Go to main content

Ukraine

En Ukraine, Handicap International mènait depuis août 2015 des actions pour aider les personnes vulnérables, dont les personnes handicapées, pour lesquelles l’accès aux services de soins était rendu difficile par le conflit. L’association s’impliquait ainsi aux niveaux local et national afin de renforcer les capacités des structures de santé et sensibilisait les acteurs humanitaires à l’intégration des groupes vulnérables dans la réponse à l’urgence. HI a mis fin à ses activités en Ukraine.

Des enfants dessinent des situations en présence de mines lors d'une session d'éducation aux risques en Ukraine.

Des enfants dessinent des situations en présence de mines lors d'une session d'éducation aux risques en Ukraine. | © Handicap International

Actions en cours

Sollicitée par le ministère de la Santé ukrainien pour améliorer la prise en charge des personnes handicapées et blessées lors du conflit, HI fournissait des soins de réadaptation à domicile pour limiter les complications liées aux blessures et aux difficultés fonctionnelles des personnes âgées ou à mobilité réduite, dont l’accès aux services de santé était rendu difficile par le conflit. L’organisation s’investissait également dans le renforcement des capacités des structures de santé et du personnel soignant du pays, et faisait des donations d’équipements de réadaptation et d’aides à la mobilité (prothèses, fauteuils roulants…).

À l’échelle nationale, HI identifiait les groupes vulnérables (personnes âgées, handicapées, etc.) et sensibilisait les acteurs humanitaires à leurs besoins spécifiques ainsi que sur la manière de les intégrer dans la réponse à l’urgence.

L’association avait par ailleurs mené entre octobre 2015 et février 2016 avec le soutien de l’UNICEF des sessions d’éducation aux risques posés par les mines et les restes explosifs de guerre auprès des enfants et des adolescents vivant le long de la ligne de contact entre force gouvernementales et indépendantistes.

HI a mis fin à ses activités en Ukraine.

Paroles du terrain

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI
Mines et autres armes

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

Armes explosives en zones peuplées : Stop Bombing Civilians!
© Handicap International
Mines et autres armes

Armes explosives en zones peuplées : Stop Bombing Civilians!

Rendu public le 15 mai, un rapport sur l’utilisation des armes explosives dans le monde pointe les conséquences désastreuses pour les populations civiles. Handicap International poursuit son combat contre cette pratique barbare et invite le public à signer sa pétition en ligne.

+ 75 % de victimes : les bombardements de civils à l'origine d'une hausse historique
© L. Veuve / Handicap International
Mines et autres armes Urgence

+ 75 % de victimes : les bombardements de civils à l'origine d'une hausse historique

Handicap International appelle une nouvelle fois à ce que l’utilisation des armes explosives en zones peuplées cesse immédiatement et soit dénoncée par la communauté internationale. Si l’année 2015 a établi un record en termes de nombre de victimes de mines et de restes explosifs de guerre (REG), les bombardements en zones peuplées sont devenus massifs et systématiques dans les conflits récents ; ils tuent et blessent en majorité des civils. Focus à l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines, le 4 avril.

Aidez-les
concrètement
Nos actions
pays
par pays

Pétition contre le bombardement des civils

391 940 signatures

Objectif 1 000 000

Stop bombing logo

Handicap International France est une Association loi 1901| N° SIRET : 327 377 966 00061 | Code APE : 8899B
Lorsque vous faites un don, vous bénéficiez de 75% de déduction fiscale dans la limite de 530€. Au-delà, déduction de 66 %, dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable.