Go to main content
 
 

Objectif : déminer 50 000 m² dans le Nord-est de la RDC

Déminer les terres
République démocratique du Congo

Handicap International forme des démineurs pour dépolluer des terres dans le Nord-est de la République démocratique du Congo (RDC) avec son partenaire local, AFRILAM (Afrique pour la lutte antimines). Premier objectif : déminer une zones de 50 000 mètres carrés, soit l'équivalent de la superficie de 8 terrains de football.

Les équipes de démineurs de Handicap International en République démocratique du Congo commencent des opérations de déminage en forêt près de Kisangani, en utilisant des détecteurs de métaux et des sondes.

© Handicap International - AFRILAM

29 personnes (dont 14 démineurs) réparties en trois équipes sont en action près des villages de Bangboka et Batiabombe, dans un milieu difficile, une forêt dense et humide. Cette opération de déminage qui repose sur l’utilisation de détecteurs de métaux et de sondes permettra à près de 3 500 villageois de récupérer des terres arables et de reprendre l’agriculture et l’élevage.

Ce projet fait suite aux enquêtes que Handicap International et son partenaire AFRILAM ont menées pendant plusieurs semaines auprès des habitants et des autorités locales pour localiser les risques de contamination par les mines antipersonnel et les restes explosifs de guerre.

Une menace permanente pour les civils

Les mines et les restes explosifs de guerre représentent une menace permanente pour les populations locales qui peuvent en être les victimes plusieurs années après un conflit. Ces armes sont un frein au développement économique du pays car des terrains, voire des pans entiers de territoire, ne sont plus utilisés pour cultiver, construire routes et habitations, etc.

Les mines antipersonnel ont été employées pour la première fois en 1960 en République démocratique du Congo, au lendemain de l’accession du pays à l’indépendance. Depuis 1996, elles ont été largement utilisées par les différents groupes armées qui se sont opposés dans le Nord et l’Est du pays, au gré des nombreux conflits qui se sont succédé. Aujourd’hui encore, elles sont une menace permanente pour les populations locales.

Handicap International est présente en RDC depuis 20 ans. L'association a été un acteur majeur du deminage, ses dernières opérations dans le domaine remontant à 2014. Avec AFRILAM, son partenaire depuis 2008, elle est engagée pendant trois ans dans de nouvelles opérations de ce type.

Membre du Traité d’Ottawa, la République démocratique du Congo s’est donné jusqu’en 2021 pour se déclarer libre de mines.

Publié le : 22 juin 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les bombardements en zones peuplées, un désastre pour les civils
© E. Fourt / HI
Déminer les terres Mines et autres armes

Les bombardements en zones peuplées, un désastre pour les civils

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a discuté le 23 mai de la protection des civils dans les conflits armés. Une délégation de Handicap International était présente au siège de l'ONU pour convaincre les États de s'engager contre les bombardements en zones peuplées. À la tête de cette délégation, Alma Al Osta, responsable Plaidoyer armes, explique les actions de l'association.

Les démineurs de Handicap International de retour en Casamance
© HI
Déminer les terres

Les démineurs de Handicap International de retour en Casamance

De nombreux restes explosifs continuent de menacer les populations qui vivent dans cette région du Sud du Sénégal. L’association relance ses activités de déminage avec l’objectif de dépolluer 70 000 m² de terres d’ici juillet. Focus à l'occasion de la Journée internationale contre les mines le 4 avril.

10 millions de Syriens sous la menace des restes explosifs de guerre
© Benoit Almeras / HI
Déminer les terres Réadaptation Santé Urgence

10 millions de Syriens sous la menace des restes explosifs de guerre

Après huit années de conflit, 70 % de la population syrienne a toujours besoin d’une aide humanitaire d’urgence. Alors que l’accès aux services de base reste une priorité absolue, la contamination des terres par les restes explosifs – sans précédent dans l’histoire du déminage – empêche le retour des civils et compliquera considérablement la reconstruction du pays.