Go to main content

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !

Réadaptation
Népal

Le 25 avril 2015, un violent séisme secouait le Népal. À des centaines de kilomètres l’une de l’autre, Nirmala et Khendo étaient ensevelies sous les décombres. Amputées d’une jambe, elles se rencontrent à l’hôpital, suivent de nombreuses séances de réadaptation avec les kinésithérapeutes de HI et réapprennent à marcher. Trois ans plus tard, elles sont devenues inséparables, vont à l’école ensemble et rêvent de danser.

Depuis qu'elles se sont rencontrées à l'hôpital, Nirmala et Khendo sont devenues les meilleures amies

Khendo (à gauche) et Nirmala se sont rencontrées à l'hôpital après le séisme de 2015. Depuis, elles ne se quittent plus. | © Elise Cartuyvels / HI

« J’étais avec ma famille chez moi, on a senti la terre trembler. J’ai voulu m’enfuir avec les autres. Un mur est tombé sur moi. Après, je ne sais plus. Je me suis réveillée à l’hôpital à Katmandou, je n’avais plus de jambe. J’ai eu très peur », raconte Nirmala, 10 ans.

Sudan Rimal, kinésithérapeute de Handicap International, explique : « J’ai rencontré Nirmala et Khendo peu de temps après le séisme. J’ai massé leur moignon, je leur ai appris à faire les exercices pour remuscler leur jambe. Elles ont reçu une prothèse et ont réappris à marcher. Je les revois souvent. On doit réajuster leur prothèse tous les six mois, elles grandissent vite. On a développé une très belle relation de confiance ».

Elles font tout ensemble

Trois ans plus, tard, Nirmala et Khendo sont devenues inséparables. La famille de Nirmala s’est installée à Katmandou, son père travaille dans un atelier de textile. Khendo vit sans ses parents, retournés dans le district de Sindhupalchok. Durant les périodes scolaires, les deux filles restent dans un pensionnat, elles sont en quatrième année : « On dort dans la même chambre, dans le même lit. Dès que Nirmala pleure, je pleure. On fait tout ensemble. Je n’ai plus vu mes parents depuis un an. Ils me manquent énormément. J’aime bien vivre en ville et acheter des vêtements dans les magasins, mais je rêve de les revoir ».

À l’école, Khendo aime les sciences : « On apprend des choses sur le corps humain, sur nos vies. Par exemple, qu’il ne faut pas fumer, ni boire de l’alcool. Plus tard je serai institutrice, ou infirmière pour soigner les blessés. » Nirmala complète, les yeux brillants : « Moi, je serai actrice. D’ailleurs, je le suis déjà un peu. J’ai déjà joué dans un film ! Je voudrais devenir célèbre ».

Publié le : 9 mai 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

10 millions de Syriens sous la menace des restes explosifs de guerre
© Benoit Almeras / HI
Déminer les terres Réadaptation Santé Urgence

10 millions de Syriens sous la menace des restes explosifs de guerre

Après huit années de conflit, 70 % de la population syrienne a toujours besoin d’une aide humanitaire d’urgence. Alors que l’accès aux services de base reste une priorité absolue, la contamination des terres par les restes explosifs – sans précédent dans l’histoire du déminage – empêche le retour des civils et compliquera considérablement la reconstruction du pays.

Indonésie : des séances de réadaptation pour près de 800 blessés
© HI
Réadaptation Urgence

Indonésie : des séances de réadaptation pour près de 800 blessés

Cinq mois après le séisme et le tsunami qui ont touché l’Indonésie, Handicap International continue de soutenir les victimes de la catastrophe.

« Le groupe d’entraide me redonne espoir »
© Oriane van den Broeck / HI
Réadaptation Santé

« Le groupe d’entraide me redonne espoir »

Abdel Kareem, 5 ans, est atteint de paralysie cérébrale. Grâce au partenariat de Handicap International avec le centre de rééducation Mousawat, au Liban, un projet de santé mentale a pu être intégré au processus de réadaptation.