Go to main content
 
 

Des besoins immenses et urgents au Yémen

Réadaptation Santé Urgence
Yémen

Après deux ans de guerre au Yémen, les violences sont toujours quotidiennes. Handicap International soutient les services de réadaptation de trois structures de santé à Sanaa. Plus de 4 500 personnes ont déjà reçu une aide de l’association depuis août 2015.

Blessée à une jambe après un bombardement, Bushra a été prise en charge par Handicap International qui lui a donné un déambulateur et lui a fourni un soutien psychosocial

Blessée à une jambe après un bombardement, Bushra a été prise en charge par Handicap International qui lui a donné un déambulateur et lui a fourni un soutien psychosocial | © Handicap International

 

Handicap International fournit des soins de réadaptation dans un centre spécialisé et dans les services de réadaptation de deux hôpitaux de Sanaa, la capitale du Yémen. En moyenne, 250 personnes bénéficient ainsi chaque mois du soutien de l'association. Avec le conflit commencé en mars 2015, les besoins en réadaptation ont augmenté alors que les services dans ce domaine, déjà faibles auparavant dans le pays, ont fortement diminué.

Pour faire face, Handicap International a formé 235 personnels médicaux. L'association les accompagne lors de la prise en charge des patients. En un an et demi, elle a fourni presque 7 000 équipements tels que des fauteuils roulants ou des béquilles, et du matériel pour le personnel médical comme des tables de consultation.

Des civils traumatisés par les violences

4 500 personnes ont également bénéficié de séances de soutien psychologique. Être victime d’une explosion, être blessé lors d’échanges de tirs, assister à la mort d’un proche, etc. sont des expériences traumatisantes. De nombreuses personnes se retrouvent en état de stress, de dépression ou de choc...

Handicap International organise ainsi des sessions de prise de parole, individuelles ou en groupe, pour aider les personnes à surmonter cette épreuve : parler du traumatisme, des difficultés rencontrées éventuellement dans la vie quotidienne, créer des liens entre les personnes qui ont vécu des expériences analogues aide à se reconstruire...

> Cliquer sur les infographies ci-dessous pour les agrandir (© G. Lordet / Handicap International) :

> Lire l'histoire de Bushra, 24 ans, qui veut retrouver une vie normale

Publié le : 22 février 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Mossoul Ouest, ville fantôme
© Fanny Mraz / HI
Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Mossoul Ouest, ville fantôme

Entre octobre 2016 et juillet 2017, Mossoul a été le théâtre de violents combats. L’utilisation intensive d’armes explosives – bombardements, pose de mines artisanales, etc. – a anéanti principalement la partie Ouest de la ville. Plus de 500 000 personnes sont toujours déplacées dans des camps de la province de la Ninive.

Comment Handicap International agit auprès des réfugiés handicapés Réadaptation Secourir les déplacés/réfugiés

Comment Handicap International agit auprès des réfugiés handicapés

Aline Bouffandeau, spécialiste en réadaptation à Handicap International, explique en vidéo les actions de l'association dans les camps à l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés
© Martin Crep / HI
Droit Insertion Urgence

Le Conseil de sécurité des Nations Unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés

Pour la première fois, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté une résolution sur les personnes handicapées dans les conflits armés. Une avancée historique pour ces dernières, particulièrement exposées lors des crises et souvent négligées dans l'aide humanitaire.