Go to main content
 
 

Civils bombardés : à Vienne, les États doivent prendre leurs responsabilités

Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables
International

Plus de 90 États participent à la Conférence de Vienne qui a lieu les 1er et 2 octobre. Cette rencontre cruciale marque le début des discussions sur la déclaration politique internationale visant à mettre fin à l'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées. Alma Taslidžan Al-Osta, responsable du plaidoyer à Handicap International, explique les derniers préparatifs.

Cérémonie d'ouverture de la conférence de Vienne contre les armes explosives en zones peuplées, 1er octobre 2019 - Handicap International

Cérémonie d'ouverture de la conférence de Vienne contre les armes explosives en zones peuplées, 1er octobre 2019 | © A. Al Osta / HI

La conférence de Vienne, qui se déroule les 1er et 2 octobre en Autriche, est cruciale. Des centaines de participants – délégations d’État, d’ONG, représentants des Nations Unies, etc. – commenceront à discuter de l'élaboration d'une déclaration politique internationale visant à mettre fin aux souffrances humaines causées par l'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées. Handicap International porte ce combat depuis cinq ans, en recueillant des preuves des conséquences humanitaires de cette pratique dans les zones touchées et en engageant un dialogue avec les États pour y mettre fin.

Plus de 90 États participent

Au cours des dernières semaines, Handicap International a fait comprendre aux États l'importance de cette conférence et les a convaincus d’y assister. Plus de 90 États se sont inscrits à ce jour. Cela montre qu'il existe une forte mobilisation politique.

Fort soutien du CICR et de l'ONU

La semaine dernière, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, et le Président du Comité International de la Croix-Rouge (CICR), Peter Maurer, ont lancé un appel conjoint soulignant l'impact dévastateur des armes explosives sur la vie des civils. Ils ont demandé aux États de s'engager à trouver des solutions politiques à ce problème humanitaire majeur. Cet appel a encouragé les États à s’engager dans cette cause.

Handicap International prend la parole

Au cours de la conférence, l'association interviendra sur la situation des femmes dans les conflits, les préjudices psychologiques suite aux violences et l'assistance aux victimes. Elle parlera des conclusions de son dernier rapport sur l'assistance aux victimes, The Waiting List qui illustre les besoins immédiats et à long terme des victimes d'armes explosives en Syrie.

Convaincre les parlementaires

Handicap International continue de mobiliser les gouvernements au niveau national, car la Conférence de Vienne est le début du processus diplomatique. Plus de 95 députés de 7 États ont déjà soutenu notre action.[1] En octobre, l'ONG va lancer une plateforme en ligne permettant aux citoyens de contacter leurs parlementaires et d'exiger la fin des bombardements de civils.

À la suite de la Conférence de Vienne, les négociations aboutiront à un projet de déclaration politique visant à mettre fin aux dommages causés par l'utilisation d'armes explosives dans les zones peuplées. Cette phase diplomatique devrait s'achever avec la Conférence de Dublin prévue en mai 2020, lorsque la déclaration politique sera ouverte à l'adoption par les États. Pendant cette séquence diplomatique, Handicap International et les partenaires du Réseau international des armes explosives (INEW) dialogueront avec les États pour les convaincre de s'engager pleinement contre les souffrances humaines causées par l'utilisation des armes explosives et de soutenir l'adoption d'une déclaration politique.

Soutien des citoyens

C'est un moment historique pour la protection des populations vivant dans les conflits. Il y a plus de 20 ans, Handicap International et la Campagne internationale pour l'interdiction des mines antipersonnel (ICBL) ont réussi à faire interdire les mines avec l'adoption du Traité d'Ottawa. En 2008, l'association et la Coalition contre les sous-munitions (CMC) sont parvenues à rendre illégales les armes à sous-munitions avec l'adoption du Traité d'Oslo. Handicap International a de nouveau l'occasion d'écrire une partie de l'Histoire et d'obliger les États et leurs armées à mieux protéger les civils dans les conflits. 

« La Conférence de Vienne ouvre un processus diplomatique historique. Nous, la société civile, avons une chance unique pour mettre fin aux conséquences dévastatrices des bombardements et des pilonnages qui sont devenus une pratique courante dans les guerres modernes. Nous avons besoin de tout le soutien des citoyens pour faire en sorte que les États s'engagent à signer une déclaration politique forte au début de l'année prochaine. »

Alma Taslidžan Al-Osta, responsable du plaidoyer à Handicap International

Votre voix compte

Pour rendre hommage à ces milliers d’inconnus victimes des armes explosives, Handicap International vous propose de prendre part à une expérience audio immersive poignante :

Un civil inconnu... pour entendre sa voix, il faudra donner de la vôtre. Avec Handicap International, vivez une expérience audio poignante


[1] Appel parlementaire de l’International Network of Explosive Weapons (INEW), lancé en mars dernier. INEW est une coalition cofondée par Handicap International en 2011.

Publié le : 1 octobre 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Pour un monde sans mines en 2025
© G. Lordet / HI
Mines et autres armes

Pour un monde sans mines en 2025

La Conférence pour un monde sans mines, à laquelle Handicap International a participé, s'est achevée le 29 novembre à Oslo en Norvège. Les États parties au Traité d'interdiction des mines ont adopté un plan d'action de 5 ans pour la mise en œuvre des obligations du Traité – dont le déminage – jusqu’en 2025.

Les personnes handicapées sont toujours exclues
© Kate Holt / HI
Droit Insertion

Les personnes handicapées sont toujours exclues

Alors qu’on célèbre le 3 décembre la Journée internationale des personnes handicapées, Handicap International appelle les gouvernements et les acteurs de l’aide au développement et de l'action humanitaire à tout mettre en œuvre pour inclure les personnes handicapées et lever les discriminations dont elles sont victimes.

Rapport 2019 de l’Observatoire des mines : un retour en arrière alarmant
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes

Rapport 2019 de l’Observatoire des mines : un retour en arrière alarmant

Le rapport 2019 de l'Observatoire des mines fait état, pour la quatrième année consécutive, d'un nombre exceptionnellement élevé de victimes de mines dans le monde, en particulier de restes explosifs de guerre et de mines improvisées. Alors que les États parties au Traité d’Ottawa se réunissent fin novembre à Oslo, Handicap International appelle les États à faire respecter le Droit international humanitaire et à faire pression sur les belligérants pour qu'ils mettent fin à l'utilisation de ces armes barbares.