Go to main content
 
 

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »

Réadaptation
Népal

Sudan Rimal, 29 ans, est kinésithérapeute pour Handicap International au Népal. Après le séisme qui a frappé le pays le 25 avril 2015, il a aidé des centaines de victimes en menant des séances de réadaptation et en leur apprenant à remarcher. Témoignage d’un professionnel qui a beaucoup appris de cette catastrophe.

Sudan avec Ramesh, un rescapé du séisme de 2015

Sudan avec Ramesh, un rescapé du séisme de 2015 | © Elise Cartuyvels / HI

« J’avais 26 ans, je travaillais pour Handicap International depuis cinq jours. J’étais à l’hôpital Bir Trauma Center, à Katmandou, en train de faire le bandage d’un patient. La terre a commencé à trembler. Tout le monde s’est rué vers la sortie. Je suis d’abord resté avec le patient à l’intérieur, puis on est descendu et on s’est réfugié en bas du bâtiment. Tout le monde hurlait. Quand les secousses se sont calmées, c’était l’apocalypse. Beaucoup de gens étaient morts, on a dû transporter les cadavres. Les jours et mois qui ont suivi, on a travaillé énormément, sans relâche. Il y avait tellement de personnes blessées… J’ai appris à garder mon sang-froid et à travailler dans un contexte d’urgence. Aujourd’hui, je pense que je sais tout faire. »

"J’aime mon métier"

« J’ai notamment rencontré Nirmala et Khendo, deux petites filles qui se sont retrouvées ensevelies sous les murs de leur maison. Elles ont perdu une jambe. Jour après jour, j’ai massé leur moignon, leur ai appris les exercices, leur ai donné envie de se relever. Trois ans plus tard, Nirmala et Khendo sont incroyables, elles remarchent et vont à l’école. Nirmala veut devenir actrice, Khendo institutrice ou infirmière. Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes. J’aime mon métier et je me sens très engagé. »

Spécial Népal, trois ans après le séisme

Publié le : 24 avril 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Technologie 3D : quand l'innovation bénéficie aux plus vulnérables
© Quinn Neely / HI
Innovation Réadaptation

Technologie 3D : quand l'innovation bénéficie aux plus vulnérables

Grâce à l'impression 3D d'appareillages orthopédiques (prothèses et orthèses), il devient plus simple d'aider les populations vulnérables. Démonstration en Ouganda avec Tabita, jeune victime de la polio qui bénéficie de ce projet innovant de Handicap International.

« J’ai entendu les pleurs de Moïse sous les décombres… »
© Davide Preti / HI
Réadaptation

« J’ai entendu les pleurs de Moïse sous les décombres… »

Moïse n'avait que 4 ans lorsqu’il a perdu sa jambe gauche suite au séisme qui a dévasté Haïti le 12 janvier 2010.

10 ans après le séisme, des soins de réadaptation de meilleure qualité et des infrastructures améliorées
© Davide Preti / HI
Réadaptation

10 ans après le séisme, des soins de réadaptation de meilleure qualité et des infrastructures améliorées

Haïti n’a pas été épargné au cours de ces dix dernières années. À un tremblement de terre dévastateur le 12 janvier 2010 suivi d’un terrible ouragan en 2016, s’ajoute une grande instabilité politique qui paralyse le pays encore aujourd’hui. En 2010, Handicap International avait déployé dans le pays l’une des plus grandes missions d’aide humanitaire de son histoire. L'association continue d'apporter une contribution majeure au renforcement du réseau de réadaptation physique.