Go to main content

Colombie

En Colombie, Handicap International favorise la participation des personnes handicapées - notamment les victimes de conflits armés et de mines antipersonnel, dans la société.

Handicap International - Colombie

© Bas Bogaerts / Handicap International

Actions en cours

En Colombie, le système de prise en charge des personnes handicapées est déficient. Or, les besoins sont énormes. Handicap International travaille donc à améliorer la qualité et l’accessibilité des services de réadaptation. L’association renforce aussi les compétences du personnel de réadaptation et accompagne les politiques afin qu’ils adaptent les méthodes proposées dans le domaine de la réadaptation.

L’association apporte également un appui aux organisations de personnes handicapées afin qu’elles participent aux décisions relatives à l’intégration des personnes les plus vulnérables dans la société, et que leurs droits soient mieux reconnus. De plus, Handicap International intervient pour que les personnes handicapées aient accès à un emploi, notamment en créant des espaces de formation professionnelle.

En Colombie, pays fortement affecté par la violence armée, les mines sont omniprésentes dans les zones de confrontation. Des milliers de personnes sont victimes de ce fléau, et la grande majorité des survivants souffrent d’un handicap. Handicap International intervient dans dix départements colombiens et apporte une assistance aux victimes. Elle leur assure une prise en charge médicale et psychologique, et renforce leur autonomie.
Handicap International projette également d’intervenir en tant qu’acteur du déminage dans le pays.

Enfin, l’association a renforcé la protection et l’accès à l’alimentation de plus de 500 familles très vulnérables face aux violences armées dans 10 communautés du département d’Antioquia. Elle a, entre autres, mis en place des abris pour les populations, fait en sorte qu’elles aient accès à de la nourriture et mis en place un programme de réorganisation de l’agriculture et de l’élevage.

Domaines d'intervention

Paroles du terrain

L’action contre les mines en 2018
© Elisa Fourt / HI
Déminer les terres

L’action contre les mines en 2018

Les évolutions du déminage tiennent beaucoup aux mutations récentes des contextes d’intervention. Thomas Hugonnier, responsable de l'action contre les mines au siège de Handicap International, explique les caractéristiques du déminage aujourd’hui.

Horacio, Leonela et Virigilio : histoires de démineurs
© Jules Tusseau / HI
Mines et autres armes

Horacio, Leonela et Virigilio : histoires de démineurs

Horacio, Leonela et Virigilio sont démineurs pour Handicap International en Colombie. Découvrez leur parcours et leur motivation à s'engager pour contribuer à restaurer la paix dans leur pays.

La Colombie, un champ de mines : l’urgence de libérer les terres
© Jules Tusseau / HI
Mines et autres armes

La Colombie, un champ de mines : l’urgence de libérer les terres

Depuis 1990, plus de 11 500 personnes ont été victimes de mines en Colombie. Pauline Boyer, coordinatrice des opérations de déminage pour Handicap International dans le pays, explique pourquoi il est urgent de dépolluer ces terres.

Aidez-les
concrètement

Situation du pays

La Colombie est le 2e pays au monde où les mines antipersonnel font le plus de victimes – plus de 10 000 en 25 ans. Et selon Handicap International, 80% des survivants de violences armées souffrent d’un handicap.

La Colombie est un pays fortement affecté par la violence armée - issue d’un conflit de plus de 50 ans. Le pays est aussi touché par les narcotrafics et la délinquance, liés aux grandes inégalités sociales qui divisent la société. Les mines sont également omniprésentes dans les zones de conflits. Entre 1990 et mars 2013, les mines antipersonnel et les restes explosifs de guerre ont fait, selon le Programme présidentiel pour l’action intégrale contre les mines, plus de 10 000 victimes. De plus, selon une enquête de Handicap International, 80 % des survivants de violences armées souffrent d’un handicap. Il s’agit en grande partie de nombreux civils appartenant aux classes sociales les plus pauvres, vivant dans des zones isolées et dépourvues d’infrastructures sanitaires. Le système de prise en charge dans tous les domaines est largement déficient pour les plus pauvres, et les personnes handicapées sont marginalisées.

Lors de la conférence de Dubrovnik (Croatie/septembre 2015), la Colombie a signé le Traité d’Oslo, qui interdit l’emploi, la production, le transfert et le stockage des armes à sous munitions dans le monde.

Nos actions
pays
par pays

Pétition contre le bombardement des civils

389 354 signatures

Objectif 1 000 000

Stop bombing logo