Go to main content

L’Amérique latine contre les bombardements des civils

Mines et autres armes
International

Handicap International organise les 5 et 6 décembre à Santiago au Chili une conférence régionale sur la protection des civils contre les bombardements. Elle réunit 26 États et près de 30 organisations de la société civile et des ONG internationales. Objectif : sensibiliser ces pays à cet enjeu crucial et les inciter à s’engager contre l’utilisation des armes explosives en zones peuplées.

Atelier organisé par Handicap International en 2017 sur l'utilisation des armes explosives en zones peuplées

Atelier organisé par HI en 2017 sur l'utilisation des armes explosives en zones peuplées (photo d'archive) | © Thomas Dossus / HI

Quel est le but de la conférence ?

Handicap International souhaite sensibiliser ces États sur l’utilisation des armes explosives en zones peuplées et leurs conséquences humanitaires dévastatrices sur les populations civiles. Les discussions doivent également favoriser l’émergence d’un groupe d’États d’Amérique latine engagés dans le projet d’une déclaration politique pour mettre fin à cette pratique. Pour le moment, trois États d’Amérique latine et des Caraïbes – Chili, Costa Rica et Mexique – participent à ce processus diplomatique.

Qui assiste à cette conférence ?

Handicap International attend les représentants de 26 États dont l’Argentine, le Brésil et la Colombie par exemple.

Quels sujets seront abordés ?

Quatre grands sujets seront abordés :

  • Les conséquences désastreuses pour les civils de l’utilisation des armes explosives en zones peuplées (blessures et traumatismes, destruction d’infrastructures et d’habitations, déplacements de population, etc.).
  • Les différents types d’armes explosives utilisées.
  • Le cadre légal international existant.
  • Les politiques et les pratiques permettant un meilleur contrôle sur l’utilisation des armes en zones peuplées.

Pourquoi cibler ces pays ?

Plusieurs raisons à cela :

  • Le Chili, pays d’accueil de la conférence, est membre du groupe d’États qui travaillent sur la rédaction d’une déclaration politique contre les bombardements en zones peuplées.
  • Certains pays ont une expertise sur la présence des mines et la protection des civils en situation de conflit, comme la Colombie, l'un des pays les plus minés au monde.
  • Enfin, Handicap International qui a une présence historique en Amérique latine, peut compter sur un réseau régional d’associations de survivants des mines et restes explosifs de guerre particulièrement actif.
Publié le : 5 décembre 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Des drones pour repérer les mines
© John Fardoulis / HI
Mines et autres armes

Des drones pour repérer les mines

À Faya-Largeau, dans le Nord du Tchad, Handicap International lance l’expérimentation de drones pour repérer la présence de mines et avoir une vision très précise du terrain : une révolution dans le monde du déminage. Xavier Depreytere, chez de projet, explique ces premiers essais.

Collecter les bombes laissées par les combats Mines et autres armes

Collecter les bombes laissées par les combats

Depuis novembre 2018, six experts de Handicap International sillonnent les rues de Tawarga pour collecter et détruire toutes les armes dangereuses laissées par le conflit libyen.

Une demi-tonne d’armes et de bombes détruites
© HI
Mines et autres armes

Une demi-tonne d’armes et de bombes détruites

Depuis novembre 2018, six spécialistes des armes de Handicap International ont collecté 150 engins explosifs dans les rues de Tawarga, au sud de Misrata en Libye. Simon Elmont, chef d'équipe, explique le travail de l’association sur place.