Goto main content
 
 

Covid-19 : l’économie à l’arrêt laisse les petits commerçants sans revenus

Inclusion Santé Urgence
Ethiopie

En Éthiopie, Meryam dépend de son commerce pour vivre. À cause du confinement, pas de ventes signifie pas de nourriture pour la famille. L'entraide est vitale pour cette mère de dix enfants soutenue par Handicap International.

En Éthiopie, Meryam dépend de son commerce pour vivre. À cause du confinement, pas de ventes signifie pas de nourriture pour la famille. L'entraide est vitale pour cette mère de dix enfants soutenue par Handicap International en cette période difficile.

Meryam devant sa maison | © HI

Meryam, 40 ans, a dix enfants. Elle marche avec des béquilles depuis un grave accident de voiture. Elle gère son propre commerce d'arachides à Fafan, dans le Sud-Est de l'Éthiopie. Mais le confinement contre le coronavirus a mis un terme à toute activité. Elle nous parle de sa vie et des changements provoqués par la pandémie.

L’économie à l’arrêt

« Je vends des cacahuètes pour vivre. Le mois dernier, j'ai réalisé un bénéfice de 500 birr (13,75 euros). C'était plutôt un bon chiffre. Ma fille aînée fait de la couture, ce qui nous rapporte entre 150 et 200 birr supplémentaires. Mon mari est ouvrier journalier, mais c'est moi qui apporte le principal revenu à la famille. Avant, nous avions juste assez pour couvrir les dépenses du ménage, comme la nourriture.

Mais le transport des arachides des fermes à mon domicile a cessé en raison de l’interdiction de voyager. Je n'ai plus aucune source de revenus à part ma fille, qui a encore quelques commandes de couture, et le soutien d'un de mes fils. L’entraide est vraiment la clé pour faire face à une telle crise et survivre.

Écoles fermées, médecins injoignables

Les écoles sont fermées. Deux de mes enfants sont toujours scolarisés en primaire et un autre au collège. Les enfants passent toute la journée ensemble dans la cour de récréation et je crains vraiment que cela n'entraîne davantage de violence ; plus ils restent ensemble, plus grand est le risque de bagarres.

Normalement, j'ai besoin d’exercices de rééducation pour mes jambes, mais c’est actuellement impossible en raison des interdictions de déplacements. De plus, les équipes médicales se concentrent sur la crise sanitaire. Il y a quelques jours, ma fille a eu de graves maux d'estomac et il a fallu beaucoup de temps pour voir un médecin, car les professionnels de santé sont tous très occupés par l'épidémie.

Relations sociales réduites

Je suis membre de l’association locale de femmes commerçantes indépendantes et j'ai l'habitude de participer aux discussions hebdomadaires sur les affaires et d'autres questions sociales. Mais les rassemblements ont été restreints. Nous ne sommes pas autorisées à réunir les 25 membres en même temps et nous devons respecter la distanciation sociale.

De plus, je suis vraiment triste de voir que les cérémonies traditionnelles ont été suspendues... La semaine dernière, nous avons été informés que nous ne pourrions plus assister aux funérailles. En cette période de crise, nous avons vraiment besoin d'une forte cohésion sociale.

Prévention et hygiène

Handicap International nous a fourni des kits d'hygiène et des informations sur la maladie. J'ai également reçu des messages de sensibilisation du gouvernement par téléphone portable et par la télévision locale sur l'origine, la transmission et les mesures préventives contre le Covid-19. J'ai changé mes habitudes. Avant, je me lavais les mains uniquement avec de l'eau, mais maintenant j'utilise du savon, comme le reste de ma famille.

Nous avons compris les principaux messages : se laver fréquemment les mains avec du savon, ne pas se serrer les mains pour saluer et éviter les rassemblements publics. Je veux que cette crise passe le plus vite possible pour pouvoir retrouver une vie normale. »

Publié le : 5 mai 2020
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Réduction des risques de catastrophe : un besoin humanitaire croissant
© B. Almeras / HI
Limiter l’impact des catastrophes naturelles sur la population Urgence

Réduction des risques de catastrophe : un besoin humanitaire croissant

La fréquence et l'intensité des catastrophes naturelles ne cessent d'augmenter. Les populations vulnérables et les pays à faible revenu en subissent les plus grandes conséquences. Explications à l'occasion de la Journée internationale pour la réduction des risques de catastrophe, le 13 octobre.

"Notre objectif est de minimiser l'impact des catastrophes"
© HI / photo d'archive
Limiter l’impact des catastrophes naturelles sur la population Urgence

"Notre objectif est de minimiser l'impact des catastrophes"

Alors que le nombre de catastrophes naturelles ne cesse d'augmenter, Jennifer M'Vouama, chargée de plaidoyer pour la réduction des risques de catastrophes à Handicap International, explique l'importance de l'inclusion dans la réponse des ONG.

Haïti : deux mois après le séisme, l'action d'urgence continue
© R. Crews / HI
Réadaptation Urgence

Haïti : deux mois après le séisme, l'action d'urgence continue

Le séisme qui a frappé Haïti le 14 août 2021 a fait des milliers de victimes et provoqué une désolation généralisée dans le pays. Rapidement intervenue, Handicap International a déjà prodigué 1 200 séances de réadaptation aux blessés. L'association poursuit son action d'urgence auprès des plus vulnérables.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris