Go to main content

Séisme en Indonésie : de nombreuses personnes ont besoin de soins de réadaptation

Urgence
Indonésie

Suite au tremblement de terre qui a frappé le 7 décembre la province d’Aceh en Indonésie, Handicap International s’est rendue dans les zones affectées afin d’évaluer l’ampleur de la catastrophe. De nombreuses personnes ont besoin de soins de réadaptation et d’aides à la mobilité, comme des fauteuils roulants ou des béquilles.

Séisme en Indonésie (photo d'archive Handicap International)

Séisme en Indonésie (photo d'archive Handicap International) | © B. Darrieux / Handicap International

Le séisme de magnitude 6,5 qui a frappé le 7 décembre dernier la province d’Aceh (district de Bireuen et de Pidie Jaya) en Indonésie a tué plus de 100 personnes et blessé plus de 600 autres. Plus de 250 maisons et échoppes, 14 mosquées, 1 école et 1 hôpital se sont effondrés, et plusieurs routes principales ont été endommagées, compliquant l’accès à certaines zones affectées. Plus de 3 200 individus ont été déplacés dans des abris temporaires, et de nombreuses personnes ont passé la nuit dans des lieux surélevés, craignant que de nouvelles secousses provoquent un tsunami. L’état d’urgence a été déclaré au niveau provincial.

Présente en Indonésie depuis 2005, Handicap International a envoyé le 8 décembre un expert urgentiste et un kinésithérapeute dans les zones touchées afin d’évaluer la nécessité d’une intervention d’urgence :

Portrait de Laura Giani, responsable des programmes Asie à Handicap International« Nous nous sommes rendus sur place : de nombreuses personnes blessées par le tremblement de terre ont besoin de suivre des séances de réadaptation et de recevoir des fauteuils roulants, des béquilles et des déambulateurs. Nous avons déjà distribué quelques aides à la mobilité. Il est également essentiel que les personnes handicapées soient prises en compte par les acteurs humanitaires, qu’elles aient accès aux services (soins de santé, alimentation et eau potable, etc.) ou soient référées vers d’autres organisations qui leur apportent un soutien adapté. » 

Laura Giani, responsable des programmes Asie à Handicap International

Après le tsunami dévastateur du 26 décembre 2004, Handicap International avait mené une action d’urgence en Indonésie, au Sri Lanka et en Inde, et permis à plus de 3 600 victimes de bénéficier de séances de réadaptation. Aujourd’hui, l'association est toujours active en Indonésie dans les provinces de Yogyakarta et de Nusa Tengara Timur. Elle défend les droits des personnes handicapées, renforce leur participation au sein de leur communauté et les prépare aux risques de catastrophes naturelles.

Publié le : 9 décembre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

De nombreuses victimes du tsunami restent inaccessibles
© AFP photo / Adek Berry
Urgence

De nombreuses victimes du tsunami restent inaccessibles

Les conséquences du séisme et du tsunami qui ont frappé l’Indonésie continuent de se faire sentir. Les phénomènes de liquéfaction*, notamment, entraînent l’engloutissement de villages entiers, portant à plus de 10 000 le nombre de blessés et à 800 celui des personnes portées disparues.

Tsunami : plus de 190 000 personnes ont besoin d’aide
© CIS-Timor / HI
Urgence

Tsunami : plus de 190 000 personnes ont besoin d’aide

Un séisme puis un tsunami ont violemment frappé le centre de l’archipel d’Indonésie le 28 septembre, causant plus de 1 400 décès et 2 500 blessés graves. Handicap International a envoyé une équipe d’experts urgentistes en renfort et coordonne sa réponse avec les organisations locales.

Innovation : le défi de HI pour cartographier des zones à risque
© Caroline Fréchard / HI
Solidarité Urgence

Innovation : le défi de HI pour cartographier des zones à risque

Handicap International et crowdAI ont lancé le "Mapping Challenge" pour cartographier des zones à risque de catastrophe humanitaire. Quelque 50 chercheurs ont planché sur 720 algorithmes développés puis testés. Les cinq meilleures solutions ont été présentées le 4 octobre à Turin à la Conférence internationale sur la science des données et l’analytique avancée.