Go to main content
 
 

« L’offensive sur Mossoul nous fait craindre une crise humanitaire majeure en Irak »

Urgence
Irak

L’offensive sur la ville de Mossoul, en Irak, risque d’engendrer une crise humanitaire d’une ampleur sans précédent. Plus d’un million de personnes pourraient être contraintes de fuir les combats, dans un pays qui compte déjà plus de 3,3 millions de déplacés. Handicap International s’inquiète du fait que toutes les personnes fuyant Mossoul n’auront pas accès à l’aide humanitaire et va notamment sensibiliser les populations aux dangers des restes explosifs de guerre comme les mines antipersonnel et les engins explosifs improvisés. Explications de Thomas Hugonnier, responsable des opérations d’urgence en Irak.

En Irak, Handicap International sensibilise notamment les enfants aux dangers des restes explosifs de guerre

En Irak, Handicap International sensibilise notamment les enfants aux dangers des restes explosifs de guerre | © E. Fourt / Handicap International

Publié le : 18 octobre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI aide plus de 85 000 réfugiés rohingyas au Bangladesh
© Abir Abdullah / HI
Réadaptation Urgence

HI aide plus de 85 000 réfugiés rohingyas au Bangladesh

Deux ans après l’arrivée massive des réfugiés rohingyas au Bangladesh, Handicap International mène toujours des activités d’urgence dans le pays, tant les besoins restent énormes. Point de situation en chiffres.

L'aide humanitaire : une histoire de compassion
© Gilles Lordet / HI
Réadaptation Urgence

L'aide humanitaire : une histoire de compassion

Tichaona Mashodo dirige l'équipe mobile de Handicap International au Soudan du Sud. Il revient sur ses dix années d'engagement humanitaire.

Mossoul Ouest, ville fantôme
© Fanny Mraz / HI
Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Mossoul Ouest, ville fantôme

Entre octobre 2016 et juillet 2017, Mossoul a été le théâtre de violents combats. L’utilisation intensive d’armes explosives – bombardements, pose de mines artisanales, etc. – a anéanti principalement la partie Ouest de la ville. Plus de 500 000 personnes sont toujours déplacées dans des camps de la province de la Ninive.