Go to main content

Lancement des opérations de déminage en Irak

Handicap International a lancé ses opérations de déminage depuis quelques semaines dans les gouvernorats de Kirkouk et Diyala, en Irak. Après seulement un mois d’opérations dans des secteurs très affectés par les combats, l’association a déjà détruit plus de 1000 restes explosifs de guerre.

Déminage_Irak

Des restes explosifs de guerre retrouvés dans le gouvernorat de Kirkouk et prêts à être détruits. | © E. Fourt / Handicap International

Chaque semaine depuis le début du mois de janvier, des équipes de démineurs identifient, collectent et détruisent des restes explosifs de guerre. « Nous avons formé plusieurs équipes spécialisées, soit une trentaine de personnes, pour dépolluer les terres dans deux gouvernorats », explique Alberto Casero Gómez-Pastrana, chef des opérations de déminage pour Handicap International. « Nos zones d’intervention sont particulièrement stratégiques car elles sont très contaminées. Des combats intenses s’y sont déroulés et les populations qui y retournent une fois les affrontements terminés, s’exposent à un risque énorme. »

Les équipes de déminage de l’association mènent plusieurs types d’opérations : « En fonction des objets que nous identifions, nos méthodes pour les détruire diffèrent », explique Alberto. « Nous menons notamment des actions de démolition groupées, où nous faisons exploser des engins par dizaines, dans une zone identifiée et sécurisée au préalable. Mais, parfois, certains objets ne peuvent pas être déplacés et doivent être détruits in situ. Dans ce cas, le processus de dépollution est long car nous faisons exploser les engins un par un… » Les démineurs de Handicap International ont déjà assuré la destruction de plus d’un millier de restes explosifs de guerre, après quelques semaines de travail, ce qui témoigne de la densité des restes explosifs dans les zones touchées par les combats.

« Les actions de déminage sont essentielles en Irak, en particulier dans les zones où la population précédemment déplacée par les conflits, commence à se réinstaller », indique le chef des opérations. « A titre d’exemple, nous intervenons près de Bashir, dans le gouvernorat de Kirkouk. Ce village a été pris d’assaut par le groupe Etat Islamique en 2015. Les 600 familles qui y habitaient à l’époque ont fui. En mai 2016, Bashir a été repris par les forces armées. Depuis, les gens commencent à s’y réinstaller. On estime qu’il y a environ 60 familles qui sont revenues dans le village, aujourd’hui. Pourtant, les terres sont encore extrêmement polluées car cette zone a été le théâtre d’intenses combats. Notre intervention là-bas est essentielle pour assurer la sécurité de la population. »

Plusieurs dizaines de professionnels de l’association sont actuellement mobilisés dans le cadre de ces opérations de dépollution. D’autres équipes de Handicap International mènent également des sessions d’éducation aux risques dans les pays, pour sensibiliser la population aux dangers que présentent les engins explosifs. Après plusieurs décennies de conflits, l’Irak est aujourd’hui l’un des pays les plus contaminés au monde.

 

Publié le : 26 mai 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !
© Elise Cartuyvels / HI

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !

Le 25 avril 2015, un violent séisme secouait le Népal. À des centaines de kilomètres l’une de l’autre, Nirmala et Khendo étaient ensevelies sous les décombres. Amputées d’une jambe, elles se rencontrent à l’hôpital, suivent de nombreuses séances de réadaptation avec les kinésithérapeutes de HI et réapprennent à marcher. Trois ans plus tard, elles sont devenues inséparables, vont à l’école ensemble et rêvent de danser.

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »
© Elise Cartuyvels / HI

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »

Sudan Rimal, 29 ans, est kinésithérapeute pour Handicap International au Népal. Après le séisme qui a frappé le pays le 25 avril 2015, il a aidé des centaines de victimes en menant des séances de réadaptation et en leur apprenant à remarcher. Témoignage d’un professionnel qui a beaucoup appris de cette catastrophe.

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes
© Elise Cartuyvels / HI

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes

Le 25 avril 2015, la terre tremblait au Népal. Plus de 8 000 personnes perdaient la vie et plus de 22 000 autres étaient blessées. Handicap International est immédiatement intervenue auprès des personnes affectées. L’association a aidé plus de 15 000 personnes dont Ramesh, Nirmala et Khendo.