Go to main content

L’histoire de Moussifa, de l’éducation en langue des signes à l’amitié entre camarades de classe

Insertion
Togo

Moussifa est née en 2007. Longtemps privée de scolarité à cause de son handicap auditif et de la situation difficile de sa famille, elle a finalement pu s’inscrire à l’école grâce aux efforts de Handicap International auprès des autorités scolaires togolaises. Elle est aujourd’hui en deuxième année d’école primaire dans une classe (presque) comme les autres.

Moussifa, 9 ans (au centre), assiste aux cours de français dans sa classe de CE1 grâce à l'intervention de Handicap International.

Moussifa, 9 ans (au centre), assiste aux cours de français dans sa classe de CE1 grâce à l'intervention de Handicap International. | © Studio Cabrelli / Handicap International

Debout devant la classe, Moussifa récite patiemment les mots inscrits à la craie sur le tableau noir, des mots familiers pour tous les enfants qui apprennent à lire : « Ce matin, Aliou va à l’école. Il a dans son sac : un bic, un cahier, une craie, une ardoise, un crayon et un livre. Sa maman est contente ». 

Aucun mot ne sort de la bouche de Moussifa. Ses mains font des gestes précis et rapides et lorsqu’elle s’arrête de signer, tous les enfants de la classe agitent leurs mains en l’air pour la féliciter. Malentendante de naissance, Moussifa a appris la langue des signes à l’école primaire de Kara Centrale (dans la ville de Kara au Nord du Togo) avec l’ensemble de ses camarades de classe. « Pour que Moussifa puisse aller dans une école avec les autres enfants, il fallait qu’elle puisse être comprise par tous », explique Tidénèbè Tagba, l’institutrice de la classe de CE1. « Toute l’équipe pédagogique de l’école a appris la langue des signes ainsi que les élèves. »

La difficile intégration des enfants handicapés

Si l’école de Kara Centrale fait aujourd’hui figure de modèle au Togo pour l’intégration des enfants handicapés, cela n’a pas toujours été le cas selon Bénédicte Laré, en charge des projets d’éducation inclusive menés par Handicap International dans les régions de Kara et Dapaong :

« Dans la région de Kara, la grande majorité des enfants handicapés ont difficilement accès à l’éducation, constate-t-elle. Cela est dû à la résistance des parents, au refus des équipes pédagogiques de les accueillir dans les écoles ordinaires, à l’inaccessibilité des infrastructures scolaires, aux distances à parcourir, à la pauvreté des parents... »

Moussifa n’a pu intégrer l’école primaire qu’à l’âge de 7 ans. En plus de son handicap auditif, elle est issue d’un milieu très défavorisé : orpheline de père, elle vit aujourd’hui chez une amie de sa famille qui n’avait pas les moyens d’assurer son inscription à l’école de Kara Centrale.

Des avancées pour l’éducation de tous les enfants

Pour Bénédicte Laré, Moussifa est un cas représentatif de la scolarisation des enfants handicapés au Togo et des avancées possibles pour améliorer leur intégration. « Moussifa a essuyé de nombreux refus quand il s’est agi de l’inscrire à l’école primaire. Le personnel pédagogique était très réticent, du fait de son handicap et du manque de moyens de sa famille, raconte-t-elle. Le réflexe de l’encadrement était de l’orienter vers une école spécialisée, ce qui risquait de l’exclure davantage. Handicap International a mené un travail de fond pour la sensibilisation et de formation des équipes pédagogiques des écoles dans trois régions du Togo… Cela a notamment abouti à l’apprentissage de la langue des signes par les élèves et les enseignants de l’école primaire Kara Centrale. »

En parallèle, l’association a mis en place un réseau d’enseignants itinérants spécifiquement formés au handicap pour faciliter le maintien et la réussite scolaire des enfants handicapés, en coordination avec les associations locales de personnes handicapées. Au cours de l’année 2015, 250 écoles primaires togolaises ont été soutenues par Handicap International, contribuant ainsi à l’amélioration de la scolarisation de plus de 1 000 enfants handicapés, dont Moussifa.

Aujourd’hui, l’intégration de cette dernière est un succès. En plus d’obtenir de bonnes notes, Moussifa joue de plus en plus avec ses amies de l’école. Ce qui a eu des effets inattendus, selon Bénédicte Laré : « Depuis qu’elles ont appris la langue des signes, les filles de l’école peuvent communiquer sans que leurs parents ne les comprennent ! »


Au Togo, les activités d’éducation inclusive de Handicap International sont menées dans le cadre du projet régional APPEHL (Agir pour la pleine participation des enfants handicapés par l’éducation) qui bénéficie notamment du soutien de l’Agence Française de Développement (AFD).

Publié le : 1 juillet 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

EFI Automotive avec Handicap International pour l'emploi des personnes handicapées
© HI
Insertion

EFI Automotive avec Handicap International pour l'emploi des personnes handicapées

Équipementier automobile reconnu en France et à l’international, EFI Automotive vient de signer un partenariat à hauteur de 80 000 € avec Handicap International France en faveur de l'insertion professionnelle des personnes handicapées.

Pour des services humanitaires adaptés aux personnes handicapées dans les camps
© Till Mayer / HI
Insertion

Pour des services humanitaires adaptés aux personnes handicapées dans les camps

Un récent rapport de Handicap International et International Organization for Migration fait le bilan de la situation au sein du camp de protection des civils de Bentiu, au Soudan du Sud. Pour les personnes handicapées, les conditions de vie sont plus difficiles et les services humanitaires ne répondent pas suffisamment à leurs besoins. Des pistes d’amélioration sont proposées.

Inauguration de la toute première aire de jeu inclusive au Bangladesh
© Shumon Ahmed / HI
Droit Insertion

Inauguration de la toute première aire de jeu inclusive au Bangladesh

Handicap International et la Fondation IKEA ont construit et officiellement inauguré la toute première aire de jeu inclusive du district de Teknaf, au Bangladesh. Depuis, le site ne désemplit pas. Les besoins étaient grands dans cette région très pauvre ; les enfants avec ou sans handicap, de la région ou réfugiés, peuvent désormais s’amuser tous ensemble dans un espace ludique sûr et adapté.