Accès direct au contenu
 
 

Santé mentale : pour la dignité des personnes handicapées

Santé
France

Handicap International et l’Agence Française de Développement (AFD) organisent les 11 et 12 octobre à Paris un atelier sur la santé mentale à l’intention des bailleurs de fonds, des professionnels de la santé mentale et des usagers. Aude Bausson, coordinatrice de programmes de santé mentale, explique les enjeux de ces deux journées.

Atelier perles, séance d'ergothérapie au Centre de santé mentale de Lomé au Togo

Atelier perles, séance d'ergothérapie au Centre de santé mentale de Lomé au Togo | © R. Binard / Handicap International

Aude Bausson, coordinatrice de programmes de santé mentale à Handicap International :

« Cet atelier a trois objectifs. Le premier est d'alerter les États, les bailleurs de fonds et les professionnels de la santé mentale sur les atteintes à la dignité des personnes souffrant d’un handicap mental ou psychosocial. Leur stigmatisation est forte dans de nombreux pays. Dans le monde, 18 000 personnes souffrant de troubles mentaux seraient enchaînées… Dans ces cas extrêmes, les autorités ou les familles elles-mêmes voient dans cette méthode le seul moyen de maîtriser un individu malade.

Ces deux jours de séminaire seront également l’occasion d’échanger sur les bonnes pratiques. Des professionnels et des usagers (bénéficiaires de programmes de santé mentale) venant du Kenya, du Togo, etc. sont invités à l'atelier et viennent témoigner. Dans plusieurs pays, nous aidons d'ailleurs ces usagers à s’organiser en associations pour mieux défendre leurs droits.

450 millions de personnes concernées

Enfin, nous voulons sensibiliser les bailleurs de fonds à cette problématique et les inciter à consacrer plus d’importance au volet de la santé mentale dans le financement des politiques de développement.

Le problème de la santé mentale n’est pas anecdotique : 450 millions de personnes dans le monde souffrent de difficultés en lien avec leur santé mentale. Conflits, déplacements, enfermements dans des institutions dégradées, maladies chroniques, etc. les causes sont nombreuses.

Pourtant, les budgets consacrés à la santé mentale sont peu importants, notamment dans les pays à faibles revenus où les besoins sont les plus criants. Peu d’actions sont engagées en faveur des personnes souffrant de problèmes de santé mentale car les autorités ne considèrent pas ces problèmes comme prioritaires, manquent de savoir dans le domaine ainsi que de professionnels formés. »


"Comment vivre dignement avec un handicap mental dans un pays en crise ?"

Atelier de l'AFD en partenariat avec Handicap International, les 11 et 12 octobre 2017 à Paris

Publié le : 11 octobre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Covid-19 : sur le terrain, nos kinés en première ligne
© B. Blondel / HI
Réadaptation Santé Urgence

Covid-19 : sur le terrain, nos kinés en première ligne

Face à la pandémie de Covid-19, Handicap International mobilise ses équipes et adapte ses actions pour protéger les plus fragiles. Les kinésithérapeutes de l'association sensibilisent notamment les populations locales aux gestes d’hygiène à respecter. Témoignage de Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence à HI.

Covid-19 : pour faire face à la pandémie, Handicap International adapte ses activités
© B. Blondel / HI
Insertion Prévention Réadaptation Santé Urgence

Covid-19 : pour faire face à la pandémie, Handicap International adapte ses activités

Alors que la pandémie de coronavirus s’étend aux pays déjà affectés par la pauvreté, les conflits ou les catastrophes naturelles, Handicap International adapte son dispositif à cette crise sanitaire mondiale.

Covid-19 : l'expérience de HI pour aider à protéger les plus vulnérables
© D. Pichard / HI
Santé Urgence

Covid-19 : l'expérience de HI pour aider à protéger les plus vulnérables

Handicap International évalue ses moyens d’action et souhaite mettre à profit son expertise des situations d’urgence et son expérience des crises épidémiques passées. Objectif : comme en France, il est essentiel de protéger les plus vulnérables tels que les personnes handicapées ou âgées.