Goto main content
 
 

Les Ukrainiens de retour chez eux vivent sous la menace des engins explosifs

Mines et autres armes Urgence
Ukraine

En Ukraine, certaines personnes commencent à rentrer chez elles dans des villes contaminées par les engins explosifs. Handicap International les prépare à identifier les dangers et à adopter des comportements sûrs.

Une petite fille fait du vélo devant des immeubles détruits par les bombardements à Borodyanka, en Ukraine

© Till Mayer / HI

Les engins explosifs menacent les familles

Des bombardements et des tirs d’artillerie ont été confirmés dans plusieurs villes d’Ukraine, notamment Tcherkassy, Tchernihiv, Donetsk, Dnipropetrovsk, Kherson, Kharkiv, Kiev, Louhansk, Marioupol, Mykolaïv, Odessa, Soumy, Jytomyr et Vinnytsia.

« Au-delà des destructions initiales, ces attaques peuvent laisser des zones fortement contaminées par des munitions explosives, car un pourcentage variable de ces engins ne fonctionne pas comme prévu ou sont délibérément déployés pour tuer ou blesser des individus », explique Perrine Benoist, Directrice de la réduction de la violence armée à Handicap International. « Ces restes explosifs de guerre peuvent rester dangereux pendant des jours, des semaines, voire des années. »

Handicap International va travailler dans l’Est et l’Ouest de l’Ukraine avec les personnes déplacées et les centres collectifs pour mieux préparer la population à faire face aux menaces liées au conflit et aux engins explosifs.

Éducation aux risques et comportements sûrs

« Comme beaucoup de gens commencent à rentrer chez eux, ils vont inévitablement trouver des pièges et des engins explosifs. Nous voulons leur apprendre à reconnaître ces menaces, à y réagir et à les signaler. »

Céline Cheng, spécialiste de l’éducation aux risques des engins explosifs à Handicap International

Pour repérer les signes de pièges, l’éducation aux risques apprend aux individus à rechercher des irrégularités dans le sol telles que des changements de couleur, des zones surélevées ou aplaties, ainsi que des emballages ou des fils éparpillés. Les signes d’effraction dans les bâtiments ou les voitures peuvent également signaler la présence d’explosifs à l’intérieur. Les habitants sont encouragés à utiliser uniquement les routes à fort trafic lors de leurs déplacements, plutôt que des raccourcis ou des routes peu fréquentées. Ils ne doivent jamais rouler sur des objets inconnus et ne doivent pas s’aventurer dans des zones où se trouvent des gravats ou des débris. Les membres de la communauté sont également encouragés à rester en contact fréquent avec leurs voisins, leurs amis et leur famille afin d’échanger des informations sur tout dispositif ou objet suspect qu’ils pourraient découvrir.

« Le problème des engins explosifs n’est pas nouveau en Ukraine », explique Céline Cheng. « On y trouve des vestiges des Première et Deuxième guerres mondiales, du conflit de 2014, et maintenant il y a cette guerre. Notre population cible a probablement déjà une certaine connaissance des engins explosifs. Il est donc essentiel de se concentrer davantage sur les messages de sécurité, de mettre en évidence les comportements à risque et d’identifier les nouveaux types de contamination en Ukraine. »

« Une chose qui m’a vraiment frappée, c’est que les gens prennent des vidéos des dégâts causés par les engins explosifs avec leurs téléphones portables, puis les postent sur les réseaux sociaux. Pour filmer, ils s’approchent tout près, ce qui est un comportement assez dangereux », ajoute Céline Cheng. « J’ai même vu des vidéos de civils en train de retirer des mines de la route pour les déposer dans la forêt. Même si l’intention est bonne, il s’agit en réalité d’un comportement à haut risque que nous voulons décourager. »

Le 8 mai dans la région de Dnipropetrovsk, un garçon de 12 ans aurait été tué après avoir rapporté chez lui et fait exploser accidentellement des munitions qu’il avait trouvées dans une cache d’armes.

HI prépare les communautés à risque

Handicap International va mettre en œuvre des initiatives d’éducation aux risques, de préparation et de protection contre les conflits dans l’est et l’ouest de l’Ukraine :

  • Déploiement d’équipes d’éducation aux risques à Tchernivtsi et Dnipro
  • Organisation de séances communautaires d’éducation aux risques dans les écoles, les centres communautaires, etc.
  • Distribution de documents de sensibilisation tels que des brochures, des affiches et des dépliants sur l’identification des dangers, les comportements sûrs et la préparation aux conflits
  • Organisation de formations sur les risques à l’intention des acteurs humanitaires et des relais communautaires, y compris des secouristes, des bénévoles et des travailleurs du métro
  • Lancement de campagnes médiatiques et à distance pour le partage numérique de l’information dans les zones isolées et peu sûres
Publié le : 20 mai 2022
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
donateurs@france.hi.org
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail agissez@france.hi.org

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
c.amati@hi.org 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : donateurs@france.hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Quatre mois après, HI continue d'aider les rescapés des cyclones
© H. Andrianjatovo / HI
Urgence

Quatre mois après, HI continue d'aider les rescapés des cyclones

Après que des cyclones consécutifs ont dévasté Madagascar, les familles se sont retrouvées démunies. Depuis plusieurs mois, Handicap International fournit des produits de première nécessité aux plus vulnérables.

Laos : Santi, fidèle à Handicap International depuis 26 ans
© HI
Mines et autres armes

Laos : Santi, fidèle à Handicap International depuis 26 ans

Santiphone Phonepadith a commencé à travailler en juin 1996 avec HI au Laos sur l'enquête nationale sur la contamination par les UXO (UneXploded Ordnance – munitions non explosées). C'était il y a 26 ans. Aujourd'hui, Santiphone travaille toujours pour HI au bureau principal de Vientiane. Voici son histoire.

Ukraine : le scénario cauchemardesque des villes bombardées et pilonnées
© Till Mayer / HI
Stop aux bombardements des civils

Ukraine : le scénario cauchemardesque des villes bombardées et pilonnées

Par la voix de sa Directrice du Plaidoyer, Handicap International a réagi avec indignation à la récente frappe aérienne russe qui a touché un centre commercial bondé dans le centre de l'Ukraine, et dont les civils sont encore et toujours les premières victimes.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris