Accès direct au contenu
 
 

« Je veux devenir médecin pour aider les personnes handicapées »

Réadaptation
Yémen

Anwar a 9 ans. Il y a quatre ans, alors que sa famille fuyait les bombardements à Sana’a, la capitale du Yémen, sa jambe a été touchée par un éclat de métal. Il a été amputé quelques heures plus tard.

Séance de rééducation avec un kinésithérapeute de Handicap International dans la cour du centre de Sana’a

Séance de jeu au centre de rééducation de Sana'a | © HI

Anwar avait 5 ans quand les bombes l’ont tiré du sommeil. Alors qu’il tentait de fuir avec sa famille et ses voisins, sa jambe a été gravement blessée. Amputé, il refusait d’accepter la perte de sa jambe. Handicap International l’a aidé à accepter sa situation et l’a soutenu dans sa nouvelle vie.

Le traumatisme de l’amputation 

Quand il s’est réveillé à l’hôpital et a réalisé qu’il était amputé, le jeune Anwar s’est mis à hurler. Personne n’arrivait à calmer ses pleurs : le petit garçon était inconsolable. Il ne comprenait pas la disparition de sa jambe et la réclamait à ses proches en permanence. Même après sa sortie de l’hôpital, la douleur et l’incompréhension ne l’ont pas quitté : à l’école, il se coupait des autres et ne participait pas aux activités. L’hôpital lui a fourni une prothèse mais elle était trop lourde. Il devait se déplacer avec des béquilles, ce qui réduisait considérablement sa mobilité

Le soutien de Handicap International

Lorsque les équipes de Handicap International ont rencontré Anwar, le petit garçon était effrayé et replié sur lui-même. La perspective d’une prothèse à sa taille lui a redonné espoir. Aiman Al Mutawaki, kinésithérapeute de l'équipe HI au centre de rééducation de Sana’a, l’accompagne dans le processus. Le jeune patient est particulièrement enthousiaste. Il bénéficie également d’un soutien psychologique adapté à son âge. La thérapie calme ses angoisses et lui permet de réaliser qu’il n’est pas seul : d’autres sont amputés, comme lui.

Aujourd’hui, Anwar est sorti de son isolement et se mêle de nouveau aux enfants de son âge. À l’école, il dessine et joue au football avec ses amis. Il étudie très sérieusement :

« Je veux devenir docteur pour aider les personnes handicapées et aider ma famille. »

Publié le : 7 mai 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Handicap International primée deux fois par l’Union européenne pour ses projets innovants
© HI
Innovation Mines et autres armes Réadaptation

Handicap International primée deux fois par l’Union européenne pour ses projets innovants

L’Union européenne a distingué à deux reprises le 24 septembre Handicap International, par la remise du Prix Horizon du Conseil européen de l'Innovation pour "une aide humanitaire high-tech et durable". Ces récompenses consacrent la volonté de l’association de proposer des solutions concrètes, efficaces et innovantes afin d’améliorer la prise en charge des personnes vulnérables.

Des familles n’ont plus les moyens d’acheter un ticket de bus pour se rendre au centre de santé
© HI
Mines et autres armes Réadaptation

Des familles n’ont plus les moyens d’acheter un ticket de bus pour se rendre au centre de santé

Kinésithérapeute pour Handicap International, Rana Abdel Al explique son travail auprès des personnes handicapées. Nombre d’entre elles, désormais réfugiées au Liban, ont été blessées pendant la guerre en Syrie.

Kay Reh, 17 ans, blessé par un engin explosif dans son champ
© HI
Mines et autres armes Réadaptation

Kay Reh, 17 ans, blessé par un engin explosif dans son champ

Depuis 2012, Handicap International a sensibilisé près de 13 000 personnes vivant dans les neufs camps de réfugiés situés le long de la frontière entre la Thaïlande et le Myanmar sur les risques liés aux restes explosifs de guerre. Kay Reh, 17 ans, n'a pas pu éviter l'accident.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris