Go to main content

Philippines : des victimes d'un précédent typhon témoignent

Urgence
Philippines

Le typhon Mangkhut qui vient de traverser le Nord des Philippines le 15 septembre au matin fait craindre des dégâts considérables. Mark-Kevin, Oscar et Domingo, trois victimes d'un précédent typhon, se souviennent de moments tragiques et de l'aide qu'ils ont reçue de Handicap International. Témoignages.

Domingo, ancien chauffeur de taxi, témoigne du précédent super typhon Haiyan en 2013

Domingo, ancien chauffeur de taxi, témoigne du précédent super typhon Haiyan en 2013 | © Maud Bellon / HI

Suite au passage du super typhon Mangkhut, qui a frappé le Nord des Philippines le 15 septembre 2018, les équipes de Handicap International se préparent à mener une action d’urgence en fonction des résultats des évaluations qui vont être menées dès que possible. L'association intervient régulièrement auprès des populations affectées par les catastrophes naturelles dans le pays.

Handicap International avait notamment mené une intervention majeure suite au passage du typhon Haiyan en novembre 2013, qui a affecté plus de 14 millions de personnes et fait perdre la vie à plus de 6 000 autres.

Trois victimes d'Haiyan en 2013 se souviennent

Mark-Kevin, aîné d’une famille de huit enfants à Giporlos, sur la côte sud du Samar-Oriental, est atteint d’infirmité motrice cérébrale. Il se rappelle :

« À Giporlos, il pleuvait déjà énormément et tout le monde courait. Les voisins m'ont porté dans leurs bras et une autre personne a pris mon fauteuil roulant. Le vent soufflait si fort, je ne me sentais pas en sécurité. Quand l'eau a commencé à monter, tout le monde est allé au troisième étage et il a fallu me porter. Nous ne savions pas si le bâtiment allait tenir. J'ai eu très peur. »

Photo de Oscar« Ça a été une vraie catastrophe. Ma maison a été complètement détruite par les cocotiers arrachés. J’ai perdu toutes mes bêtes, mon unique source de revenus. J’avais été amputé d'une jambe il y a quelques années suite à la maladie de Buerger. Après le typhon, remonter la pente fut très difficile. Handicap International m’a donné de nouvelles béquilles et j’ai suivi des séances de réadaptation. J’ai aussi reçu des cochons afin de lancer mon propre élevage pour percevoir de nouveaux revenus. » 

Oscar, père de famille (San Diego)

« Le typhon Haiyan a entièrement détruit notre maison. En nettoyant les débris, je me suis blessé à la jambe. Je n’ai pas été soigné tout de suite et j’ai fini par ne plus pouvoir marcher. On m’a vacciné contre le tétanos, mais cela n’a pas suffi, j’ai été amputé au niveau du genou. Un vrai drame. Heureusement, j’ai rencontré les équipes de Handicap International, j'ai reçu une paire de béquilles et j’ai suivi des séances de réadaptation. »

Domingo, ancien chauffeur de taxi (Tacloban)

Lire également le témoignage d'Edith Van Wijngaarden, ancienne directrice de HI dans le pays

Voir les dernières actualités sur le typhon Mangkhut

Publié le : 15 septembre 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Cyclone Idai : Handicap International renforce son déploiement pour aider les plus fragiles
© Candido Jesus / HI
Urgence

Cyclone Idai : Handicap International renforce son déploiement pour aider les plus fragiles

Pour faire face à la menace qui pèse sur les personnes les plus vulnérables, Handicap International déploie des renforts supplémentaires au Mozambique après le passage du cyclone Idai le 15 mars.

Cyclone Idai : la ville de Beira ravagée
© Candido Jesus / HI
Urgence

Cyclone Idai : la ville de Beira ravagée

Beira, la ville mozambicaine dévastée par le cyclone Idai le 15 mars, a été coupée du monde pendant plus de 48 heures. Nous commençons à recevoir les premières images et les premiers récits.

Cyclone au Mozambique : des centaines de milliers de personnes pourraient être touchées
© HI
Urgence

Cyclone au Mozambique : des centaines de milliers de personnes pourraient être touchées

Le cyclone IDAI a frappé les côtes du Mozambique dans la nuit du jeudi 14 au vendredi 15 mars. La ville de Beira, qui compte plus de 500 000 habitants, a été directement touchée. Les communications et l’électricité ont été coupées.