Accès direct au contenu
 
 

Horacio, Leonela et Virigilio : histoires de démineurs

Mines et autres armes
Colombie

Horacio, Leonela et Virigilio sont démineurs pour Handicap International en Colombie. Découvrez leur parcours et leur motivation à s'engager pour contribuer à restaurer la paix dans leur pays.

L'équipe de démineurs de Handicap International en Colombie

L'équipe de démineurs de Handicap International en Colombie | © Jules Tusseau / HI

Horacio, 43 ans

« Plus jamais d’enfants ni d’indigènes victimes de mines »

« Je viens de la communauté indigène Nasa, à Corinto, dans le Cauca. Ma femme, Francy, étudie actuellement. Depuis toujours, j’ai été engagé dans la défense de mon pays. J’ai été soldat à Florencia[1] durant huit ans. Les souvenirs de cette période sombre ne me quittent pas. Je me rappelle d’un moment terrible : on devait se presser et se faufiler sous des barbelés, on était poursuivis. Mon ami soldat, qui était près de moi, a posé le pied sur une mine. Elle a explosé. Il était en sang, sa jambe meurtrie. Deux autres soldats derrière lui ont été blessés. Ils ont été transportés en hélicoptère. Mon ami n’a pas tenu le coup, il est décédé pendant le vol. Ça a été terrible, on était très proches. Et ça aurait pu être moi. Deux ans plus tard, j’ai atteint mes limites, je n’en pouvais plus. Je suis parti, je me suis marié et j’ai repris le travail dans les plantations de café.

Il y a près d’un an, fin 2016,  j’ai postulé pour être démineur avec Handicap International. J’ai vu tant de gens blessés, mutilés par le conflit. Je ne veux plus jamais qu’un enfant ni qu’un indigène soit blessé par une mine. Mon moteur, c’est l’équipe. On est comme une famille, on passe notre vie ensemble. On se réveille à 4h30 et on se couche à 21 heures. On se serre les coudes quand l’angoisse monte, et on se rappelle qu’on fait un beau métier. Mon rêve ? Devenir un jour chef d’une équipe de démineurs. »

Leonela, 19 ans, la benjamine 

« Mon premier emploi : démineuse »

Leonadia, 19 ans, vient de La Union, un petit village dans le Cauca. « Je voulais être indépendante, quitter ma famille, apprendre par moi-même. Je ne connaissais rien aux mines. J’ai postulé pour être démineuse et j’ai suivi une formation intensive d’un mois. C’est mon premier emploi. On a commencé à travailler sur la zone de La Venta, à Cajibío. Je coupe les herbes, je creuse la terre, j’avance progressivement. C’est un boulot physique. Je connais les risques, mais je me dis que ça ira. Partager la cuisine, la tente et les sanitaires durant six semaines n’est pas toujours simple, mais on est comme une famille. Je suis fière de contribuer à la paix de mon pays. Il me manque juste mon copain, mais on s’appelle tous les jours… ».

Virgilio, 39 ans, le superviseur

« Aider les communautés indigènes à retrouver leurs terres »

Virgilio, 39 ans, a le regard sérieux, fixe et un peu malicieux. Il supervise l’équipe de démineurs de Handicap International à Cajibío, dans le Cauca. Un engagement qui a été une évidence : « J’ai grandi dans un contexte de violences et de tensions dans un pays explosif. J’ai vu des gens mutilés, meurtris. À deux reprises, ma famille et moi avons été déplacés de force : nous avons dû quitter Medellin, puis Nariño[2]. On avait deux heures pour tout abandonner, notre maison, nos plantations, nos bêtes qui allaient mourir. Ça a été très dur. Aujourd’hui, je veux sauver des vies, contribuer à la paix de mon pays. J’ai d’abord travaillé pour une organisation de déminage américaine, et depuis 2017 pour Handicap International. Quand je dis que je suis démineur, on me répond "Tu es fou ! Tu recherches un engin explosif dans la terre, sans savoir exactement où il se trouve !" Moi je suis confiant. Le plus dur, c’est d’être séparé de ma femme et de mon fils – je les vois toutes les six semaines. Mais je suis fier de mon travail et de permettre aux communautés indigènes et aux paysans de retrouver leurs terres ».

Lire également "La Colombie, un champ de mines : l’urgence de libérer les terres"


[1] Département de Caquetá.

[2] Département d’Antioquia.

Publié le : 1 décembre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le 4 avril, n'oublions pas les victimes de mines et de restes explosifs de guerre
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes

Le 4 avril, n'oublions pas les victimes de mines et de restes explosifs de guerre

À l’occasion de la Journée mondiale d’action contre les mines, le 4 avril, Handicap International rend hommage aux victimes de mines et de restes explosifs de guerre, et rappelle la nécessité encore plus forte de les aider en contexte de coronavirus.

Syrie : neuf ans de violences, le chaos humanitaire
© Bahia Z. / HI
Mines et autres armes Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Syrie : neuf ans de violences, le chaos humanitaire

Alors que près d'un million de personnes – principalement des femmes et des enfants – ont fui les combats et les bombardements à Idlib en Syrie, Handicap International appelle les États à s'engager pleinement dans le processus diplomatique international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. La situation actuelle constitue l’une des pires crises humanitaires depuis le début du conflit en 2011.

Une victime de mine lance un appel international pour faire reculer l’administration Trump
© Basile Barbey / HI
Mines et autres armes

Une victime de mine lance un appel international pour faire reculer l’administration Trump

Victime d’une mine, Gniep Smoeun est l’une des premières personnes appareillées par Handicap International au début des années 80. Face au Palais des Nations à Genève le 13 février, elle a porté la voix des victimes face à la décision de l’administration Trump de réintroduire les mines antipersonnel dans l’arsenal américain, et demande aux États d’user de toute leur influence pour que les États-Unis reviennent sur cette décision révoltante.