Go to main content
 
 

« Baker me demande si ses jambes vont repousser »

Réadaptation Urgence
Irak

Baker, 9 ans, a été touché par un bombardement à Mossoul. Amputé des deux jambes, il tente de faire face à la situation, soutenu par une des équipes de Handicap International.

Baker sur son lit d’hôpital près de Mossoul

Baker sur son lit d’hôpital près de Mossoul | © E. Fourt / Handicap International

Découvrez en vidéo Baker qui raconte son histoire :

© B. Almeras et E. Fourt / Handicap International

Irak - Faites un don d'urgence pour Handicap International

Allongé sur son lit d’hôpital, Baker a le regard perdu dans le vide. Il murmure doucement à son père : « J’ai mal papa… J’ai très mal ». Suite à un bombardement, Baker a dû être amputé des deux jambes.

Depuis, Baker est en état de choc et il souffre beaucoup. « Il n’a pas encore accepté sa situation », indique Karam, travailleur psychosocial de l’association, qui lui rend visite. « Il me demande si ses jambes vont repousser… Il me dit qu’il fait aussi beaucoup de cauchemars depuis son accident. »

Fatima, kinésithérapeute de Handicap International, fait son entrée dans la chambre du petit garçon. Elle commence avec lui une série d’exercices de réadaptation. « Je l’ai rencontré juste après son arrivée à l’hôpital. Je lui apprends à s’habituer à sa situation. Il va lui falloir du temps pour l’accepter, mais j’ai bon espoir. Baker est encore un enfant. En général, ils ont de meilleurs capacités d’adaptation. » 

« Je veux être architecte »

Fatima gonfle un ballon de baudruche et continue la séance avec des activités ludiques. Elle souhaite faire comprendre à Baker qu’il est encore capable de bouger, de rire et de jouer, malgré ce qui vient de lui arriver. « J’aime beaucoup m’amuser et étudier », dit-il. Le petit garçon n’a pas été à l’école depuis deux ans, lorsque le groupe État islamique a pris le contrôle de sa ville.

« Je veux être architecte quand je serai grand. Pour renconstruire toutes les maisons qui ont été détruites et pour aider les gens. »

Baker, 9 ans

Alors que la séance touche à sa fin, Baker partage ses espoirs avec l’équipe de Handicap International. Il rêve de pouvoir remarcher un jour, d’être capable de se tenir debout à nouveau. Il veut retourner chez lui et retrouver ses amis. Mais pour l’instant, son plus grand souhait est que sa douleur s’amenuise. Le père de Baker dit alors à son fils qu’il part acheter de quoi manger et qu’il revient dans quelques instants. Il quitte la chambre d’hôpital et va s’asseoir sur un banc dans le jardin. Il ne veut pas que son fils le voit pleurer.

Publié le : 25 juillet 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Technologie 3D : quand l'innovation bénéficie aux plus vulnérables
© Quinn Neely / HI
Innovation Réadaptation

Technologie 3D : quand l'innovation bénéficie aux plus vulnérables

Grâce à l'impression 3D d'appareillages orthopédiques (prothèses et orthèses), il devient plus simple d'aider les populations vulnérables. Démonstration en Ouganda avec Tabita, jeune victime de la polio qui bénéficie de ce projet innovant de Handicap International.

« J’ai entendu les pleurs de Moïse sous les décombres… »
© Davide Preti / HI
Réadaptation

« J’ai entendu les pleurs de Moïse sous les décombres… »

Moïse n'avait que 4 ans lorsqu’il a perdu sa jambe gauche suite au séisme qui a dévasté Haïti le 12 janvier 2010.

10 ans après le séisme, des soins de réadaptation de meilleure qualité et des infrastructures améliorées
© Davide Preti / HI
Réadaptation

10 ans après le séisme, des soins de réadaptation de meilleure qualité et des infrastructures améliorées

Haïti n’a pas été épargné au cours de ces dix dernières années. À un tremblement de terre dévastateur le 12 janvier 2010 suivi d’un terrible ouragan en 2016, s’ajoute une grande instabilité politique qui paralyse le pays encore aujourd’hui. En 2010, Handicap International avait déployé dans le pays l’une des plus grandes missions d’aide humanitaire de son histoire. L'association continue d'apporter une contribution majeure au renforcement du réseau de réadaptation physique.