Accès direct au contenu
 
 

Santé mentale : pour la dignité des personnes handicapées

Santé
France

Handicap International et l’Agence Française de Développement (AFD) organisent les 11 et 12 octobre à Paris un atelier sur la santé mentale à l’intention des bailleurs de fonds, des professionnels de la santé mentale et des usagers. Aude Bausson, coordinatrice de programmes de santé mentale, explique les enjeux de ces deux journées.

Atelier perles, séance d'ergothérapie au Centre de santé mentale de Lomé au Togo

Atelier perles, séance d'ergothérapie au Centre de santé mentale de Lomé au Togo | © R. Binard / Handicap International

Aude Bausson, coordinatrice de programmes de santé mentale à Handicap International :

« Cet atelier a trois objectifs. Le premier est d'alerter les États, les bailleurs de fonds et les professionnels de la santé mentale sur les atteintes à la dignité des personnes souffrant d’un handicap mental ou psychosocial. Leur stigmatisation est forte dans de nombreux pays. Dans le monde, 18 000 personnes souffrant de troubles mentaux seraient enchaînées… Dans ces cas extrêmes, les autorités ou les familles elles-mêmes voient dans cette méthode le seul moyen de maîtriser un individu malade.

Ces deux jours de séminaire seront également l’occasion d’échanger sur les bonnes pratiques. Des professionnels et des usagers (bénéficiaires de programmes de santé mentale) venant du Kenya, du Togo, etc. sont invités à l'atelier et viennent témoigner. Dans plusieurs pays, nous aidons d'ailleurs ces usagers à s’organiser en associations pour mieux défendre leurs droits.

450 millions de personnes concernées

Enfin, nous voulons sensibiliser les bailleurs de fonds à cette problématique et les inciter à consacrer plus d’importance au volet de la santé mentale dans le financement des politiques de développement.

Le problème de la santé mentale n’est pas anecdotique : 450 millions de personnes dans le monde souffrent de difficultés en lien avec leur santé mentale. Conflits, déplacements, enfermements dans des institutions dégradées, maladies chroniques, etc. les causes sont nombreuses.

Pourtant, les budgets consacrés à la santé mentale sont peu importants, notamment dans les pays à faibles revenus où les besoins sont les plus criants. Peu d’actions sont engagées en faveur des personnes souffrant de problèmes de santé mentale car les autorités ne considèrent pas ces problèmes comme prioritaires, manquent de savoir dans le domaine ainsi que de professionnels formés. »


"Comment vivre dignement avec un handicap mental dans un pays en crise ?"

Atelier de l'AFD en partenariat avec Handicap International, les 11 et 12 octobre 2017 à Paris

Publié le : 11 octobre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

La Covid-19 aggrave la misère des sans-abri
© HI
Inclusion Santé

La Covid-19 aggrave la misère des sans-abri

À Lomé, capitale du Togo, les restrictions liées à la Covid-19 ont aggravé les conditions de vie des sans-abri. Parmi eux, beaucoup d’enfants et de mères isolées. Handicap International a organisé des maraudes pour leur venir en aide.

Covid-19 en Haïti : sensibilisation de la population et des taxis-moto
© HI
Prévention Santé Urgence

Covid-19 en Haïti : sensibilisation de la population et des taxis-moto

Dans ces deux vidéos, Fanor Gustave et Charles Fernand, membres de notre équipe sur place, vous expliquent les actions mises en place par Handicap International en Haïti pour contribuer à freiner la propagation du coronavirus : la sensibilisation de la population aux gestes barrières et celle des chauffeurs de taxis-moto à Port-au-Prince, un moyen de transport très utilisé.

Crise syrienne : pandémie, effondrement économique... et maintenant la famine
© Chris Huby / HI
Santé Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Crise syrienne : pandémie, effondrement économique... et maintenant la famine

Sept organisations humanitaires, dont Handicap International, demandent aux États participant à la Conférence des donateurs sur la crise syrienne (29-30 juin à Bruxelles) de trouver des réponses adéquates face à l’impact de la pandémie de Covid-19 sur la situation humanitaire en Syrie.