Go to main content

Les premiers pas de Yasmin, 4 ans, avant le retour à l’école

Réadaptation Santé
Libye

Yasmin est une petite fille de 4 ans qui vit dans la région de Tripoli en Libye. Elle est atteinte d’une légère paralysie cérébrale depuis sa naissance. Grâce à Handicap International, elle apprend à marcher et peut retourner à l'école.

Yasmin au centre de rééducation avec son père, où elle est suivie par Handicap International

Yasmin au centre de rééducation avec son père, où elle est suivie par Handicap International | © Handicap International

« Son père travaille et sa mère est femme au foyer. Ils ont deux petites filles, dont Yasmin. Avec sa paralysie cérébrale, Yasmin a des problèmes d’équilibre et des difficultés à se déplacer sans soutien. Avant sa rencontre avec Handicap International, elle n’avait jamais pu marcher car son père n’avait pas les moyens de payer les soins dont elle avait besoin. »

Mohammed Abufayed, travailleur social de Handicap International

Un vrai changement pour la petite fille

Handicap International a rencontré Yasmin en août 2017, suite au signalement d’une autre organisation de solidarité. L'association l’a accueillie avec son père dans la clinique du camp d'Al-Falah à Tripoli. Elle lui a dispensé des soins de réadaptation et un soutien psychosocial, et lui a fourni un fauteuil roulant ainsi qu'un déambulateur. Elle a également informé les parents sur les centres de santé où ils pourraient obtenir les soins nécessaires à la santé de leur fille. Yasmin est maintenant en mesure d’aller à l’école, ce qui est un vrai changement dans sa vie de petite fille. Elle parvient aussi à se rendre à ses séances de réadaptation plus facilement.

1 850 bénéficiaires

Depuis décembre 2016, Handicap International a mis en place des équipes mobiles qui vont à la rencontre des déplacés et des réfugiés à Tripoli et dans sa périphérie pour identifier les personnes vulnérables dont les personnes handicapées, fournir le cas échéant le matériel dont elles ont besoin (fauteuils roulants, béquilles…) apporter une aide en réadaptation ou soutien psychologique, ou les orienter vers les services existants. Parallèlement, Handicap International apporte un appui technique à 11 centres de santé. Depuis décembre 2016, Handicap International a fourni une aide adaptée à 1 850 bénéficiaires.

Publié le : 2 novembre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI répond aux besoins physiques et psychologiques des réfugiés sud-soudanais en Ouganda
© Marlène Sigonney / HI

HI répond aux besoins physiques et psychologiques des réfugiés sud-soudanais en Ouganda

Depuis le début de la guerre civile au Soudan du Sud, l'Ouganda a accueilli plus d'un million de personnes fuyant le conflit. Plus de 85 % des réfugiés sont des femmes et des enfants. Meryll Patois, experte en réadaptation pour Handicap International, décrit les besoins des réfugiés sud-soudanais et les services fournis par nos équipes. Découvrez son témoignage à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés le 20 juin.

À Gaza, la situation humanitaire est catastrophique
© Hardy Skills / HI

À Gaza, la situation humanitaire est catastrophique

Plus de 610 personnes ont été blessées lors des dernières manifestations le 8 juin à la frontière entre Israël et Gaza. 250 ont dû être hospitalisées. Au total, on dénombre près de 15 000 blessés depuis le début des manifestations en mars dernier. Bruno Leclercq, directeur de Handicap International pour la Palestine, décrit une situation humanitaire catastrophique.

Gaza : blessé par balle, une expérience traumatisante
© HI

Gaza : blessé par balle, une expérience traumatisante

Ahmed, 15 ans, a été blessé à la cuisse droite juste au-dessus du genou lors d’une manifestation à la frontière entre Gaza et Israël. Il est pris en charge par une équipe de Handicap International. Dès que sa blessure sera cicatrisée, il pourra commencer les séances de rééducation. Il a également besoin d'un soutien psychologique.