Go to main content

Lutte contre les bombardements des civils : HI pose quatre objectifs politiques

Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre
International

Dans son combat contre les bombardements des civils, Handicap International attend de la communauté internationale qu’elle produise une déclaration forte en la matière. Pour ce faire, l’association pose quatre objectifs politiques clairs. Précisions.

OBJECTIF 1

Nous voulons que les États reconnaissent les conséquences humanitaires des bombardements.
En publiant des rapports et des témoignages, nous alertons et nous sensibilisons les États sur les conséquences des bombardements, sur les types de blessures qu’ils provoquent, sur les déplacements forcés, les traumatismes physiques psychologiques des victimes... Nous cherchons à susciter chez les États une prise de conscience sur l’ampleur et la gravité des conséquences engendrées par cette pratique. Nous voulons les amener à prendre position et à s’engager contre ce fléau.

OBJECTIF 2

Nous voulons que les États condamnent publiquement les bombardements en zones peuplées.
Quand un bombardement tue et blesse des civils, les États doivent réagir, condamner l’incident, faire pression sur les belligérants pour qu’ils respectent le droit international et protègent les civils. La pression de la communauté internationale peut produire des effets en condamnant les pays responsables de bombardements tuant des civils.
Il est de la responsabilité de tous les États de défendre les règles internationales (Traité d’Ottawa, Convention d’Oslo qui interdisent respectivement les mines antipersonnel et les armes à sous-munitions, Conventions de Genève), de les appliquer et les faire appliquer.

OBJECTIF 3

Nous voulons que les États agissent pour mettre fin précisément à l’utilisation des armes explosives à large rayon en zones peuplées.
Les États doivent s’engager publiquement à mettre fin à l’utilisation des armes explosives à large rayon d’impact en zones peuplées. Ils doivent également soutenir et rejoindre les initiatives internationales qui ont cet objectif. Actuellement, un petit groupe d’États travaille sur le projet d’une déclaration politique contre l’utilisation des armes explosives en zones peuplées.

OBJECTIF 4

Les États doivent contribuer à l’assistance des victimes et au déminage des zones affectées.
Les États doivent aider au financement des programmes d’aide aux victimes et de leurs familles, et du déminage des zones contaminées : lors d’un bombardement, un pourcentage important des bombes n’explosent pas à l’impact. D’autres explosent mais laissent des résidus explosifs tout aussi dangereux. Pouvant exploser à tout moment, ces restes explosifs de guerre sont un danger à long terme pour les populations.
Les blessures provoquées par des bombes, missiles, etc. sont complexes, avec souvent de graves séquelles invalidantes, ainsi que des traumatismes psychologiques lourds. L’invalidité qu’elle engendre s’accompagne souvent d’une stigmatisation sociale qui rend difficile le retour de la victime à la vie normale.

=> Revenir au dossier

Publié le : 15 mars 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Armes explosives en zones peuplées : protéger les civils doit être une priorité
© William Daniels / HI
Mines et autres armes

Armes explosives en zones peuplées : protéger les civils doit être une priorité

Handicap International participe à des discussions à Genève le 12 septembre sur l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées. L’occasion de partager les pratiques militaires permettant de minimiser l’impact humanitaire des bombardements. Engagée dans la campagne internationale "Stop Bombing Civilians" qui vise à mettre fin à l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, l’ONG témoignera des conséquences humanitaires qui en découlent.

99 % des victimes de sous-munitions sont des civils
© Philippa Poussereau / HI
Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre

99 % des victimes de sous-munitions sont des civils

Le rapport 2018 de l’Observatoire des sous-munitions fait état d’une baisse importante du nombre de victimes entre janvier 2017 et août 2018. Cette avancée notable occulte néanmoins une réalité inacceptable : la quasi totalité des victimes de ces armes barbares sont des civils.

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre
© E. Fourt / HI
Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre Secourir les victimes

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre

Un an après la libération de Mossoul, HI publie un mini-rapport sur la pollution phénoménale de Mossoul par les restes explosifs de guerre, consécutive à plusieurs mois de combats. Particulièrement en cause : les bombardements massifs et quasi quotidiens pendant l’offensive militaire entre octobre 2016 et juillet 2017.