent régulièrement vérifier le travail et s'assurer de l'entière vigilance des démineurs.

La journée est ponctuée par ces phases de grande concentration et de repos, pour se terminer à 14 heures. Chacun monte alors dans les véhicules et repart avec le sens du devoir accompli.

Les deux équipes de Handicap International nettoient environ 5 000 m² de terre contaminée par mois. Composées d'une vingtaine de démineurs, leur objectif est de venir à bout de la totalité des 150 000 m² de zones polluées dans le district de Batroun, le plus contaminé de la Province du Nord Liban. Depuis le début de ses actions début 2011, Handicap International, seul opérateur de déminage humanitaire sur place, y a déjà déminé 120 000 m² de terres. La présence de mines au nord du Liban est le triste héritage d'une guerre civile qui a duré 15 ans (1975-1990),

1 Ces opérations de déminage consistent à identifier et détruire les mines antipersonnel jonchant le sol des anciennes zones de combat au Nord du Liban.
Publié le : 7 octobre 2013
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Votre aide a renforcé notre motivation"
© Elisa Fourt / HI
Réadaptation Urgence

"Votre aide a renforcé notre motivation"

Talal et sa famille sont réfugiés au Liban depuis le début de la guerre en Syrie. L’année dernière, le père de famille a été victime d’un grave accident et est aujourd'hui partiellement paralysé. Handicap International l’accompagne avec des soins de kinésithérapie.

L’action contre les mines en 2018
© Elisa Fourt / HI
Déminer les terres

L’action contre les mines en 2018

Les évolutions du déminage tiennent beaucoup aux mutations récentes des contextes d’intervention. Thomas Hugonnier, responsable de l'action contre les mines au siège de Handicap International, explique les caractéristiques du déminage aujourd’hui.

Le quotidien de Mariam, kinésithérapeute au chevet des réfugiés syriens
© Elisa Fourt / HI
Réadaptation

Le quotidien de Mariam, kinésithérapeute au chevet des réfugiés syriens

La guerre qui déchire la Syrie depuis bientôt sept ans a provoqué des mouvements de population sans précédent. On compte plus de 5 millions de réfugiés syriens dans les pays limitrophes, dont plus d’un million rien qu'au Liban. Mariam travaille comme kinésithérapeute pour Handicap International dans le pays depuis le lancement de la réponse d’urgence de l’association. Elle raconte son quotidien au chevet des réfugiés, elle qui voit concrètement sur le terrain l'énorme différence que la réadaptation apporte dans la vie des personnes touchées par le conflit.