Go to main content

La force de Kanhara

Prévenir les handicaps
Cambodge

Kanhara a 3 ans lorsque son destin bascule. Fauchée par un camion fou lors du banquet de noce de sa tante, la petite fille perd son bras et sa jambe. Restée sans soins spécifiques pendant presque cinq ans, elle est découverte par un agent social du Centre de réadaptation physique Handicap International à Kompong Cham. Elle vient de recevoir sa première prothèse. Depuis, Kanhara revit.

Handicap International développe des projets sur la sécurité routière pour éviter les handicaps.

© Lucas Veuve / Handicap International

La fête bat son plein pour les noces de la tante de Kanhara. La petite fille est radieuse et trépigne autour du banquet. Il y a des ballons gonflables non loin, il suffit de traverser la petite route en terre battue pour les atteindre. Quelques enjambées et Kanhara attrape la baudruche colorée. Déjà, de l’autre côté, la musique et les rires la rappelle. Les sons joyeux de la noce la guident, mais ils couvrent le bruit du camion qui, lancé à toute vitesse, déborde sur le bas-côté, la fauche comme un brin d’herbe et impose le silence. Il faudra six mois de soins intensifs, plusieurs opérations et greffes de peau mais Kanhara s’accroche et survit. Du haut de ses 3 ans, elle doit alors apprendre à vivre sans son bras droit ni sa jambe droite, amputée au niveau fémoral.

Le père de Kanhara, chanteur, travaille surtout pendant la saison sèche. Sa famille est très pauvre et vit dans une maisonnette délabrée. Mais la fillette est dotée d’un fort caractère et d’un optimisme naturel. Elle surmonte le traumatisme de l’accident et prend à nouveau part à la vie familiale. Elle s’occupe de ses frères et sœurs plus jeunes et n’écoute pas toujours les conseils de son grand frère. Puis rapidement, Kanhara décide d’aller à l’école située tout près de sa maison. Chaque jour, elle sautille sur sa jambe gauche pour s’y rendre, laissant sa maîtresse admirative. Elle prend goût aux études. Elle apprend à écrire avec la main gauche et déchiffre son livre de lecture à toute vitesse.

C’est Davann, un agent social de Handicap International, qui a découvert Kanhara il y a peu. Prise en charge par l’association, la fillette vient de recevoir sa première prothèse. Désormais, elle se rendra une fois par mois au Centre de réadaptation de Kampong Cham, où sa prothèse sera réparée et changée lorsque que cela s’avèrera nécessaire, au fil de sa croissance.
Cinq ans après son accident, la petite fille est très fière de pouvoir se déplacer plus aisément. Elle explore toutes les possibilités que lui donne sa nouvelle jambe. « J’ai dix amis : cinq garçons et cinq filles. Deux sont handicapés. Nous jouons souvent à cache-cache et à la marelle depuis que j’ai ma prothèse. Et je les retrouve aussi à l’école. Même avant, je voulais aller en classe, mais c’était très difficile avec une seule jambe. Je tombais et certains élèves se moquaient de moi. Aujourd’hui, quelques-uns continuent et imitent ma façon de marcher, mais ce qui compte pour moi c’est d’aller à l’école ! » Chaque jour, Kanhara offre une belle leçon de courage à ses copains.

Voir l'album photos

 

Publié le : 24 avril 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Tirean et Navea, à la vie, à l’amour
© S. De Groeve / Handicap International
Réadaptation

Tirean et Navea, à la vie, à l’amour

Une petite maison en bois au bord d’une route, dans un village non loin du Mékong. Un homme appuyé sur une béquille vend une bouteille d’eau, tandis qu’une dame lave vigoureusement du linge dans une bassine. Tirean et Navea ont tous les deux été victimes d’un accident de mine dans les années 80. Tous les deux sont suivis par le centre de réadaptation de Handicap International à Kompong Cham.

Santé de la mère et de l’enfant : de nombreuses complications liées à l’accouchement peuvent être évitées
© Kristof Vadino / Handicap International
Prévenir les handicaps

Santé de la mère et de l’enfant : de nombreuses complications liées à l’accouchement peuvent être évitées

Plusieurs centaines de milliers de femmes meurent chaque année suite à des complications liées à la grossesse et à l’accouchement, et 99 % des décès ont lieu dans les pays en développement. Handicap International intervient dans plusieurs pays afin d’améliorer la santé des femmes, des mères et des enfants. Focus à l’occasion de la Journée internationale pour la santé des femmes, le 28 mai, et de la Journée de l'enfant africain le 16 juin.

Des motos pour lutter contre la filariose lymphatique
© Till Mayer / Handicap International
Prévenir les handicaps

Des motos pour lutter contre la filariose lymphatique

Handicap International intervient depuis 2007 à Madagascar pour endiguer cette maladie infectieuse invalidante et extrêmement douloureuse qui menace 85 % de la population insulaire. Un véritable enjeu de santé publique : pour atteindre les populations isolées, des équipes de l'association sillonnent à moto les zones les plus reculées de l'île.