Go to main content
 
 

Rayida : « Nous avons tout perdu »

Urgence
Irak

En août 2014, le groupe État islamique prenait le contrôle de Jalawla en Irak. La ville a depuis été le théâtre de nombreux affrontements qui ont fait se déplacer des dizaines de milliers de personnes. Reprise en décembre 2015 par les forces armées, Jalawla reste l’un des endroits les plus ravagés par le conflit. Depuis début 2016, les habitants commencent à se réinstaller, bien que la zone ne soit pas sécurisée. Handicap International y mène des activités d’éducation aux risques et d’assistance aux victimes. L’association va lancer très prochainement des activités de déminage pour sécuriser les lieux.

Le fils de Khaled devant la maison de son oncle, dont il ne reste que des ruines

Le fils de Khaled devant la maison de son oncle, dont il ne reste que des ruines | © E. Fourt / Handicap International

Aujourd’hui, le soleil brille à Jalawla et les habitants qui s’y sont réinstallés semblent vaquer à leurs occupations quotidiennes, comme si les événements qui avaient touché leur ville étaient déjà loin. Pourtant, il suffit d’échanger quelques mots avec la première personne que l’on croise au détour d’une rue, pour réaliser que rien n’est plus comme avant. « Nous avons tout perdu », explique Rayida devant sa maison. Cette ancienne professeure d’anglais, aujourd’hui au chômage, est rentrée à Jalawla il y a quatre mois. « Ils ont pillé nos maisons et ils ont tout détruit avant de partir. Aujourd’hui, bon nombre d’entre nous n’avons plus d’emploi. Et regardez nos rues, elles sont ravagées. Mais ce qui m’inquiète le plus maintenant, c’est qu’un accident arrive à mes enfants. Parfois, ils ne sont pas assez prudents… »

> Lire le dossier spécial "Bombarder des civils, ce n'est pas la guerre, c'est un crime !"

Il ne reste rien

Quelques centaines de mètres plus loin, un petit garçon joue devant un immense tas de gravats. Son père, Khaled, commente : « C’était la maison de mon oncle… Voilà ce qu’il en reste aujourd’hui ». Il regarde son fils tendrement avant d’ajouter : « Je le surveille beaucoup, je lui dis qu’il n’a pas le droit d’aller jouer sur les décombres. Et quand je remarque un objet suspect dans la rue, j’appelle immédiatement les autorités. » Ce père de famille a appris les bons réflexes à adopter lors d’une session d’éducation aux risques menée dans son quartier par un partenaire de Handicap International. L’association est présente à Jalawla depuis l'été 2016 pour sensibiliser la population aux risques auxquels elle s’expose et apprendre à chacun les bons gestes à adopter quand il suspecte la présence d’un reste explosif de guerre.

Un peu plus loin, dans le quartier de Shuhada, un vieil homme se tient immobile devant un tas de ruines. Cet endroit a été l’un des plus touchés par le conflit et pas une rue n’a été épargnée par les impacts de balles et autres explosions. « Je suis rentré avec ma femme il y a deux mois. Lorsqu’elle a vu notre maison, elle a eu une crise cardiaque et est décédée sur le coup », raconte tristement Rachid, 61 ans.

Déminer pour sécuriser

« De nombreuses personnes de la ville sont extrêmement traumatisées », commente Awtar, spécialiste en soutien psychosocial pour Handicap International. « Le cas de cet homme n’est pas isolé. Dans le cadre de notre programme d’assistance aux victimes, nous intervenons auprès de centaines de personnes qui sont en état de détresse psychologique. »

Au détour du quartier d’Al Wahda, on trouve une roquette non explosée devant l’une des nombreuses maisons détruites par une explosion. Quelques pas plus loin, un gilet porte-munitions a été laissé sur les lieux. « La ville de Jalawla est infestée de ce genre de dangers », explique Subhi, chargé de projet d’éducation aux risques.  « C’est la raison pour laquelle nous tenons absolument à déminer les lieux. » Dans quelques semaines, plusieurs équipes de démineurs commenceront les opérations de dépollution dans Jalawla et ses environs. Handicap International mènera aussi ces activités de déminage dans d’autres gouvernorats touchés par le conflit, tel que celui de Kirkouk, plus au nord du pays.

Publié le : 14 décembre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« De nombreux Vénézuéliens réfugiés en Colombie sont très fragilisés émotionnellement et psychologiquement »
© Juan Manuel Vargas / HI
Urgence

« De nombreux Vénézuéliens réfugiés en Colombie sont très fragilisés émotionnellement et psychologiquement »

Directeur de Handicap International en Colombie, Gregory Le Blanc témoigne de la situation des Vénézuéliens réfugiés en Colombie et décrit l’intervention d’urgence menée par l'association.

Séisme au Pakistan : Handicap International évalue les besoins sur le terrain
© Muhammad Reza/ANADOLU AGENCY/AFP PHOTO
Urgence

Séisme au Pakistan : Handicap International évalue les besoins sur le terrain

Un séisme de magnitude 5,8 a frappé la province du Penjab (ville de Jhelum) au Pakistan le 24 septembre, faisant au moins 38 morts et 646 blessés. Déjà présente sur place, Handicap International évalue les besoins de plus de 7 000 familles touchées.

Handicap International aide les familles qui fuient le Venezuela
© HI
Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Handicap International aide les familles qui fuient le Venezuela

La Colombie accueille plus d’un million de Vénézuéliens qui ont quitté leur pays. Handicap International apporte une aide d’urgence à ces populations vulnérables.