Go to main content
 
 

« Je veux devenir médecin pour aider les personnes handicapées »

Réadaptation
Yémen

Anwar a 9 ans. Il y a quatre ans, alors que sa famille fuyait les bombardements à Sana’a, la capitale du Yémen, sa jambe a été touchée par un éclat de métal. Il a été amputé quelques heures plus tard.

Séance de rééducation avec un kinésithérapeute de Handicap International dans la cour du centre de Sana’a

Séance de jeu au centre de rééducation de Sana'a | © HI

Anwar avait 5 ans quand les bombes l’ont tiré du sommeil. Alors qu’il tentait de fuir avec sa famille et ses voisins, sa jambe a été gravement blessée. Amputé, il refusait d’accepter la perte de sa jambe. Handicap International l’a aidé à accepter sa situation et l’a soutenu dans sa nouvelle vie.

Le traumatisme de l’amputation 

Quand il s’est réveillé à l’hôpital et a réalisé qu’il était amputé, le jeune Anwar s’est mis à hurler. Personne n’arrivait à calmer ses pleurs : le petit garçon était inconsolable. Il ne comprenait pas la disparition de sa jambe et la réclamait à ses proches en permanence. Même après sa sortie de l’hôpital, la douleur et l’incompréhension ne l’ont pas quitté : à l’école, il se coupait des autres et ne participait pas aux activités. L’hôpital lui a fourni une prothèse mais elle était trop lourde. Il devait se déplacer avec des béquilles, ce qui réduisait considérablement sa mobilité

Le soutien de Handicap International

Lorsque les équipes de Handicap International ont rencontré Anwar, le petit garçon était effrayé et replié sur lui-même. La perspective d’une prothèse à sa taille lui a redonné espoir. Aiman Al Mutawaki, kinésithérapeute de l'équipe HI au centre de rééducation de Sana’a, l’accompagne dans le processus. Le jeune patient est particulièrement enthousiaste. Il bénéficie également d’un soutien psychologique adapté à son âge. La thérapie calme ses angoisses et lui permet de réaliser qu’il n’est pas seul : d’autres sont amputés, comme lui.

Aujourd’hui, Anwar est sorti de son isolement et se mêle de nouveau aux enfants de son âge. À l’école, il dessine et joue au football avec ses amis. Il étudie très sérieusement :

« Je veux devenir docteur pour aider les personnes handicapées et aider ma famille. »

Publié le : 7 mai 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Technologie 3D : quand l'innovation bénéficie aux plus vulnérables
© Quinn Neely / HI
Innovation Réadaptation

Technologie 3D : quand l'innovation bénéficie aux plus vulnérables

Grâce à l'impression 3D d'appareillages orthopédiques (prothèses et orthèses), il devient plus simple d'aider les populations vulnérables. Démonstration en Ouganda avec Tabita, jeune victime de la polio qui bénéficie de ce projet innovant de Handicap International.

« J’ai entendu les pleurs de Moïse sous les décombres… »
© Davide Preti / HI
Réadaptation

« J’ai entendu les pleurs de Moïse sous les décombres… »

Moïse n'avait que 4 ans lorsqu’il a perdu sa jambe gauche suite au séisme qui a dévasté Haïti le 12 janvier 2010.

10 ans après le séisme, des soins de réadaptation de meilleure qualité et des infrastructures améliorées
© Davide Preti / HI
Réadaptation

10 ans après le séisme, des soins de réadaptation de meilleure qualité et des infrastructures améliorées

Haïti n’a pas été épargné au cours de ces dix dernières années. À un tremblement de terre dévastateur le 12 janvier 2010 suivi d’un terrible ouragan en 2016, s’ajoute une grande instabilité politique qui paralyse le pays encore aujourd’hui. En 2010, Handicap International avait déployé dans le pays l’une des plus grandes missions d’aide humanitaire de son histoire. L'association continue d'apporter une contribution majeure au renforcement du réseau de réadaptation physique.