Go to main content

Des statues parisiennes "appareillées" par Handicap International

Réadaptation
France

Handicap International a installé des prothèses factices sur plusieurs statues de Paris le 6 mars dernier. L’objectif de cette opération éphémère et symbolique était de sensibiliser le public à l’utilisation de l’impression 3D pour l’appareillage de patients dans les pays du Sud. Après une première phase d’essais encourageante dans trois pays, l’association a besoin de fonds pour développer ce programme à plus grande échelle.

La Vénus de Milo à la station Louvres-Rivoli, appareillée éphémèrement par Handicap International #Bodycantwait

La Vénus de Milo à la station Louvres-Rivoli, appareillée éphémèrement par Handicap International | © Thomas Dossus / HI

Lorsqu’on est amputé d’un membre, la réalisation d’une prothèse sur mesure est coûteuse et peut prendre du temps. 100 millions de personnes dans le monde ont aujourd’hui besoin d’un appareillage orthopédique ; dans les pays du Sud, l’accès aux soins est difficile pour les personnes isolées.
Pour réduire le temps de fabrication et favoriser l’accessibilité pour les patients situés en zones de conflit ou dans des régions isolées, Handicap International a développé un projet pilote de prothèses imprimées en 3D.
Pour que ce programme soit développé à grande échelle afin d’appareiller de nombreux patients au Togo, à Madagascar ou en Syrie, Handicap International a besoin du soutien du plus grand nombre.

L’urgence de réparer les corps

Mardi 6 mars, une dizaine de statues de Paris auxquelles il manque un membre ont été équipées brièvement de prothèses factices par Handicap International. L’objectif : rappeler l’urgence d’agir pour réparer les corps et permettre à chacun de vivre de debout.

L’opération a été réalisée à titre gracieux par une équipe de production et l’agence Hérézie. Des journalistes et des photographes ont été conviés mardi 6 mars devant la réplique de la Vénus de Milo à la station de métro Louvres-Rivoli entre 6:00 et 9:00 pour immortaliser l’instant. Puis au tour des statues du parc Monceau de recevoir des prothèses entre 14:00 et 16:00. Les vidéos et photos sont disponibles sur les réseaux sociaux de l’association, notamment Twitter.

Prochaine étape : rendre cette opération virale sur les réseaux sociaux, en partageant les photos et vidéos avec le hashtag #Bodycantwait (le corps ne peut pas attendre).

Faire un don

Opération #BodyCantWait de Handicap International, le 6 mars 2018 à Paris

Publié le : 6 mars 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !
© Elise Cartuyvels / HI

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !

Le 25 avril 2015, un violent séisme secouait le Népal. À des centaines de kilomètres l’une de l’autre, Nirmala et Khendo étaient ensevelies sous les décombres. Amputées d’une jambe, elles se rencontrent à l’hôpital, suivent de nombreuses séances de réadaptation avec les kinésithérapeutes de HI et réapprennent à marcher. Trois ans plus tard, elles sont devenues inséparables, vont à l’école ensemble et rêvent de danser.

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »
© Elise Cartuyvels / HI

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »

Sudan Rimal, 29 ans, est kinésithérapeute pour Handicap International au Népal. Après le séisme qui a frappé le pays le 25 avril 2015, il a aidé des centaines de victimes en menant des séances de réadaptation et en leur apprenant à remarcher. Témoignage d’un professionnel qui a beaucoup appris de cette catastrophe.

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes
© Elise Cartuyvels / HI

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes

Le 25 avril 2015, la terre tremblait au Népal. Plus de 8 000 personnes perdaient la vie et plus de 22 000 autres étaient blessées. Handicap International est immédiatement intervenue auprès des personnes affectées. L’association a aidé plus de 15 000 personnes dont Ramesh, Nirmala et Khendo.